Livres

Langage symbolique et accords Toltèques

Je voudrais revenir sur l’utilisation du langage symbolique et accords Toltèques. En effet, en avançant dans la publication par vidéos+articles des accords Toltèques, quelqu’un m’a gentiment fait cette remarque : « je pense que ce mot de magie ne fait pas sérieux et te dessert 😁 ».

 

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora – mardi 31 mars 2020

En fait, magie blanche et magie noire sont les mots employés par Don Miguel Ruis dans le livre les quatre accords Toltèques. Je les utilise par fidélité au texte, et aussi parce que ils me paraissent judicieux.

 

C’est un langage symbolique. Le langage symbolique adresse une autre partie de notre intelligence. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis ingénieur, j’ai fait un MBA, j’ai eu une expérience professionnelle en grande entreprise, dirigé des projets internationaux avec de nombreuses personnes, des budgets, des objectifs à atteindre. J’ai une formation initiale scientifique, une famille très scientifique, je suis au fait de la « rationalité ».

 

L’univers fonctionne-t-il seulement avec la rationalité de nos académies ?

Lire la suite»

Le 2ème accord Toltèque

Le 2ème accord Toltèque nous dit : « quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ». Cette affaire là est loin d’être facile…

Lundi 30 mars 2020 – chronique du coronavirus vu de Zagora

 

On a vu précédemment que les humains se sont mis d’accord et même s’aident à se faire mutuellement souffrir. Cet accord implicite là est très puissant, très présent, domine largement. Il n’est pourtant pas nécessaire de donner à la douleur cette place là…

 

 

L’attachement à la douleur est un accord que nous renforçons chaque jour, souvent par maladresse, encore plus souvent par inconscience. Celui qui me parle (qui me ment), qu’il soit le personnage réel en face de moi, ou le personnage intérieur, le fait parce qu’il a peur. Il a peur d’être, de « laisser briller sa propre lumière » comme dit Maryanne Williamson dans son célèbre texte utilisé par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence de la République d’Afrique du Sud. Il fait parler ses personnages. Dans cet article/vidéo, j’explique que la peur est le contraire de l’Amour, ou plutôt de l’anxiété.

Lire la suite»

Premier accord Toltèque

Le premier accord Toltèque, programmation à travailler avec les autres et à l’intérieur de soi comme expliqué dans le précédent article, c’est : « que ta parole soit toujours impeccable ».

 

Dans cette chronique de la crise du coronavirus vu de Zagora (samedi 28 mars 2020), les accords Toltèques me paraissent un beau message à partager pour cette période d’inquiétudes, d’incertitudes…

 

 

Dites moi si ça vous parle : quand vous aviez 8 ans ou 12 ans ou 37 ans, quelqu’un vous a dit quelque chose de méchant. Les années ont passé et vous vous trimballez encore avec cette parole blessante. Il arrive souvent que l’on porte avec soi ce type de blessures pendant des dizaines d’années, voire toute sa vie. Il arrive même qu’on les transmette aux générations qui suivent.

 

Lire la suite»

Les accords Toltèques

Les 5 accords Toltèques sont maintenant très connus. Un succès en librairie. Pourtant, comme beaucoup de sagesses, on lit un livre en s’exclamant « ah oui, c’est sympa »… et on passe à autre chose.

 

Dans cette chronique du vendredi 27 mars 2020 de la crise du coronavirus vue de Zagora, je revisite les 5 accords Toltèques, très bel outil pour mieux vivre. J’ai évoqué le 5ème accord dans une chronique récente, et je vais tout remettre dans son contexte…

 

 

Pour rappel, les Toltèques sont une communauté d’Amérique Centrale ayant élaboré une sagesse orale au cours des siècles. Son application concrète est, je trouve, très puissante. Cette sagesse a été portée à l’écrit dans les années 90 du 20ème siècle par Don Miguel Ruiz.

Il n’est pas question pour moi de mettre cette proposition des 5 accords Toltèques en haut d’une pyramide pour adoration ! J’aime piocher la sagesse partout où elle se niche, les religions, les philosophies, les outils concrets, les méditations, les belles pratiques du yoga ou autres mises en relation avec le corps. Les guerres de religions ou de pensées ne mènent nulle part. Ecouter et additionner les points de vue, laisser ce qui stimule la haine, n’est-il pas plus sage que guerroyer sans fin ?

 

Lire la suite»

Le 5ème accord Toltèque pour traverser la crise

Hier, je marche de l’autre coté de l’oued pour rejoindre le centre ville de Zagora. Objectif : retirer de l’argent. Je fais 5 distributeurs sans succès. Enfin, je réussis. Pourquoi ce petit épisode m’amène à évoquer le 5ème accord Toltèque pour traverser la crise ?

Cet article s’inscrit dans la chronique “la crise du Coronavirus vue de Zagora”

 

Au retour, je tourne une vidéo en traversant les champs de l’oasis autres parties plus accidentées de la palmeraie. Il a fallu la nuit pour la poster sur YouTube car le wifi ici avance doucement. Intitulée « dans la crise, soyez un Jedi », je dis dans les premières phrases de la vidéo : « il m’a fallu faire plusieurs distributeurs automatiques pour trouver de l’argent ». Cette information induit qu’il n’y avait pas de billets dans les jolis coffre-forts. Cette information est-elle vraie, je n’en sais rien, je vais m’expliquer. Ma propre induction me ramène au 5ème accord Toltèque : « soyez sceptique mais apprenez à écouter ».

Que s’est-il vraiment passé avec les distributeurs automatiques de billets de banque ?

Lire la suite»

Je ne sais pas quoi faire : 6 conseils pour vous

Quoi faire ?

Certains, tout petit, savent ce qu’ils vont faire : je serai architecte, développeur informatique, astronaute, infirmier(e), etc… Même si rares sont ceux qui envisagent d’être “pion, pion, pion” (voir le film les choristes), ceux qui savent ont un avantage pour diriger leur frèle esquif dans la vie. Ils organisent leurs études, leurs relations et leur chemin en fonction de ce bel objectif qui les inspire. Super ! Et les autres alors (comme moi), comment prendre les bonnes directions ? Si vous vivez avec le syndrôme “je ne sais pas quoi faire, j’ai 6 conseils pour vous”.

 

Je ne sais pas quoi faire, comment cela se traduit-il :

  • vous vous ennuyez dans votre job…
  • dès que vous maitrisez un sujet, vous avez envie d’en explorer un autre…
  • quand on vous demande “qu’as-tu envie de faire”, vous allez vous cacher dans une armoire…
  • on vous dit souvent “avec toutes tes compétences, je ne m’inquiête pas pour toi…
  • le simple fait de lire une offre d’emploi, super bien détaillée, vous donne envie de monter dans le prochain vol interstellaire pour une autre liberté dans la galaxie voisine…

 

Bref, vous n’avez pas (semble-t-il) de vocation. Si je connais parfaitement bien ce syndrôme, beaucoup regardent pourtant mon parcours avec étonnement : un parcours en forme de quête perpétuelle – avec de super chouettes expériences – surement pas une ligne directe vers le graal de la vocation inspirée. Cette quête me donne cette idée d’article.

 

Si vous avez en tête “je ne sais pas quoi faire, j’ai 6 conseils pour vous”…

Lire la suite»

Bienveillance sans complaisance…

Marylorlectrice du livre “les groupes Mastermind accélérateurs de réussite“, témoigne dans un interview, qu’elle a retenu de sa lecture l’expressionbienveillance sans complaisance“. Je voudrais revenir quelques instants sur cette expression qui m’accompagne depuis des années.

 

La bienveillance est devenu un mot “à la mode”. Il n’est certes pas question de s’en plaindre ! Adepte de l’enseignement des Toltèques, qui escortent régulièrement mes méharées-coaching dans le désert, je soutiens que le choix des mots, les précautions de langage nourrissent la création et la vie des relations durables. C’est ce que souligne le premier accord Toltèque : “que ta parole soit impeccable !” Si la bienveillance, la parole impeccable étaient adoptées par l’ensemble des humains, probablement que de nombreux conflits professionnels, familiaux, et pourquoi pas des guerres disparaitraient.

Lire la suite»

Comment définir le leadership ?

Dans son livre “la 8ème habitude – faites-vous entendre et agissez”, Stephen Covey définit le leadership ainsi :

“le leadership consiste à communiquer aux gens la notion de leur valeur et de leur potentiel de manière si claire qu’ils parviennent à les percevoir en eux-mêmes. Notez les mots valeur et potentiel. Les gens doivent éprouver un sens de leur valeur intrinsèque, indépendamment de toute comparaison avec les autres, et qu’ils sont dignes d’un amour inconditionnel, indépendamment de leur comportement ou de leurs performances.”

Qu’en pensez-vous ?

Lire la suite»

Changez d’altitude pour devenir une meilleure version de vous-même

Dans cette vidéo, je parle du livre de Bertrand Piccard “changer d’altitude” que j’ai offert à chaque membre de mon équipe mastermind pour Noël.

 

 

Pourquoi faut-il lire ce livre ?

Lire la suite»

Pourquoi se disperser ne conduit nulle part…

Il est tellement tentant d’ouvrir un nouveau livre, de prendre encore un avion. Ces 2 actions font-elles partie de vos habitudes ? A titre personnel, la réponse est “oui”. Or, la question se pose de la dispersion. Où tous ces chemins conduisent-ils ? Je m’étais promis de lire et publier de timides commentaires aux lettres de Sénèque. Le temps a passé, l’intention s’était envolée… dispersion de l’esprit ? Actuellement, je contribue à l’écriture d’un livre sur la création d’un groupe Mastermind inspiré des méthodes d’intelligence collective, je suis parti à la recherche d’une citation de Sénèque…

 

De nouveau, j’ai emprunté sur ce site consacré à Sénèque, une lettre écrite à Lucilius (la deuxième). J’avais publié un premier commentaire de la première lettre : la plus grande partie de la vie se passe à mal faire.

 

Lisez cette Lettre II, j’ajoute quelques modestes réflexions ensuite.

Sénèque

Sénèque

“LETTRE II : Des voyages et de la lecture.

SOMMAIRE : Ne pas lire en courant mille auteurs divers sans se fixer à aucun, comme le voyageur qui ne séjourne nulle part : la multitude des livres dissipe l’esprit. Mais s’attacher à un petit nombre d’ouvrages et aux meilleurs, en extraire le suc, les digérer, enfin mettre chaque jour, comme Sénéque, une pensée frappante en réserve pour la méditer : ainsi l’on profite de ses lectures.

Lire la suite»