Pourquoi se disperser ne conduit nulle part…

by | Livres, Mastermind, Progresser | 8 comments

Il est tellement tentant d’ouvrir un nouveau livre, de prendre encore un avion. Ces 2 actions font-elles partie de vos habitudes ? A titre personnel, la réponse est “oui”. Or, la question se pose de la dispersion. Où tous ces chemins conduisent-ils ? Je m’étais promis de lire et publier de timides commentaires aux lettres de Sénèque. Le temps a passé, l’intention s’était envolée… dispersion de l’esprit ? Actuellement, je contribue à l’écriture d’un livre sur la création d’un groupe Mastermind inspiré des méthodes d’intelligence collective, je suis parti à la recherche d’une citation de Sénèque…

 

De nouveau, j’ai emprunté sur ce site consacré à Sénèque, une lettre écrite à Lucilius (la deuxième). J’avais publié un premier commentaire de la première lettre : la plus grande partie de la vie se passe à mal faire.

 

Lisez cette Lettre II, j’ajoute quelques modestes réflexions ensuite.

Sénèque

Sénèque

“LETTRE II : Des voyages et de la lecture.

SOMMAIRE : Ne pas lire en courant mille auteurs divers sans se fixer à aucun, comme le voyageur qui ne séjourne nulle part : la multitude des livres dissipe l’esprit. Mais s’attacher à un petit nombre d’ouvrages et aux meilleurs, en extraire le suc, les digérer, enfin mettre chaque jour, comme Sénéque, une pensée frappante en réserve pour la méditer : ainsi l’on profite de ses lectures.

Ce que tu m’écris et ce que j’apprends me fait bien augurer de loi : « Tu ne cours pas çà et là; tu ne compromets pas ta sérénité par des déplacements (continuels). » Pareille agitation dénote une âme malade. Le premier caractère d’une âme bien réglée est, selon moi, de savoir se fixer et séjourner avec soi-même. Or, prends-y garde, la lecture d’un grand nombre d’auteurs et d’ouvrages de tout genre pourrait tenir aussi du caprice et de l’inconstance. Il faut t’arrêter à des écrivains choisis d’avance et te nourrir de leur substance, si tu veux y puiser des souvenirs durables.

 

Être partout, c’est n’être nulle part. A ceux qui passent leur vie en voyages, qu’arrive-t-il ? Ils se font beaucoup d’hôtes et pas un ami. Même chose arrivera nécessairement à qui ne lie commerce intime avec le génie d’aucun auteur, mais les effleure tous à la hâte, en courant. Aussitôt évacuée que reçue, la nourriture ne s’assimile ni ne profite au corps. Rien n’entrave la guérison comme le changement fréquent de remèdes. Une plaie ne se cicatrise pas tant qu’on y essaye de nouveaux appareils. L’arbre souvent transplanté reste sans vigueur. Il n’est chose si utile qui le soit en passant. La multitude des livres distrait l’esprit. Aussi, dans l’impuissance de lire tous ceux que tu pourrais avoir, il te suffit d’avoir ceux que tu pourras lire.
Mais, diras-tu, je me plais à feuilleter tantôt l’un, tantôt l’autre.

 

C’est le propre d’un estomac blasé d’aimer à goûter toutes sortes de mets. Cette variété, cette diversité le gâte au lieu de le nourrir. Aussi ne lis jamais que des auteurs estimés; et, si parfois il t’avait pris fantaisie de les quitter pour d’autres, reviens à eux. Prépare-toi chaque jour quelque nouvelle ressource contre la pauvreté, contre tous les autres fléaux. Dans les nombreuses pages que tu auras parcourues, choisis une pensée qui, ce jour-là, serve d’aliment à tes méditations (littér. pour la bien digérer). C’est ce que je fais moi-même. Dans la foule des choses que j’ai lues, je m’attache à un trait quelconque. Voici mon butin d’aujourd’hui. C’est chez Épicure que je l’ai rencontré, car j’ai coutume de m’introduire jusque dans le camp ennemi, non comme transfuge, mais comme éclaireur.

La belle chose, s’écrie-t-il, que la pauvreté joyeuse !

Mais elle n’est plus pauvreté, si elle est joyeuse. N’est pas pauvre qui a peu, mais qui désire plus qu’il n’a.
Qu’importent à cet homme l’argent de ses coffres, le blé de ses greniers ? Que lui fait le nombre de ses troupeaux, le chiffre des intérêts qu’il touche, s’il dévore des yeux le bien d’autrui, s’il suppute, non ce qu’il a acquis, mais ce qu’il voudrait acquérir ?

Quelle est donc, demandes-tu, la mesure de la richesse ?
D’abord le nécessaire, ensuite le suffisant. Adieu.

 

—————————–

 Avec grande précaution et mains égards, voici ce que je retiens du propos, de nature peut-être, à inspirer :

  • L’immense littérature de tout bord (il suffit de rentrer dans une librairie pour en prendre vertige) crée souvent cette frustration qui provient du “il y a tant à lire…”. Or Sénèque nous susurre que quelques oeuvres bien choisies, inspirantes, pourraient suffire, avec mission d’en approfondir les messages
  • “Etre partout, c’est n’être nulle part” touche aussi cette nouvelle habitude (dont je suis fervent) du voyage permanent. Le propos de Sénèque interpelle, tellement la perte de racines crée de multiples troubles – parfois même jusqu’à l’ordre public…
  • “J’ai coutume de m’introduire jusque dans le camp ennemi” n’est-elle pas une lucide proposition pour éviter la pensée unique ?
  • “D’abord le nécessaire ensuite le suffisant” nous met aussi au défi de cette course à l’exploitation sans fin, alors que nous évoluons sur une planète limitée en taille, et dont nous ne nous échapperons probablement jamais…

 

En lisant cette lettre de Sénèque, j’ai repensé à une rencontre professionnelle qui m’a beaucoup déçue… Ce n’est pas la première (ni la dernière) déception en la matière. Cela vous est-il arrivé : ressentir que quelqu’un pose largement plus d’intérêt au chèque que vous lui faites qu’à la création d’une vraie relation avec vous. Dommage, occasion ratée en cause d’un “effleurement à la hâte”.

En attendant, je vais remettre en lecture ou relecture, quelques auteurs que j’aime bien : Confucius (je vous conseille “le bonheur” de Yu Dan), Frédéric Lenoir (plein de très bonnes oeuvres, j’ai beaucoup aimé Petit traité de vie intérieure et l’Oracle de la Luna…) , Stephen Covey toujours, et j’en resterai là pour justement éviter la dispersion :-). J’ai pris un asiatique, un français, un américain pour colorier l’inspiration.

Et vous, qu’est-ce que cette lettre vous inspire ?
 
 

8 Comments

  1. Valérie Bals

    Bonjour Laurent 🙂
    Ce que cette lettre m’inspire, c’est une réaction que j’ai désormais souvent en lisant les “vieux auteurs” … dans la substance du message, oui, biensûr, tout est là. Mais aujourd’hui, en l’an 2016, qu’auraient-ils écrit, ces sages auteurs, en fonction de nos modes de vie, de la quantité d’ouvrage qui nous est proposée, des moyens de communication actuels qui véhiculent autant de faux que de vrai, de la mondialisation… ??? Sénèque, c’était -4 avant JC. Est-ce un Pierre Rabhi et sa “Sobriété heureuse” qui nous guide aujourd’hui ? Sommes-nous vraiment les mêmes qu’il y a 2020 ans pour nous contenter de ces écrits si ancien ? A combien d’auteurs Sénèque était-il “confronté” à son époque ?
    J’ai du mal à ce sujet à trouver une réponse qui me satisfasse, mais je suis intimement convaincue qu’il est bien plus difficile aujourd’hui de se “discipliner” à l’approche philosophique passée. Et ce, dans quelque domaine que ce soit (alimentation, culture, travail, relations, famille…)
    Bien cordialement.
    Valérie

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Bonjour Valérie,

      ton commentaire fait beaucoup sens… celui d’Alain (qui te suit) également. Certes le monde a changé.

      Qu’en est-il pourtant de l’esprit des humains. Ne se perd-on pas toujours dans les mêmes fausses pistes ? Ne peut-on trouver une forme de sérénité dans des pistes éternelles ?

      Je n’ai bien sur pas la réponse, cependant la lecture des “anciens” nous montre toujours, je trouve, une certaine actualité des interrogations essentielles… Et pour avoir compulsé beaucoup de livres, je m’aperçois que je retrouve souvent les mêmes choses, juste traitées avec un angle et un style différent.
      Merci de ton commentaire,

      Laurent

      Reply
  2. HUC Alain

    Mon très cher Laurent,

    Merci pour ces rappels. Pour moi Sénèque est toujours d’actualité même si notre société a changé, les fondamentaux philosophiques sont toujours les mêmes. Tout a déjà été écrit mais rares sont ceux qui en ont compris le sens des mots mais n’était-ce pas la faute des philosophes ? Peut-être ont-ils parfois utilisé un langage trop hermétique, incompréhensible par le commun des mortels dont nous faisons humblement partie même si nous nous posons nous-aussi des questions !
    Alain

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Merci cher Alain de ton commentaire…

      C’est vrai que la philosophie est parfois tellement difficile à aborder – un vocabulaire complexe – qu’on a du mal à comprendre. J’aime bien la lecture de ces lettres de Sénèque car elles sont accessibles et illustrent avec acuité certaines de nos interrogations.

      Reply
  3. Claudie Chéneaux

    J’aime “la PHILOSOPHIE”, tu le sais, mon fils. Peut-on avoir une meilleure “amie” (“philo”) que “sophie” (“la sagesse”) ?

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Merci m’man pour ce commentaire. Je ne connaissais pas l’étymologie du mot philosophie… En effet, nous avons tous besoin de l’amour de la sagesse…

      Reply
  4. JM

    Finalement, 2020 ans après, si nous sommes toujours à parler de Seneque et réfléchir sur ses paroles, malgré tout ce quelles ont dû traverser comme époques et écoles de pensée, n’est-ce pas, là une preuve de leur aspect fondamental (voir de ‘d’universalité’) ?? Encore une chose de plus à méditer… Quel éparpillement 😉

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Bonjour,

      même si énormément de choses ont été dites, redites depuis des millénaires, ce qui me parait intéressant est la manière dont les choses sont dites. Chacun d’entre nous est plus ou moins sensible, plus ou moins perméable à tel ou tel message. Le vocabulaire peut être un obstacle à la compréhension. Parfois les concepts sont difficiles à appréhender…
      C’est pour cela qu’il me parait utile que chaque personne qui le souhaite, puisse se faire l’écho de sa compréhension du monde – en prenant des précautions de langage, en restant humble face aux “découvertes” personnelles qui peuvent rarement emporter l’adhésion de tous.
      Merci du commentaire,

      Laurent

      Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021