Plaidoyer pour un gouvernement mondial

par | Coup de gueule, Débats, Zagora

Samedi 21 mars 2020, tiens c’est le printemps… chronique du coronazitudoposophe depuis Zagora

 

Le conoraviduzapode nous met au défi. Depuis Zagora, dans cette chronique quasi quotidienne, je dirais même plus, quotidienne (comme diraient Dupont et Dupond), je lance un plaidoyer pour un gouvernement mondial.

 

C’est évident !

 

Plaidoyer pour un gouvernement mondial et pour un gouvernement local…

Dites moi chers amis lecteurs :

 

  • qui peut régler sérieusement une pandémie sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut régler l’accès équitable à l’énergie et à l’eau (ah oui, je n’ai pas d’eau pour ma douche ce matin) sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut régler les problèmes du climat sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut régler le partage des richesses et faire reculer la pauvreté sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut régler les injustices fiscales sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut prévenir les conflits armés sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut protéger la biodiversité sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut nous sauver du risque nucléaire sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut rétablir une peu de sagesse pour endiguer les excès de l’économie débridée sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut intervenir de manière efficace dans les grandes catastrophes sauf un gouvernement mondial ?
  • qui peut, qui peut, qui peut… il y a surement encore quelques sujets cruciaux qui n’ont aucun sens a être traités localement ou régionalement

 

C’est ça le message du coronavidusosipode

 

Au gouvernement mondial, il faut associer des gouvernances locales pour les sujets locaux. Plein de boulot pour les politiques de bonne volonté. Inutile de tout gouverner d’en haut. Le pouvoir local « à la Suisse », avec ses referendum locaux, est inspirant.

 

Un ancien président français a dit un jour, un peu prétentieux sur le coup : « après moi, il n’y aura plus de politiques, il n’y aura plus que des comptables ». Quelle erreur ! Nous avons besoin aujourd’hui des politiques les plus courageux qui n’aient jamais existé.

 

Les adversaires d’un gouvernement mondial sont nombreux :

 

  • les nationalistes de tout poil
  • les egos de dirigeants (pas tous) qui ne veulent pas perdre une once de leur pouvoir
  • les craintifs et ceux qui ne comprennent pas les enjeux globaux
  • les adorateurs du Brexit
  • les ronchons qui trouvent que les technocrates ne les emmerdent
  • les habitudes, les traditions, les systèmes
  • les salopards qui passent leur temps à profiter des déséquilibres pour s’empiffrer de bénéfices
  • les théoriciens transformés en robots de pensées dogmatiques, que seul un carré d’intellectuels comprennent, et qui ont oublié se promener en dehors des salons moquettés aux murs couverts de bouquins

 

Juste quelques adversaires, pas de quoi baisser les bras. Suis-je critique aujourd’hui ? Yes sir. Je ne comprends pas :

 

  • pourquoi on continue de tuer les animaux sauvages ?
  • pourquoi tant de femmes sont encore maltraitées ?
  • pourquoi les bénéfices boursiers de certains vont exploser dans les prochaines semaines, alors qu’ils n’auront fait que jouer sur leur ordinateurs ?
  • pourquoi quelques géniaux et courageux entrepreneurs tentent seuls, avec leur petits moyens de nettoyer le continent de plastique de l’océan pacifique ?
  • pourquoi j’ai suspendu mes virements aux associations dès le début de la crise (la peur), avant de les rétablir quelques jours après ?
  • pourquoi les pays rapatrient leurs ressortissants alors qu’on sait que le mélange des populations permet à notre ami le corondivadorius de gloutonnement se jeter sur les uns et les autres ?
  • pourquoi on ne rémunère pas correctement les penseurs, les éducateurs, les personnels de soin, les femmes et les quelques hommes qui restent au foyer pour s’occuper des enfants, et autres mille métiers qui sont dans l’aide des autres ?
  • pourquoi les gros mots (en français) sont toujours dégradants pour les femmes, alors qu’il existe d’autres belles interjections qui ne font de mal à personne : sapristi, saperlipopette, cornegidouille + tous les emprunts à faire au capitaine Haddock
  • pourquoi on accuse toujours les politiques et dirigeants de tous les maux, alors que beaucoup font ça avec leur coeur et avec leurs défauts ?
  • pourquoi on ne généralise pas les indicateurs du Bonheur Intérieur Brut, au lieu de toujours privilégier des indicateurs rationnels et économiques ?
  • pourquoi on dit « c’est la guerre » au lieu de dire « prenez soin de vous » ?
  • pourquoi, pourquoi, pourquoi ???

