La todo list ou comment prolonger la culpabilité quotidienne…

by | Objectifs, Temps | 0 comments

J’en parle dans toutes mes formations, je trouve des arguments sur cet article (en anglais) : a better way to manage your to-do list...

En dépit de toutes les bonnes résolutions que nous prenons et reprenons, de toutes ces actions soigneusement enregistrées dans la to-do-list, la procrastination gagne toujours. Les actions se reportent de jour en jour entretenant joyeusement la culpabilité quotidienne de la tâche non accomplie

 

Champion de la procrastination

Champion de la procrastination

On rêve du jour où la to-do-list est vide. On se réveille pourtant chaque jour avec une to-do-list encore plus puissante que la veille, nous scrutant d’un air goguenard : “tu as vu, je suis plus longue qu’hier, tralalère…”

Y a-t-il une solution radicale qui permettrait l’éradication de toutes ces actions à faire, le grand nettoyage ? Je suggère que non ! Je suggère qu’il convient de répondre aux sollicitations provocatrices de la to-do-list, en lui disant gentiment : “c’est moi qui décide de mes priorités, et ma priorité, là tout de suite, c’est de te transformer“. La transformation de la to-do-list fait partie du ménage quotidien…

 

Ma to-do-list d’aujourd’hui contient quoi ?

  • des appels téléphoniques importants à passer
  • des actions administratives à réaliser
  • des idées créatives à mettre en œuvre
  • quoi encore… plein de petits bidules que je reporte consciencieusement de jour en jour…

 

Depuis 2003, je forme des centaines de managers et employés à l’optimisation du temps. Quand j’étais salarié avant 2003, je faisais systématiquement passer mes collaborateurs par une formation animée par Christian Loridon qui m’a apporté sa vision sur ce sujet… Pourquoi cette formation-là en priorité ? Parce qu’il reste essentiel, chaque matin, de se demander quelle est la juste contribution à apporter aujourd’hui pour aller vers les objectifs, pour apporter la plus grande valeur ajoutée dans mon job.

La to-do-list dessert souvent l’efficacité. Pire encore, elle nous rappelle notre propension à la procrastination, et partant, amplifie une culpabilité larvée…

 

Loin d’en rejeter l’utilité, je veux proposer d’y jeter un autre regard…

 

  • si dans la to-do-list se trouve l’action “rappeler le prospect Dupont”, il est surement essentiel de le faire – d’autant plus si on a rencontré ce prospect 6 mois plus tôt dans un entretien qui s’est terminé par… “rappelez moi en janvier prochain, j’y verrai plus clair”. En rappelant 6 mois plus tard, on marque de nombreux points avec le-dit prospect…

 

  • si dans la to-do-list se trouve une idée géniale, susceptible d’apporter une grande valeur à l’entreprise, il convient probablement de transformer cette idée en plage de temps dans l’agenda, à un moment bien choisi, pour développer le plan d’actions qu’elle suscite – éventuellement en réunissant les bons interlocuteurs autour de la table…

 

  • si dans la to-do-list se trouve une myriades de micro-actions administratives à régler, n’est-il pas plus efficace de les regrouper sous un thème global et les traiter toutes d’un trait (pourquoi pas en réservant une plage horaire régulière-hebdomadaire dans l’agenda)…

 

  • si dans ma to-do-list se trouve un engagement pris avec autrui précisément pour ce jour-là, alors il est essentiel de l’honorer, quitte à rappeler l’interlocuteur pour négocier un nouveau délai si nécessaire…

 

La proposition est de regarder sa to-do-list avec un œil distancié.

 

Quelles sont mes véritables priorités de la journée ? En quoi servent-elles mes priorités de la semaine ? En quoi celles-ci servent-elles mes priorités du mois, du trimestre, de l’année, de mon projet professionnel ? C’est dans cet alignement-là que je consulte ma to-do-list. Je reste le capitaine de mon emploi du temps, en scrutant le lointain objectif et en ajustant l’action quotidienne.

 

Plus facile à dire qu’à faire ? Oui c’est incontestable.

La procrastination, plutôt que vouloir l’éradiquer – cause perdue d’avance – est un indicateur de ce qui nous importe vraiment. Ce qu’on fait aujourd’hui n’est-il pas finalement devenu notre priorité ? Si cette priorité ne correspond pas à notre orientation fondamentale, alors sommes-nous aligné ?

 

 Commentaires ci-dessous bienvenus : comment vivez-vous avec votre to-do-list ? Amour ou combat de chiffonnier ?

Article dédié à Christian…

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021