Le manager détroussé…

Quelques répliques de manager détroussé :

  • Pour votre augmentation, allez voir la DRH
  • L’équipe juridique m’interdit de signer ce contrat
  • Ce sont les achats qui décident des prix
  • L’informatique nous impose ce système
  • Mon chef ne m’a pas donné l’autorisation
  • La finance ne m’a pas accordé le budget


Régulièrement, les enquêtes signalent le triste moral des managers, leur stress, leur baisse de motivation. On se demande si le système qui est mis autour d’eux soit-disant pour les aider, n’est pas en train de les écrabouiller… Il semble que les services fonctionnels aient pris le pouvoir. Le manager opérationnel devient-il un relais de procédures ? Si tel est le cas, je conseille de tous les virer et de les remplacer par des machines automatiques : c’est moins cher, ça ne discute pas, ça n’a pas d’ambition hiérarchique !

Plus sérieusement, je suis étonné de constater que les degrés de liberté des managers se réduisent comme peau de chagrin. Pourtant  le rôle du manager n’est-il pas de prendre des risques, de négocier en fonction des spécificités des projets ou des engagements clients qu’il doit tenir ? Sans prise de risque, l’entreprise ne risque-t-elle pas de perdre en substance et en compétitivité ! Si le manager s’en tient aux décisions de procédures, tout son rôle ne lui échappe-t-il pas ?

 

En respectant la politique de l’entreprise :

  • N’est-ce pas au manager de décider des embauches et de négocier les salaires…
  • N’est-ce pas au manager de clore le contrat en passant au dessus des dernières zones d’ombre juridique (aucun contrat n’est jamais parfait)…
  • N’est-ce pas au manager de sélectionner les fournisseurs qui lui paraissent les plus efficaces pour son projet, et de négocier les conditions de succès…
  • N’est-ce pas au manager de spécifier le choix des outils qui vont rendre son équipe plus performante…
  • N’est-ce pas au manager de proposer 3 options à son management avec les arguments pour et contre, et sa préférence…
  • N’est-ce pas au manager de négocier fermement le budget adéquat pour remplir les exigences de son projet…

 

Les départements fonctionnels sont là pour apporter support, conseil, ressources, analyses globales, recul, outils. Leur mission est-elle de s’attribuer des pouvoirs qui à terme, abêtissent et déresponsabilisent le management ? Le manager doit-il courageusement prendre son pouvoir ?

Il me semble que ce risque « manager détroussé » devienne de plus en plus lourd – en particulier dans les grands groupes… Qu’advient-il d’un manager qui renvoie la responsabilité des décisions aux services support ? Que pensez de son autorité, de sa valeur ajoutée ? Comment imaginer que la motivation se nourrit de l’application de procédures ? Qui comprend le métier et se trouve à même de déterminer les bonnes décisions pour les clients et l’entreprise ? Finalement, le métier de manager, détroussé, se trouve-t-il en danger ? Après tout, ce métier date de l’ère industrielle. Auparavant, il n’existait que des artisans, des commerçants – l’encadrement était portion congrue.

Commentaires, débat ?