amour

Faut-il faire confiance ?

C’est vrai, je suis resté dubitatif en entendant ce top manager laisser sa réponse suspendue, lorsque je lui ai demandé « votre boss vous fait-il confiance ? »

Pourtant quel est l’effet de donner ou pas sa confiance à ses collaborateurs ? Comment se fait-il que dans certaines organisations, on se permet des délégations incroyables (j’en parle dans cette vidéo), alors que dans d’autres entreprises, il n’existe que peu de latitude à l’initiative ?

 

Lire la suite»

Il n’a pas le moral, mettez vous au travail à coté de lui…

fotolia_85498062_xsHier, je n’avais pas le moral. Quelques mauvaises nouvelles et un dossier compliqué, pas de solution facile et efficace à apporter au client. Sujet chronique à la déprime passagère – mais je crois que je ne suis pas le seul, j’ai entendu qu’Hergé sortait de ses déprimes très créatifs – je suis capable de rentrer dans une spirale intérieure qui me fait descendre vertigineusement en quelques secondes. C’est terrible pour moi, c’est terrible pour mon entourage, désemparé s’il n’a pas trouvé la bonne solution.

Peut-être avez-vous des collaborateurs qui tombent dans ces abimes parfois, moral dans les chaussettes, perte de confiance, irascibilité, incapacité à produire.

 

Quelles sont les erreurs fatales à ne pas commettre alors ?

 

 

Lire la suite»

1 formule magique pour négocier avec votre chef…

Qu’il est difficile de négocier avec son propre chef… qu’il est difficile de lui signifier son désaccord. Entre le risque de se faire « saquer », la sensation confuse de risquer de perdre sa considération, sa reconnaissance, nombreux sont ceux qui la bouclent devant les galons. Dans cette vidéo, je propose une formule magique pour négocier avec son chef : un peu d’humour, un peu de provoque, en réalité une tactique que je développe dans la suite de cet article…

Que pensez de cette formule magique pour négocier avec votre chef ?

 

Lire la suite»

Pourquoi mon collaborateur me dérange ?

Le manager est souvent interrompu dans son travail…

« Pourquoi mon collaborateur me dérange ? »

se dit-il parfois énervé…

Dans cette vidéo, je donne les 2 raisons essentielles, sources de ces interruptions.

 

 

Comment faire avec ces 2 types d’interruption : le besoin d’instructions, le besoin de reconnaissance ?

L’une des bonnes pratiques de management peut se trouver dans l’article 3 mois pour mettre en œuvre une idée simple.

 

Comme souvent dans un dysfonctionnement – en occurrence l’interruption répétée et non maitrisée est un dysfonctionnement que l’on accepte – il convient de prendre de la hauteur et mettre en place une nouvelle pratique. Autrement, le risque est de périr noyé sous les petits soucis des autres… parce qu’on n’a pas fait le travail d’anticipation.

 

 Comment faites-vous quand vous êtes dérangés ? Comment gérez-vous l’interruption ?

 

Faut-il faire de l’humour quand on est manager ?

L’humour demeure l’un des attraits de la nature humaine. Il n’est pas question de l’éliminer du monde du travail. Cela donne de la légèreté, permet de dédramatiser… Pourtant, à bien y regarder, il existe des formes d’humour dont l’impact peut s’avérer douteux voire néfaste.

Que pensez-vous de cet exemple ?

 

 

Je vous pose la question : sur le ton de l’humour, dans votre histoire, une réflexion à votre endroit n’a-t-elle pas déjà appuyé sur une blessure ?

 

Bien involontaire, comme une espièglerie, certains envoient ce que les accords toltèques décrivent comme de la magie noire… La magie noire, ce sont ces paroles qui nous font mal et qu’on transporte avec soi, parfois pendant des années, d’autant plus qu’elles sont proférées par quelqu’un pour qui on a de l’admiration, de la considération, de l’amour même.

 

Le manager, du haut de son promontoire, ne risque-t-il pas de faire bien des dégâts en croyant être subtil ?

 

Avez-vous des exemples à partager en commentaire ?
Êtes-vous vigilant sur ce point ?

 

Prendre l’initiative, sans perdre la face…

Extrait de ma lecture d’aujourd’hui (Stephen Coveyla 8ème habitude – Faites vous entendre et agissez) :

 

« Avant de modifier son point de vue concernant Israël, Sadat était devenu un président extrêmement populaire, profondément dévoué à la cause arabe. Il se promenait en Egysadat-knesset3-300x239pte en faisant des discours politiques où il disait qu’il ne serrerait jamais la main d’un Israélien tant que les Israéliens occuperaient un pouce de sol arabe, criant « jamais, jamais, jamais ». Les foules immenses qui l’écoutaient répétaient « jamais, jamais, jamais ».

 

Lire la suite»

3 secondes dans les yeux pour faire passer l’énergie…

Nous visitons l’usine, le directeur que j’accompagne passe rapidement dans les allées. Autour de nous, on ressent les regards, une certaine tension, un intérêt, peut-être un peu d’appréhension. C’est le directeur de l’usine, forcément son passage crée une forme de magnétisme. Ca et là, il s’arrête, serre rapidement une main et continue de me commenter l’organisation de l’usine, les étapes de fabrication, l’efficacité du processus.

 

Lire la suite»

Olivier Carvin nous parle de management…

(NB : article écrit à l’automne 2013, les chiffres ont considérablement changé depuis…)

Quand j’ai cherché un expert comptable, j’ai croisé la route d’Olivier Carvin. Son cabinet est devenu mon partenaire depuis le début des années 2000, puisque j’ai eu le plaisir d’intervenir en coaching et formation pour lui et ses équipes.

En parallèle, Olivier a créé Maranatha. Cette société connaît depuis son origine un essor extraordinaire, jugez plutôt :

  • une quarantaine d’hôtels (Paris, Provence, vallée du Rhône, Alpes) de grande qualité
  • 29M€ de chiffre d’affaires pour 560k€ de résultats en 2013
  • 450 salariés
  • un modèle de levée de fonds très rentable pour les investisseurs, et une valorisation de qualité du patrimoine immobilier, toujours très bien placé.

Au Vieux Port de Marseille, Olivier a gentiment accepté de répondre à quelques questions sur le management – cet entretien date du milieu d’année 2013.

(NB : le son de la vidéo est moyen, je vous remercie de votre indulgence – c’était mon premier interview).

Lire la suite»
Petits mots de félicitation

Congratulations, you did it, you are a winner…

En 1994, j’ai couru mon premier marathon. Quitte à faire un marathon, j’avais proposé à la petite équipe motivée pour le défi, de faire le marathon de New York. Je ne connaissais pas cette ville qui conservait une place fascinante dans mon imaginaire. Courir un marathon me paraissant un sacré défi, je trouvais que le décor devait être à la mesure de l’enjeu. J’aime bien raconter qu’on gagne son marathon de New York au moment où l’on paie la réservation du billet d’avion et du dossard – achat combiné auprès d’agences spécialisées, tant les candidats (beaucoup de français) se pressent à l’inscription. Une fois le billet payé – des mois à l’avance – l’espace pour échouer se réduit à portion congrue : on y va, il reste à courir, courir, courir, manger des pâtes, des pâtes, des pâtes… pour se préparer.

 

Lire la suite»
Coeur

Je t’aime, tu n’es pas suspect

Écoutez cet article en podcast :

Lors d’une animation, un manager me raconte cet anecdote : « Jimmy vient me voir 5 à 10 fois dans la matinée pour me demander ceci ou cela. Et je n’arrive pas à bosser plus de 10 minutes sans être interrompu. »

Je lui ai suggéré de simplement répondre ceci au perturbateur : « Tu sais Jimmy, je t’aime. Sincèrement, je t’aime, tu n’es pas suspect »

 

Lire la suite»