A ceux qui ne croient pas aux méthodes « d’intelligence collective »

Je vais en partie partager avec vous l’intimité de ce qu’une séance de travail en intelligence collective m’a rapporté…
L’intelligence collective est-elle la nouvelle tarte à la crème des consultants en management ? J’ai envie de dire « of course mon capitaine ». Le concept de puissance du travail en commun, en équipe, date d’avant l’édification des pyramides… Cependant, entre la réflexion « je me méfie des méthodes d’intelligence collective » et le sourire béat devant la méthode qui traduirait un soudain « eurêka », il convient de prendre bonne mesure.

 

Homme de doutes

A titre personnel, je vois les méthodes d’intelligence collective comme la confluence de nombreux travaux et initiatives pour comprendre la dynamique de groupe depuis les années 60. N’étant nullement expert d’aucune méthode, je suis simplement initié à de nombreux outils, sans qu’aucun d’eux soit tout pour moi. Les méthodes d’intelligence collective apportent une contribution à l’édifice, donnant une abstraction à un processus qui élargit le champ des possibles.
Je voudrais partager avec vous un retour d’expérience de travail de groupe, dans lequel nous avons utilisé divers fragments apparentés aux méthodes d’intelligence collective.

 


Nous sommes une demi-douzaine de consultants, nous avons prévu de passer la journée à présenter notre positionnement stratégique l’un après l’autre, puis recueillir les feed-back. L’objectif du groupe est de « théoriser une méthode d’animation de groupe MasterMind ». J’y reviendrai. Dans le feed-back, plusieurs temps sont prévus pour permettre de collecter les propositions des 2 cotés des cerveaux de chacun : le cerveau droit, celui dont on dit qu’il envoie les messages du coeur, de la relation, de l’intangible, et le cerveau gauche, celui qui donne son avis logique, structuré, critique.
Je passe le premier sur le grill : 5 minutes (montre en main) pour présenter mon positionnement stratégique. Il s’agit d’être synthétique, pertinent, direct au but. Devant moi, des confrères à l’expérience éprouvée, aux compétences et à l’écoute aiguisée. Bien sur, j’avais préparé ces 5 minutes, je ne m’attendais pourtant pas au feed-back du premier tour de table. Voilà la liste des mots que j’ai attrapé au vol, crayon à toute vitesse, à l’issue de mes 5 minutes :

 

    • plaisir
    • enthousiasme
    • dynamique
    • futur
    • perspective
    • réalisme
    • ouverture
    • énergie
    • pas de limites
    • quelque chose est encore contenu
    • une autorisation apparait
    • force tranquille
    • univers où tout est prêt
    • big bang
    • les feux sont au vert
    • rien ne peut plus arriver
    • un petit ange protège
    • attire l’écoute
    • passionné et passionnant
    • gagnant/gagnant
    • réflexion
    • ambition
    • discours cohérent/rodé
    • il reste une zone de sables mouvants
    • danger
    • de l’intérêt pour les gens
    • recevoir & donner
    • énergie communicative
    • joie profonde
    • harmonie trouvée entre sagesse et folie douce
    • je m’autorise à assumer
    • période de recentrage
    • il existe un risque par rapport au temps

 

Ouahou ! A l’issue du tour de table, j’ai un peu le tournis. Moi qui suit un « homme de doute », qui me pose des brouettes de questions tous les jours, je reçois tous ces feed-back comme une sorte de révélation !

 

Certes, ce speech de 5 minutes était préparé mais c’était la première fois que je le présentais. Certes, je réalise la meilleure année depuis que j’ai quitté le salariat en 2003, mes questions sur le succès durable continuent pourtant de me tourmenter. Certes, j’ai rarement le sentiment de manquer d’idées créatives pour développer mon business, pourtant, je ne mesure pas l’impact des propositions et conseils que je mets sur la table de mes clients et partenaires…
Après avoir interrogé les cerveaux droits de mes collègues, nous procédons à d’autres exercices qui interpellent le cerveau gauche. Je griffonne, à la vitesse d’une fusée que l’on m’envoie, 8 pages de questions et suggestions à approfondir. De la matière première à travailler, de l’intelligence collective à exploiter… pur jus 🙂

 

Travail d'équipe

Chacun à son tour va ensuite profiter de la même mise sur la sellette, avec des collectes très diversifiées et riches pour chacun…
Ah, j’oubliais… tous mes collègues du jour participent à la formation animée par Robert Dilts sur l’intelligence collective. Nous avons, évidemment, mis à profit les enseignements du cursus en cours. Peut-on obtenir de tels résultats avec d’autres méthodes ? Il serait bien peu sage de prétendre le contraire. Je pense que la synthèse des outils de l’intelligence collective permettent d’une part le travail en profondeur, d’autre part l’ouverture plus large du champ des possibles… avec les 2 parties du cerveau !

Sans benoitement rêver de l’eurêka, sans se méfier de l’ouverture du coeur comme de l’esprit en entreprise, pourquoi ne pas essayer ce territoire du travail en intelligence collective ? Apparemment, il ne manque ni l’énergie, ni les idées, ni les opportunités… c’est ce que je retiens de l’exercice. Il reste la transformation dans le passage à l’acte. Il reste les bonnes associations et partenariats à consolider ou à continuer de créer. Un détail quoi 😉

 

Et vous, si vous aviez envie de commenter la liste des mots que j’ai récoltés au vol, vous diriez quoi ?

Un commentaire ci-dessous et vous participez au grand effort d’intelligence collective 🙂