(il y a des pourquoi hors sujet, mais tant pis, ma pensée a glissé)

 

Ce n’est pas la naïveté qui dirige mes doigts sur le clavier. Le coronadadirutos, comme me l’a dit un coach récemment, est un messager. J’entends son message ainsi : « hey dear humanité, il est temps d’inventer autre chose ».

Un gouvernement mondial pour les enjeux mondiaux, n’est-ce pas une idée simple et utile ?

L’idée n’est ni originale ni nouvelle. Elle a cependant besoin de soutien, et cela prendra du temps. En 2009, la crise a été aussi violente qu’en 1929. Sauf que les dirigeants se sont parlés au lieu de se renfermer pour, par exemple, fabriquer des armes et préparer la prochaine guerre. Rien n’a été parfait. Lire les critiques de l’époque qui disaient que le sommet n°23 de Copenhague ou Lisbonne pour aider la Grèce s’était terminé sur un échec m’énervait. Discuter n’est jamais un échec. Cela fait avancer le schmilblic. Quand on va au cinéma avec 3 ou 4 amis, combien de temps passons-nous à décider du film à aller voir ? Alors soyons critique et compréhensif avec ceux qui tentent de régler, par la parole et la négociation, des enjeux très complexes. Beaucoup des négociateurs appliquent le 4ème accord Toltèque « fais toujours de ton mieux ». D’autres ne pensent qu’à leur intérêt propre, mais la discussion n’éveille-t-elle pas le niveau de conscience ?

 

Je vote pour un gouvernement mondial, enfant naturel du coronadivusipode, et vous ?

 

NB : j’ai lu quelque part que des chercheurs enquêtent pour savoir si le corodanvidosophe ne va pas sauver plus de vies humaines qu’en supprimer ! Etonnant non => il y aurait un nombre énorme de morts en moins car la pollution est toute triste ces derniers jours : elle ne peut donner sa livraison habituelle à la Camarde. La complexité, la complexité…

NNB : courage à ceux qui souffrent en ce moment

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

Lancer un débat moral sur l'agressivité commerciale, est-ce bien raisonnable ? On est tous d'accord, ralbol de l'agressivité commerciale... et pourtant... Quand les frontières se sont rouvertes en 2020, j’ai quitté le Maroc après avoir été bloqué 120 jours....

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur », ce sont trois mots que m'attribue en commentaires bienveillants l'un de mes lecteurs assidus… Je reviendrai peut-être sur les deux premiers qualificatifs, je voudrais m’arrêter un instant sur le troisième, à la lumière de mon...

L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

Dans son livre « l’emballement du monde » (que je n’ai pas encore fini donc j’anticipe des conclusions, mais là où j’en suis me donne de l’espoir, alors je partage), Victor Court évoque les dislocations d’empires. Ce que j’en comprends : la pensée largement partagée...

Les coaches sont des Jedis

Les coaches sont des Jedis

Pourquoi suis-je convaincu que les coaches sont des Jedis ?   Je suis intervenu pour AceUp, une startup américaine dont la mission est de démocratiser le coaching. J'ai coordonné l'organisation du premier "Summit" à Boston, le rassemblement de quelques dizaines...

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

La culpabilité : le verbe « culpabiliser » est entré dans la catégorie des mots interdits. Or, avec la conscience qui monte à propos des impacts de nos actes sur le vivant, les échanges tendus où s’accusent réciproquement les parties sont susceptibles de devenir...

Pourquoi faire de la prévention…

Pourquoi faire de la prévention…

C'est une ritournelle connue : pourquoi faire de la prévention ? Comment éduquer à cette étrange idée qui consiste à investir de l'argent alors qu'il n'y a pas de problème (visible), juste un risque ?   Je rentre chez mon ostéopathe. Elle me demande : "pourquoi...

3 excellents conseils de coach

3 excellents conseils de coach

A quoi sert le coaching ? Les conseils de coach sont-ils autorisés par la déontologie ? En quoi l'écoute, l’effet miroir, la réplique du coach qui dit ce qui lui vient peuvent-ils servir ? En déambulant aujourd’hui me sont venus 3 excellents conseils de 3 coachs...

Je hais Outlook et quelques autres…

Je hais Outlook et quelques autres…

J'écris beaucoup moins qu'autrefois sur mon blog, qui est un magasin sympa dans une rue sombre avec peu de passage (larmes).   J'écris beaucoup plus sur linkedin, avec parfois des statistiques flatteuses qui dépassent les 100 000 vues (ego tout content).  ...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements