De la loi et de la complexité

Ce matin, dans ce camping du bord de l’océan pacifique, pas d’eau froide possible sous la douche. Il n’y a qu’un robinet qui propose de l’eau à bonne température, chaude mais pas trop. Quelqu’un a décidé quelle est la bonne température pour tous. C’est la loi de ce camping.

 

Or, depuis quelques semaines, j’expérimente la douche froide. Soit dès le début de l’ablution (cest plus difficile), soit en fin de toilette, par réduction progressive de l’eau chaude. Il paraît que c’est bon pour la santé, la pensée, etc… oui mais, aujourd’hui, la loi du camping m’entrave sur mon chemin vers la félicité…

Nous vivons dans un monde de complexité.

 

Cette complexité s’amplifie au fur et à mesure que la connaissance se développe. Mon frère Daniel signalait ce matin : « c’est génial, on a peut-être détecté d’autres ondes gravitationnelles, cette fois provenant de la fusion de deux étoiles à neutrons (au lieu de trous noirs dans les trois cas précédents) ». Je ne sais pas comment cela va influer mon parcours d’entrepreneur, mais cela confirme que la complexité croit jusqu’aux confins de l’univers, et que ce n’est pas fini !

 

Quand on dirige, on est amené à édicter des lois, ou des procédures dans le cadre de l’entreprise. Les anglo-saxons utilisent la fameuse règle des 80/20 : la procédure va couvrir 80% des cas essentiels, on traitera des 20% des cas particuliers quant ils surviendront, en se référant principalement aux us et coutumes, à la sagesse de l’expérience. En France, on cherche à régler dans la loi la totalité des situations. On passera donc des heures en conjectures, en ajustements, en amendements. La richesse de l’exercice réside dans le profond travail d’analyse mené, la difficulté dans l’impossibilité parfois d’aboutir à un résultat satisfaisant. La loi (lire « la procédure » pour l’entreprise) a du mal à traiter toute la complexité (l’illuminé qui veut prendre une douche froide dans un camping improbable).

 

Quand on prépare une nouvelle procédure, prendre le bon des 2 méthodes est peut-être une bonne voie du milieu… et la concevoir en intelligence collective est encore plus puissant.

 

Quant à l’application de la procédure, il convient d’être un manager vigilant. Avant de reprendre ou même de recadrer mon collaborateur…

1 – connait-il la procédure ?

2 – ai-je régulièrement fait mon job de manager et rappelé les procédures et leur sens ?

3 – la procédure est-elle vraiment appropriée à la situation du défaut repéré ?

4 – quelle était l’intention profonde de mon collaborateur hors-jeu ? Avait-il un récif à signaler, ou son erreur est-elle un signal faible de tout autre chose ?

 

Il est souvent trop simple de dire : « c’est la loi (lire « procédure » en entreprise) ». À ainsi se protéger, on risque de se cantonner dans un rôle de caporal, au mieux caporal-chef en fin de carrière… Être manager, affirmer son leadership, c’est se confronter à la complexité, faire preuve de lucidité, de perplexité, de subtilité et aussi… de courage.

 

Je n’ai pas pris de douche froide car la loi du camping m’a empêché. Pourtant, australien, ce camping est d’influence anglo-saxone, ce qui dément mes propos faciles et racoleurs ci-dessus… complexité partout 🙂

Je n’en veux pas à nos charmants hôtes du camping, d’autant que cette douche pacifique m’a inspiré cet article…