manager-coach

Il n’a pas le moral, mettez vous au travail à coté de lui…

fotolia_85498062_xsHier, je n’avais pas le moral. Quelques mauvaises nouvelles et un dossier compliqué, pas de solution facile et efficace à apporter au client. Sujet chronique à la déprime passagère – mais je crois que je ne suis pas le seul, j’ai entendu qu’Hergé sortait de ses déprimes très créatifs – je suis capable de rentrer dans une spirale intérieure qui me fait descendre vertigineusement en quelques secondes. C’est terrible pour moi, c’est terrible pour mon entourage, désemparé s’il n’a pas trouvé la bonne solution.

Peut-être avez-vous des collaborateurs qui tombent dans ces abimes parfois, moral dans les chaussettes, perte de confiance, irascibilité, incapacité à produire.

 

Quelles sont les erreurs fatales à ne pas commettre alors ?

 

 

Lire la suite»

Osez demander l’avis à votre équipe…

 

Dans sa biographie, que je vous encourage à lire, il est raconté que Steve Jobs demandait l’avis d’une centaine de personnes avant de prendre une décision. Il interrogeait tout le monde, aussi bien ses collaborateurs supposés être légitimes, comme les plus improbables de ses interlocuteurs… Tout cela permettait, j’en suis convaincu, de nourrir l’intelligence collective (même si Steve Jobs est aussi connu pour ses maladresses et son caractère de cochon).

 

J’ai tourné cette vidéo après être intervenu, modestement, dans une classe de teenagers (adolescents) dans un cours de français dans l’état du Maine aux Etats-Unis. Je vous explique, après la vidéo, pourquoi cela m’a inspiré sur le métier de management…

 

Pourquoi cette petite expérience m’a-t-elle inspiré sur le management et la peur qu’on a parfois de demander l’avis à l’équipe ?

Lire la suite»

Faut­-il court­-circuiter la hiérarchie ?

Je déjeune avec un manager. Il m’expose son projet qui reçoit le soutien du directeur général et la résistance de 2 managers intermédiaires qui le séparent du grand patron. Le débat tourne autour de cette question :

Faut-il qu’il court-circuite la hiérarchie ?

De nombreuses grandes initiatives ne sont-elles souvent pas menées par des gens audacieux qui, pour mettre en oeuvre leurs projets, passent au dessus de leur hiérarchie ?

Spontanément, vous allez me répondre que cela lui fait prendre des risques. Vous avez raison. Il peut se retrouver en conflit avec ses propres managers, jusqu’à en perdre son job ! Il peut se retrouver en porte-à-faux avec son équipe. Les risques sont réels, il convient d’agir sans naïveté, bien se préparer stratégiquement et tactiquement…

 

Lire la suite»

Quel est le paradoxe de la délégation ?

Quand le manager ou l’entrepreneur délègue, il est confronté à un paradoxe :

  • Ne risque t’il pas de perdre trop de temps dans la transmission ?
  • N’est il pas plus compétent que la personne auprès de qui il délègue ?
  • A t’il les moyens financiers ou les ressources humaines pour confier la mission ?

 

Retranscription écrite de la vidéo : 

 

Je vais évoquer un exemple personnel.

J’ai récemment décidé de déléguer la retranscription de mes vidéos, pour que les lecteurs du site “je suis manager” puissent les voir et lire les articles qui s’y réfèrent.
A première vue, le temps passé dans ma délégation n’est pas très rentable.

 

Il m’a été nécessaire :

  • D’expliquer ma vision du travail, la qualité attendue…
  • De clarifier ma délégation pour me faire gagner du temps sur le long terme…
  • De m’assurer que la personne, à qui je délègue cette tâche, soit motivée et compétente…

La motivation est le premier ingrédient dont il faut s’assurer. Ensuite, le manager doit consacrer du temps pour faire monter son collaborateur en compétences.

 

Lire la suite»

Que faire de la réponse ?

Cliquez, écoutez le podcast :

 

Pourquoi ne pose-t-on pas régulièrement la question à ses collaborateurs : « qu’est-ce que tu as envie de faire ? »

Dans un entretien récent avec un directeur commercial, celui-ci écoute ce commentaire et me renvoie, démuni : « c’est intéressant mais que faire de la réponse » ?

Dans le podcast d’aujourd’hui, je vous encourage à :

  1. collecter toutes les réponses de vos collaborateurs à la question « qu’est-ce que tu as envie de faire ? »
  2. proposer quelque chose, si vous en avez la possibilité, qui répond à l’envie exprimée…
  3. enregistrer cette envie car vous aurez peut-être bientôt à la fois une bonne réponse à cette envie, et une personne motivée sur le sujet
  4. reposer régulièrement la question car les « envies » évoluent…

En faisant cela, vous développez le « Trésor de l’entreprise »…

NB : l’impact collatéral de cette question est que votre interlocuteur a été entendu, qu’il se sent valorisé et reconnu…

 

Faites le test et commentez ci-dessous les résultats obtenus…
 

Utilisez les méthodes d’intelligence collective pour réussir…

Dans cette vidéo (texte en page 2), je fais un constat sur le manque d’utilisation des méthodes d’intelligence collective dans les entreprises… Pourtant, identifier, ordonner, planifier les idées de tous, celles des managers comme des collaborateurs permet d’élargir le champ des possibles. Sans compter les effets collatéraux de ces exercices qui nourrissent la reconnaissance de chacun et encouragent l’appartenance à une entité, à un projet.

Regardez ces 3 minutes de vidéo et donnez moi votre avis…

 

Connaissez-vous des méthodes d’intelligence collective, les utilisez-vous, qu’en pensez-vous ?

Donnez votre avis ci-dessous dans les commentaires.

(NB : le texte de la vidéo est en 2ème page)

J’ai oublié… est-ce bien professionnel, comment faire ?

Vous arrive-t-il d’entendre (ou pire de dire) : « j’ai oublié ! »

Il me souvient un jour un très bon ami répondant à sa femme revenue d’une matinée d’absence. Attrapant la liste des choses à faire, consciencieusement écrites sur la liste, elle le mit à la question :

– as-tu vidé la machine ?

– oui, oui

– et étendu le linge ?

– euh non j’ai oublié

– rangé les revues qui trainent à l’entrée

– oui, oui

– appelé le plombier

– euh, j’ai oublié…

 

L’amour gouvernant la relation de ce couple, l’échange se termina dans un éclat de rires, sur une liste à moitié « oubliée ». L’histoire continue entre ces 2 là, autre chemin que celui du film d’Yves Robert « Alexandre le Bienheureux« , qui raconte une fable où Philippe Noiret nous sert un bonne rasade de rigolade, et de grasses matinées…

Comment peut-on dire « j’ai oublié » ? Surtout au boulot !!!

Lire la suite»

S’exprimer concrêtement…

Je connais la valeur des concepts, l’intérêt de l’abstraction, la puissance de la généralisation. Cependant, je reste convaincu que le management se réussit dans la capacité à régler des détails, à visualiser, clarifier et accomplir des tâches extrêmement concrètes.

Dans mes méthodes d’animation, je lance très souvent des débats, écrits ou oraux. L’idée est d’amener les participants à découvrir ou ramener à la conscience des notions plus ou moins basiques. Les résultats sont souvent édifiants : on reste dans des abstractions, on ne sait pas comment traduire cela en action de management au quotidien. Et cela, quel que soit l’environnement professionnel : intellos, ingénieurs, ou personnels de terrain. Je pose d’ailleurs l’hypothèse que ce travers est bien français, déformés que nous sommes par notre système éducatif qui privilégie la métaphysique à la physique et au physique (essayez de faire bouger les gens en réunions…)…

 

Lire la suite»

La maitrise du temps vous appartient

Cette vidéo est incontournable. L’interview de Christian Loridon reprend les grands thèmes de management et d’optimisation du temps sur lesquels vous pouvez fonder une solidité professionnelle. Je reprends dans l’article les grandes idées de l’interview.

 

 

Qui est Christian Loridon ?

Je le désigne comme l’un de mes mentors, rencontré au début des années 1990. Formateur et coach, il est intervenu pour presque toutes mes équipes dans les registres du management, de la gestion du temps, de l’animation…

Lire la suite»

3 mois pour mettre en oeuvre une idée simple

Vous pouvez écouter cet article en podcast   : 3-mois-pour-mettre-en-place-une-idee-simple

 

3 mois pour mettre en oeuvre une idée simple

3 mois pour mettre en œuvre une idée simple

Un jour, ma compagne a changé la poubelle de place dans la cuisine. Pendant environ 3 mois, j’ai consciencieusement ouvert l’ancien placard, avant de finalement intégrer le nouvel emplacement pour les déchets de table ! Au moins 3 mois pour changer une habitude aussi simple, imaginez ce que cela peut donner dans nos pratiques professionnelles……

Lire la suite»