implication

Prenez les gens pour des imbéciles, ils agiront en conséquence…

Tiré d’une anecdote authentique (je dirais même vécue…)

Un beau matin, un jeune manager motivé arriva à son bureau, après avoir déposé ses enfants à l’école. Sur son bureau une note du Directeur des Ressources Humaines qui en substance annonçait avec force: « Nous vous rappelons que tous les employés des bureaux doivent être à leur poste de travail entre 8h et 8h30. Nous vous rappelons aussi que l’assurance automobile qui couvre vos déplacements pour venir au travail ne fonctionnera que si vous arrivez avant 8h30. Et blablabla et blablabla… »
 

« Hallucinant, incroyable », se dit le jeune manager.
Avant 9h30, la moitié des membres du service du jeune manager avait déboulé dans son bureau pour dire: « c’est quoi cette note, chef ? et à quelle heure est-on assuré pour rentrer chez soi le soir (8h30 + 8h de travail + 1h30 de pause déjeuner = 18h au plus tard) ? etc… »

Le jeune manager, à la tête d’une équipe super motivée, leur dit de ne pas tenir compte de cette note ridicule, et s’en alla parler à son boss (un homme moderne, américain de surcroît, ouvert à la discussion…).

Lire la suite»

Qu’est-ce qu’un manager efficace ?

flècheLe cadeau d’accueil de ce site s’appelle « 7 clés pour devenir un manager efficace ». Vous pouvez le télécharger gratuitement en vous abonnant à la newsletter (voir colonne de droite). Quelques dizaines de page de synthèse de mon expérience de manager et de coach.

La vérité étant une denrée partagée (je n’en détiens qu’une maigre partie et je crois à l’intelligence collective), votre avis sur ce qu’est un manager efficace m’intéresse, comme elle intéresse les autres lecteurs de ce site…


 

Pour vous, qu’est-ce qu’un manager efficace, un manager super ? Partagez votre expérience, avis dans les commentaires ci-dessous.

 

4 raisons de travailler…

Dans cette vidéo de Jacques Forest, le présentateur pose la question : « l’argent peut-il acheter le bonheur ? » Éternel débat, la réponse semblant être contenue dans la question.

Jacques Forest avance le résultat d’une enquête menée depuis le milieu des années 50 dans plusieurs pays qui indique que 76% des personnes interrogées continueraient à travailler même si elles avaient suffisamment d’argent pour vivre.

Alors pourquoi travailler ? 4 raisons :

 

ARGENT
ORGUEIL
VOCATION
PLAISIR

 

Bien entendu, on comprend que les raisons de droite (Vocation/Plaisir) sont davantage intrinsèques, les raisons de gauche (Argent/Orgueil) plutôt reliées à l’estime de soi et à la frustration. Comme déjà présenté dans l’article sur l’argent est-il le moteur principal de la motivation, il ne s’agit pas d’éliminer l’argent comme le diable en boite. Simplement de se rendre compte « qu’en voulant acheter la performance, on risque de la diminuer » (dans la vidéo de Jacques Forest). En définitive, un juste salaire augmente la performance alors qu’une concentration essentielle des efforts pour plus d’argent développe la frustration

Lire la suite»

Un atelier de créativité en intelligence collective

Christophe dirige une équipe de 35 personnes qui travaillent dans le bâtiment sur des projets en moyenne de 30 M€. Son département pilote 200M€ de chiffre d’affaires par an. Souhaitant stimuler son équipe en l’associant aux commerciaux, il témoigne dans cette vidéo de son expérience et sa participation dans l’animation d’un atelier de créativité en intelligence collective…

 

 

 

Quelques bénéfices cités lors de l’interview de Christophe :

 

Lire la suite»

L’intelligence collective au secours de la formation…

J’ai quitté une formation, tellement je m’ennuyais !

Il est étonnant de constater que 20 ans après la création des outils permettant la projection à l’écran de diapositives/transparents, un nombre incalculable de formations reste ennuyeuse à mourir. Comme l’indique le schéma ci-dessus, l’ennui est inversement proportionnel à l’appropriation.

 

En clair, quand un formateur se limite à un discours, l’appropriation est quasi nulle (inférieure à 10%, c’est sur). Si de surcroit, il lit à l’écran ses transparents surchargés, cela tourne vite à la catastrophe pour les auditeurs passifs. S’il ajoute un peu d’anecdotes personnelles – en s’exposant donc – il donne du sel à son discours et l’appropriation monte. S’il ose aller jusqu’à poser des questions à son auditoire – s’exposant d’autant plus car on pourrait lui renvoyer des questions plus difficiles – l’appropriation gagne les participants. Enfin, s’il met les participants dans l’action, les fait travailler, bouger (physiquement), expérimenter, alors l’appropriation devient optimum, plus personne ne s’ennuie.

