Comment sortir d’un dilemme…

par | Décider, Intelligence collective | 4 commentaires

Il se passe tant de choses sous la douche… L’autre jour, c’est dans ce lieu singulier que j’ai trouvé, en utilisant une technique apprise auprès de Robert Dilts, comment sortir d’un dilemme intérieur. L’outil utilisé fonctionne finalement aussi bien pour surmonter un dilemme risquant se transformer en conflit dans une équipe, que pour dépasser un débat intérieur sans fin.

 

Synonymes de dilemme : alternative, choix, option, raisonnement

 

Je m’explique : depuis quelque temps, je m’interroge sur ma participation à un groupe de travail. Dois-je continuer, dois-je arrêter d’y participer ? Dans la colonne des +, des oui, des arguments pour, il y a de bonnes raisons. Dans la colonne des -, des non, des arguments contre, les raisons sont solides. Depuis des jours, je tourne et retourne cette alternative qui me perturbe.

 

Dans les relations professionnelles, on observe souvent ce phénomène : la crise vient d’un désaccord sur une décision, un projet, une orientation, une politique. 2 camps finissent par se dresser, on en vient à l’argumentation simpliste, on tourne en rond, voire on en vient aux conflits de personne. L’emportera le point de vue du plus puissant, du plus astucieux, du plus manipulateur. L’emportera le choix démocratique ou autocratique. Un camp l’emportera.

 

Sous la douche, je repense à un exercice de la formation de Robert Dilts. J’ai 2 points de vue qui s’opposent en moi depuis des jours et des jours :

  1. je continue de participer à mon groupe de travail
  2. j’interromps ma participation au groupe de travail

 

Décision simple non ?

Je fais l’essai pendant que l’eau ruisselle et m’interroge : “quels sont les 2 autres points de vue à considérer ? Il s’agit de passer du dilemme au tetralem (quatre angles d’observations). Si j’observais la possibilité :

  • de continuer et d’interrompre ma participation au groupe de travail… (quid ?)
  • ni de continuer ni d’interrompre ma participation au groupe de travail… (quid au carré ???)

 

L’idée revient à ouvrir le champ des possibles. La sortie est-elle forcément l’un des arguments concurrents ou dans une issue plus subtile ? L’exercice du tetralem est de développer sur 4 angles : les 2 points de vue opposés + l’intégration des 2 points de vue + la recherche du point de vue qui exclut les 2 points de vue.

Comment le dire différemment… il s’agit de considérer : l’argument A comme juste, l’argument B opposé comme juste, les 2 arguments comme justes ensmbles, ni l’argument A ni l’argument B comme justes. On peut opérer le travail d’analyse en organisant un jeu de rôle à 4 personnes autour de celle qui doit décider.

 

La valeur de l’exercice se tient dans l’ouverture du champ des possibles. Que se passe-t-il quand j’observe l’agrégation des 2 points de vue ? Que se passe-t-il quand je regarde dehors, que je considère que la solution est peut-être dans le nini : ni l’argument A ni l’argument B, son opposé ?

 

En attrapant ma serviette de bains, j’ai eu le sentiment que j’avais, tout seul, en quelques minutes, éliminé un conflit intérieur qui mobilisait beaucoup trop de mon énergie mentale. Juste en observant 4 panoramas plutôt que 2. J’insiste : juste en les observant, en laissant agir cette observation silencieuse et savonneuse… Pas forcément en tentant de répondre rationnellement aux 4 points de vue.

 

Sortir du dilemme par le haut en ouvrant, dans le champs des possibles, l’agrégation des arguments ou leur dissipation. Faites l’essai sur l’une de ces décisions que vous avez du mal prendre, ou du mal à faire prendre à votre équipe .

 

N’hésitez pas à commenter cet article pour ouvrir les points de vue 🙂

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Désert : transmettre la flamme avant de s’envoler…

Désert : transmettre la flamme avant de s’envoler…

Pierre mon ami, mon frère, compagnon du désert, compagnon pour toujours. Un samedi de l'an 2013, il est parti. Le crabe l'a emporté alors qu'il a tant donné, et avait tant encore à donner. Depuis que l'animal l'avait attaqué, une bougie brillait dans mon bureau, elle...

Le Comité de Pilotage, clé du succès des projets à fort enjeu…

Le Comité de Pilotage, clé du succès des projets à fort enjeu…

L'expression Comité de Pilotage (CoPil dans l'abrégé de certains, ou Steering Committee pour nos amis anglophones) apparait régulièrement dans le langage des DSI, dans les marchés publics, et en général dans les (grandes) entreprises qui mettent en place le management...

Gouvernance projet, une cause profonde d’échec

Gouvernance projet, une cause profonde d’échec

Combien de fois rate-t-on les objectifs d’un projet par défaut de gouvernance projet ? Comment la question de la mise en place d’un comité de pilotage doit-elle être adressée ? Pourquoi structurer une gouvernance projet solide et efficace est-elle la mission première...

Comment gérer efficacement ses mails, une méthode implacable…

Comment gérer efficacement ses mails, une méthode implacable…

Connaissez-vous les bonnes méthodes pour gérer efficacement ses mails ? Faites-vous partie des personnes qui ont des centaines, voire des milliers de courriels dans la boite d’arrivée ? Etes-vous souvent déchirés sur la tragique question : « que faire de ce mail ? Le...

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ! Comment apprendre sans se tromper ? L'échec est un apprentissage... Aucun être humain ne se développe dans la vie sans commettre de nombreuses erreurs. Comment s'approprier, dans nos modes de management, le droit à l'erreur ? Ecoutez cet article en podcast :...

Sans émotions, les leaders nous emmènent-ils à la catastrophe ?

Sans émotions, les leaders nous emmènent-ils à la catastrophe ?

Les émotions reviennent régulièrement au débat : quel ménage font émotions et leaders ? Les managers doivent-ils les laisser à l'extérieur de l'entreprise ? Se laisser "dominer" par ses émotions serait-il contre productif ? D'ailleurs que signifie "se laisser dominer"...

4 Commentaires

  1. Emmanuel

    Pas bité du premier coup. Alors comme j’ai la flemme de relire, dis quelles sont les autres possibilités. Dans le même genre, je constate souvent qu’entre 2 possibilités, il y en a souvent une troisième.

    Réponse
    • Laurent de Rauglaudre

      Alors l’idée c’est quoi : habituellement, on a le choix entre blanc ou noir. L’idée du tetralem est de regarder blanc et noir ensemble, ou d’observer ni blanc ni noir.
      Dans certains cas, cela donne de bizarres points de vue. Mais cela ouvre des champs improbables de solutions…
      Ca aide ?
      Laurent

      Réponse
  2. Denise

    Intéressant. Cette approche aide à sortir du tout ou rien. Dans le cas présenté, je pourrais, entre autres options, continuer de participer au groupe de travail dans de nouvelles conditions (temps, fonctions, etc.) ou le laisser tomber mais y rester attaché d’une façon ou d’une autre. Entre le blanc et le noir, il y a des nuances de gris, 50 paraît-il 😉
    Merci d’avoir partagé votre réflexion.

    Réponse
  3. Laurent de Rauglaudre

    Oui, le choix souvent présenté en alternative “blanc ou noir” est souvent une déformation de l’analyse. Il existe de nombreuses nuances de gris…

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Dites-le en 3 points clés - […] 3 permet de sortir de l’alternative, du dilemme, de […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube