Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

par | Communiquer, Débats

La culpabilité : le verbe « culpabiliser » est entré dans la catégorie des mots interdits. Or, avec la conscience qui monte à propos des impacts de nos actes sur le vivant, les échanges tendus où s’accusent réciproquement les parties sont susceptibles de devenir légion.

« Je mange de la viande, mais toi tu as une grosse bagnole » lance l’un…

« Certes j’ai un maison de campagne, mais toi tu prends sans arrêt l’avion » lance l’autre…

Ces accusations vont grossir au fur et à mesure que la conscience se développe, sauf si un immense mouvement d’empathie se glisse dans les conversations, ce qui n’est pas gagné.

Le problème est que nous sommes tous coupables, à des degrés divers bien sur : le richissime humain qui prend son jet privé pour aller camoufler des milliards dans une ile paradisiaque et éviter la fiscalité (pour rappel, il est couramment admis et publié que plus de 30 000 milliards de $ sont dissimulés dans les paradis fiscaux, c’est-à-dire environ un an et demi de PIB des Etats-Unis) est plus coupable que le contribuable de la classe moyenne française, lui-même plus coupable que le paysan du Bangladesh. Si « le système » est le plus grand coupable devant l’éternel, le souci c’est que « le système » n’existe pas (relisez Sapiens de Yuval Noah Harari). Le système est un ensemble de conventions entre humains… retour à la case départ : nous.

Nous sommes tous embarqués dans un vaisseau devenu fou de puissance, de consommation, de destruction de la source de vie.

La culpabilité ne peut se comprendre que lorsque la conscience a fait son chemin. « Oeil pour oeil, dent pour dent » a été longtemps la règle, avant que ne soit proposé un chemin où la loi s’interpose et la justice cherche des solutions moins sanglantes. « Tu ne tueras point » est à peu près admis aujourd’hui sur la planète mais il est probable que cette règle était diversement mise en oeuvre il y a 200 000 ans. L’humanité est sur un chemin d’élévation de conscience, chemin escarpé !

Sur le sentier de la responsabilité, l’élévation de la conscience est la première étape. Il est amusant de constater que le post qui a fait le plus de vues de mes publications linkedin (plus de 120 000) est celui où j’ai partagé la prise de conscience d’une faute commise en l’an 2000 (j’ai été un prédateur inconscient et naïf). Il est facile après l’an 2020 de m’auto accuser d’une faute datant de l’année 2000 alors que je n’avais pas l’éveil suffisant sur le sujet de mon impact carbone. Juger sans nuances les fautes du passé avec ce que l’on sait au présent est un exercice injuste.

Quand la conscience de la responsabilité sur l’impact carbone du style de vie prend forme dans la réflexion intérieure, il faut traverser de terribles défis intimes et des choix confrontants. La plupart des humains n’échappe pas à la conscience de la responsabilité, et c’est heureux, alors que, selon ses propos, ce ne fut pas le cas d’Eichmann qui « au procès n’a semblé ressentir ni culpabilité ni haine et présenté une personnalité tout ce qu’il y a de plus ordinaire ».

Une fois conscient de l’impact sur le vivant lié au mode de vie, que faire : arrêter de manger de la viande, arrêter de se déplacer avec tout véhicule qui consomme de l’énergie, arrêter de se chauffer, de se vêtir, arrêter de faire des enfants, retourner dans une grotte (qui va vite être surpeuplée…). S’il existe des nuances entre « arrêter » et « diminuer », les humains vraiment conscients ne peuvent pas échapper à cette terrible négociation à mener avec leur culpabilité.

Alors se pose la question : comment puis apprendre à négocier avec la culpabilité ? 

Nous devons ré inventer notre imaginaire pour mieux vivre ensemble et créer un monde désirable et durable. Nous devons laisser au bord du chemin de nombreuses certitudes et habitudes, reconnaitre avec bienveillance et sans complaisance que nous nous sommes trompés et passer aux actes. Comment ? Par quoi commencer ? Comme le dit la chanson « chacun sa route, chacun son chemin, passe le message à ton voisin ».

Ce qui devient difficile à accepter, c’est le « je n’en ai rien à foutre ». Ce qui est compréhensible d’entendre, c’est le « je ne sais pas comment m’y prendre ». Aucun d’entre nous n’est supposé devenir un héros, un ascète, un extrémiste de la lutte pour la décarbonation. 

En revanche, nous sommes tous appelés, au fur et à mesure que notre conscience s’élève, à regarder notre culpabilité en face et à négocier avec elle. Ce dialogue intérieur peut être ravageur. Il est probablement nécessaire de le mettre en mots, d’écouter les autres expériences, de parler, pour baisser la tension, l’anxiété, l’auto-dénigrement. Le Verbe est la voie pour aller mieux, pour s’écouter, se comprendre, garder confiance contre les agressions de la culpabilité, et finalement passer à l’action.

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Que faut-il penser du contrôle des collaborateurs ?

Que faut-il penser du contrôle des collaborateurs ?

Le contrôle des collaborateurs est l'une des nombreuses préoccupations des managers. Laissez-moi vous raconter une histoire... L’entretien se termine. Le patron de la business division m’a présenté « un job pour moi ». Je lui demande alors : « Pourquoi penses-tu que...

3 excellents conseils de coach

3 excellents conseils de coach

A quoi sert le coaching ? Les conseils de coach sont-ils autorisés par la déontologie ? En quoi l'écoute, l’effet miroir, la réplique du coach qui dit ce qui lui vient peuvent-ils servir ? En déambulant aujourd’hui me sont venus 3 excellents conseils de 3 coachs...

Je hais Outlook et quelques autres…

Je hais Outlook et quelques autres…

J'écris beaucoup moins qu'autrefois sur mon blog, qui est un magasin sympa dans une rue sombre avec peu de passage (larmes).   J'écris beaucoup plus sur linkedin, avec parfois des statistiques flatteuses qui dépassent les 100 000 vues (ego tout content).  ...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe, quelle est la différence ? Comment distinguer ces notions et échapper à la confusion courante dans le langage de tous les jours.   Plutôt que de tenter les grandes démonstrations, j'aime faire vivre les concepts. Dans cette conférence sur...

Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

Oui courage, fuyez, car il faut du courage quand une sirène déploie langoureusement les charmes de la fortune. Toutes les techniques de communication pour aguicher fonctionnent avec merveille… « Inscrivez-vous à ma formation : je vais vous apprendre une technique...

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

Je ne compte plus les échanges avec mes clients coachs sur le sujet de la posture du coach. En effet, le beau monde parle maintenant : De coaching De mentoring De consulting De formation De thérapeute De métiers de psys en tout genre Et patati et patata Tout cela est...

La performance est-elle le critère majeur ?

La performance est-elle le critère majeur ?

Ca me trotte dans la tête depuis quelque temps : la performance est-elle LE critère majeur de mesure ? Immédiatement, ma réflexion se trouve éteinte par ce concept tabou, cette idée admise : la performance est le mot qui réconcilie tout le monde quand il s'agit de...

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ! Comment apprendre sans se tromper ? L'échec est un apprentissage... Aucun être humain ne se développe dans la vie sans commettre de nombreuses erreurs. Comment s'approprier, dans nos modes de management, le droit à l'erreur ? Ecoutez cet article en podcast :...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements