Au fait, c’est quoi la réussite ?

Après la parution de mon article « ceux qui réussissent travaillent tout le temps« , j’ai eu quelques échanges en ligne et off-line à propos du mot « réussite ». La question est plus que légitime. J’imagine l’étendue de la littérature sur le sujet, les livres, les films, les vidéos, les conférences, les philosophes et les leaders qui se sont exprimés. Dois-je pour autant garder ma vision pour moi ?

Dans le domaine du business, les critères qui définissent couramment la « réussite » ne m’ont jamais vraiment comblé.

En me promenant à vélo ce weekend, entre 2 tours de pédale, j’ai trouvé ma définition de « réussir ».

Loin de moi l’idée de détenir La Vérité, encore moins sur la réussite puisque, dans les critères souvent admis, je n’ai peut-être pas beaucoup de voyants au vert. J’ai rencontré beaucoup d’embuches sur mon chemin (pas sur le vélo, je parle de mon chemin de vie… :-)).  Les fesses sur ma selle, les yeux dans les vignes de Châteauneuf du Pape, ma réponse à la question « c’est quoi réussir » m’est venue, alors que je ne me la posais pas précisément à ce moment là, ce qui illustre le propos de mon billet « ceux qui réussissent travaillent tout le temps« .

 

Alors la réussite pour moi, c’est quoi ?

Comment, 5 minutes avant de quitter cette bonne vieille terre, répondre positivement à la question : ai-je réussi ?

 

Au préalable, réussir serait-il un état béat ? Je n’y crois pas. Pas plus que le bonheur d’ailleurs. Le sentiment de réussite serait profond, bien au chaud, même si parfois recouvert de déconvenues, de déceptions, de déprimes.

A bicyclette, 3 dimensions me sont venues qui, pour moi, seraient l’essence de la réussite :

1 – Accomplir

J’ai presqu’envie de dire « accomplir n’importe quoi » (avec la réserve dont je parle dans le point 3 sur les tyrans et autres assassins). Que ce soit créer une plate-bande de fleurs devant sa maison, ou racheter un groupe mondial, leader de la high tech, qui pèse 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, peu importe. Derrière le mot accomplir, je ressens cette dimension de s’investir dans des projets, des projets qui me touchent, de les réaliser. Comment sentir que l’on réussit si on en reste aux belles intentions, aux rêves ? Accomplir consisterait à choisir et mettre en oeuvre quelques projets dans la liste de tout ce qu’on a très envie de faire. Dans le surgissement du verbe « accomplir », je vois le choix personnel, l’implication, la relève de défis, la production de résultats, la satisfaction d’avoir lancé et réalisé. Tout ceci, de mon point de vue, contribue au sentiment de réussite.

Et accomplir régulièrement… en restant pensif sur les accomplissements du passé, ne nourrit-on  pas seulement la nostalgie de nos heures de gloire ?

Accomplir en continu, accomplir en prenant quelques libertés avec sa zone de confort, accomplir du petit et du grand, accomplir jusqu’au bout de l’histoire.

 

2 – Se sentir libre

Comment réussir sans avoir brisé les chaines des esclavages multiples qui nous entourent ? Peut-on totalement échapper à quelques chaines, qu’elles soient professionnelles, familiales, intérieures ? Je n’ai pas la naïveté de penser qu’on peut (facilement en tout cas), se sentir totalement libre. J’ai, à dessein, choisi le terme « se sentir ». Je ne sais pas si je suis libre, mais je peux quand même me sentir libre. Pour que cette sensation existe, il m’a fallu conquérir des sommets, gagner des combats, m’engager contre ce que je percevais comme injuste, prendre des décisions courageuses, accepter de perdre l’accessoire pour gagner l’essentiel. Si tout ce parcours me donne la sensation profonde que « je suis libre », n’est-ce pas une contribution majeure pour que je puisse affirmer : « je réussis ».

 

Se sentir libre n’est pas, pour moi, une déclaration détachée du monde réel. Si je ne gagne pas suffisamment d’argent pour subvenir à mes besoins de base, comment me sentir libre ? Gagner ma vie, travailler, est bel et bien dans le chapitre de ma conquête de liberté. Oublier ce « détail » en restant campé dans l’univers de la pensée sans l’action, m’enchaine à ma souffrance de ne pas réussir à nourrir ma famille.

Se sentir libre, ingrédient de ma réussite certes, mais se sentir libre dans un monde réel, concret.

 

3 Etre sur le chemin de la paix

Je ne crois pas à la réussite véritable sans la paix. La paix avec les autres, la paix avec soi-même. Si les tyrans et autres assassins réussissent à atteindre de bien sombres objectifs, qu’ont-ils vraiment réussi et au soir de leur vie (30 secondes avant de prendre la bombe qui va les emporter vers l’au-delà) ? Dans leur fors (fors ou fort) intérieur, la réussite est-il le mot qui remporte la mise, ou bien sont-ce les mots haine, rancoeur, jalousie, monstruosité ?

 

La paix me parait un incontournable de l’avenir de l’humanité, un incontournable de l’univers intérieur de chaque humain. La paix n’est pas donnée, elle se gagne, chaque jour. Pas facile de pardonner, de se pardonner. Pas facile de trouver de nouveaux accords avec les autres, avec soi-même (lire les 4 accords toltèques). C’est pour cela que l’expression « être sur le chemin » m’est venue sur mon bicloune (c’est comme ça qu’on appelait les vélos quand j’étais petit). Qui peut prétendre avoir atteint la paix sublime avec tous et avec soi-même ? Même quand je lis les oeuvres des grands inspirateurs de paix, du Dalaï-Lama à Martin Luther King, de Gandhi à Mandela, je constate leurs tourments intérieurs.

Alors la paix en chantier, être sur le chemin de la paix me convient bien comme 3ème critère de réussite.

Souvent, dans les grandes messes des entreprises, ou dans les déclarations tonitruantes de grands manitous du développement personnel, j’ai été mal à l’aise. Probablement que les critères de la réussite affichés à l’écran, ou aspirés dans les postillons du charismatique baratineur ruisselant sur scène, ne me convenaient pas.

Quelques tours de roue à bicyclette et me voici paré d’un triptyque qui me convient bien :

Réussir = accomplir + se sentir libre + être sur le chemin de la paix…

 

Et vous, c’est quoi pour vous réussir ?

Donnez votre avis dans les commentaires de cet article…