 

Lire la suite»

Que faire de la réponse ?

Cliquez, écoutez le podcast :

 

Pourquoi ne pose-t-on pas régulièrement la question à ses collaborateurs : « qu’est-ce que tu as envie de faire ? »

Dans un entretien récent avec un directeur commercial, celui-ci écoute ce commentaire et me renvoie, démuni : « c’est intéressant mais que faire de la réponse » ?

Dans le podcast d’aujourd’hui, je vous encourage à :

  1. collecter toutes les réponses de vos collaborateurs à la question « qu’est-ce que tu as envie de faire ? »
  2. proposer quelque chose, si vous en avez la possibilité, qui répond à l’envie exprimée…
  3. enregistrer cette envie car vous aurez peut-être bientôt à la fois une bonne réponse à cette envie, et une personne motivée sur le sujet
  4. reposer régulièrement la question car les « envies » évoluent…

En faisant cela, vous développez le « Trésor de l’entreprise »…

NB : l’impact collatéral de cette question est que votre interlocuteur a été entendu, qu’il se sent valorisé et reconnu…

 

Faites le test et commentez ci-dessous les résultats obtenus…
 

Utilisez les méthodes d’intelligence collective pour réussir…

Dans cette vidéo (texte en page 2), je fais un constat sur le manque d’utilisation des méthodes d’intelligence collective dans les entreprises… Pourtant, identifier, ordonner, planifier les idées de tous, celles des managers comme des collaborateurs permet d’élargir le champ des possibles. Sans compter les effets collatéraux de ces exercices qui nourrissent la reconnaissance de chacun et encouragent l’appartenance à une entité, à un projet.

Regardez ces 3 minutes de vidéo et donnez moi votre avis…

 

Connaissez-vous des méthodes d’intelligence collective, les utilisez-vous, qu’en pensez-vous ?

Donnez votre avis ci-dessous dans les commentaires.

(NB : le texte de la vidéo est en 2ème page)

Des objectifs contreproductifs… voire pervers…

Tirée d’une récente « discussion de salon », je voudrais une fois de plus signaler à quel point les outils de management peuvent être contreproductifs, voir pervers, si mal utilisés.  Tout le monde a bien compris l’intérêt des objectifs. Je pense pourtant que bon nombre d’entre eux (disons 80% pour être gentiment provocateur) deviennent vite inopérants – on en parle à l’entretien d’évaluation puis on les range consciencieusement dans son tiroir pour un an – ou tellement précis et pointilleux qu’ils conduisent vers une interprétation néfaste.

 

Dialogue à l’apéro…
Laurent : tu me dis que les objectifs dégradent le service donné au client, je ne comprends pas bien…

– Joseph (technicien de maintenance) : je vais te donner un exemple. Nous sommes mesurés au temps d’intervention chez le client. Si le temps d’intervention est court, on est bien noté.

 

Lire la suite»

Partir à l’aventure… et dans le désert

Peut-on changer de vie, partir à l’aventure, choisir ? Marie évoque ses années de voyage alors qu’elle était salariée en début de carrière, puis sa méharée dans le désert…

 

 

 

Bien entendu, cela n’arrive qu’aux autres…

Les aventures de Marie reste-t-il dans l’univers de vos « impossibles » ou le choix vous est-il accessible ?

Marie, princesse du désert

Marie, princesse du désert

Le manager détroussé…

Quelques répliques de manager détroussé :

  • Pour votre augmentation, allez voir la DRH
  • L’équipe juridique m’interdit de signer ce contrat
  • Ce sont les achats qui décident des prix
  • L’informatique nous impose ce système
  • Mon chef ne m’a pas donné l’autorisation
  • La finance ne m’a pas accordé le budget


Régulièrement, les enquêtes signalent le triste moral des managers, leur stress, leur baisse de motivation. On se demande si le système qui est mis autour d’eux soit-disant pour les aider, n’est pas en train de les écrabouiller… Il semble que les services fonctionnels aient pris le pouvoir. Le manager opérationnel devient-il un relais de procédures ? Si tel est le cas, je conseille de tous les virer et de les remplacer par des machines automatiques : c’est moins cher, ça ne discute pas, ça n’a pas d’ambition hiérarchique !

Lire la suite»