Prendre l’initiative, sans perdre la face…

Extrait de ma lecture d’aujourd’hui (Stephen Covey la 8ème habitude – Faites vous entendre et agissez) :

 

« Avant de modifier son point de vue concernant Israël, Sadat était devenu un président extrêmement populaire, profondément dévoué à la cause arabe. Il se promenait en Egysadat-knesset3-300x239pte en faisant des discours politiques où il disait qu’il ne serrerait jamais la main d’un Israélien tant que les Israéliens occuperaient un pouce de sol arabe, criant « jamais, jamais, jamais ». Les foules immenses qui l’écoutaient répétaient « jamais, jamais, jamais ».

 

Nous avons invité la femme de Sadat, Madame Jehan Sadat, comme conférencière principale de notre symposium international. J’ai (Stephen Covey) eu le privilège de déjeuner avec elle. Je lui ai demandé comment se passait sa vie auprès de Anwar Sadat – notamment à l’époque de son initiative de paix audacieuse consistant à se rendre à la Knesset à Jérusalem, une démarche qui trouva son aboutissement dans l’accord de Camp David.

 

Elle me dit qu’elle avait du mal à croire qu’il avait changé d’avis, surtout après tout ce qu’il avait fait et dit. Voila en substance ce qu’elle m’a raconté.

Le confrontant directement dans leurs appartements du palais, elle lui demanda : « je comprends que tu penses aller en Israël, est-ce vrai ? »

– oui

– comment pourrais-tu faire une chose pareille, après tout ce que tu as dit ?

– j’avais tort, et c’est la chose qu’il convient de faire

– tu perdras le leadership et le support du monde arabe

– je suppose que cela pourrait arriver, mais je ne pense pas que ce sera le cas

– tu perdras la présidence de ton pays

– cela aussi pourrait arriver

– tu perdras la vie (et comme nous le savons, il la perdit par une balle d’un assassin)

Il répondit : « ma vie est fixée par le destin. Elle ne sera pas une minute plus longue ou plus courte que prévue ». Elle l’embrassa et lui dit qu’il était le personnage le plus grand qu’elle ait jamais connu.

Je lui demandai ensuite comment s’était passé son retour d’Israël. Ce jour là, il fallut 3 heures pour aller de l’aéroport au palais au lieu de trente minutes. Les routes et rues étaient remplies de centaines de milliers de personnes, acclamant Sadat et manifestant un accord enthousiaste avec son action – les mêmes gens qui une semaine plus tôt acclamaient une approche diamétralement opposée ».

 


 

Pourquoi évoquer cet épisode sur un site de management ?

Je vous raconte une anecdote personnelle, largement moins grandiose que l’histoire ci-dessus.

Manager en charge d’un grand projet, je me suis retrouvé en conflit avec un dirigeant de mon entreprise – à vrai dire, je ne me rappelle même plus pourquoi… Évoquant la situation auprès de mon propre boss, américain, celui ci me dit : « penses-tu avoir besoin de travailler avec ce dirigeant dans l’avenir ? » La réponse était évidente. « Alors fais ce que tu dois faire pour rétablir la communication, même si tu penses avoir raison sur le fond« .

 

Ce dirigeant, pour manifester son hostilité, refusait les rendez-vous que je tentais de prendre auprès de son assistante, ne répondait pas à mes appels téléphoniques, ne répondait pas à mes courriels. Face à ce dilemme, je décidai d’aller à son bureau de la direction générale, et de me planter devant l’entrée. J’attendis longtemps que les rendez-vous en cours se terminent, et entrai : « bonjour, j’ai besoin de te parler. J’ai certainement des torts sur la forme, j’aimerais échanger avec toi sur le fond ». En reconnaissant mes torts, en prenant l’initiative, je ne perdis pas la face, bien au contraire. Grâce à cette intrusion, nous rétablîmes (pour toujours) une nouvelle relation.

 

Il n’est pas question que chacun devienne Sadat ou Gandhi ou Martin Luther King ou Mandela, il est question de prendre l’initiative, à son niveau, sans perdre la face, pour rapprocher localement, pour faire avancer la paix et construire ensemble. En sachant que l’exercice n’est jamais gagné, que la tentation de la rupture et de la violence reste inhérente à la nature, même si les conséquences sont connues…

 

Pouvez-vous partager vos initiatives, sans perdre la face… ci-dessous dans les commentaires. Cela inspire les autres et leur donne de la force…