Les 4 accords toltèques, un contrat intérieur…

par | Accords Toltèques, Communiquer, Livres, Progresser | 5 commentaires

 

J’évoque régulièrement la lecture des 4 accords Toltèques de Don Miguel Ruiz. Chaque fois, cela éveille l’attention. Les sages Toltèques, “hommes et femmes de connaissance”, scientifiques et artistes du Mexique avant les invasions européennes, se transmettaient une “sagesse” orale. Comme de nombreux livres de développement personnel, celui-là apporte sa pierre à l’édifice intérieur.

 

 

Achetez-le… ce livre a éveillé de nombreuses prises de conscience puis échanges avec les personnes à qui je l’ai conseillé ou donné. Simple à lire, court et très concret, ce texte ouvre des voies sur la compréhension de notre fonctionnement intérieur, et l’impact du Verbe.

 

 

Depuis l’enfance, nous donnons inconsciemment notre accord à tout un tas de stimuli extérieurs et intérieurs. Ces accords nous façonnent, créent nos croyances. Pourquoi certains d’entre nous voient le monde de telle couleur, alors que pour d’autres la couleur est totalement différente ? Le monde dans lequel nous vivons est-il différent ? Qui détient la Vérité ?

 

La proposition de la sagesse Toltèque est de créer de nouveaux accords intérieurs. A mon sens, ces “4 accords Toltèques” intérieurs nécessitent le développement d’une vigilance particulière, d’élever notre niveau de conscience…

 

 

Premier des 4 accords toltèques : “que votre parole soit impeccable”

La magie noire, c’est d’envoyer des messages négatifs. Soyons honnête : combien de fois, alors que nous avons 30, 40, 50, 60, 70, 80 ans…, nous référons-nous (dans nos propos ou dans notre monde intérieur) à ces réflexions assassines que notre entourage a pu nous asséner quand nous avions 5, 10 ou 15 ans ou plus tard ! Notre parole détruit autant qu’elle peut construire. Choisir son langage, affûter son message, polir le Verbe pour être au plus juste, voilà un accord de nature à rendre la vie en société, et les relations aux autres et à soi-même, plus serein.

Cela ne signifie pas éviter le débat ou la confrontation. Cela signifie séparer le registre de l’idée de la personnalisation. En clair : “je ne suis pas d’accord avec cette idée” est plus humainement pertinent que “tu es un idiot” (sous-entendu –> puisque tu n’as pas le même avis que moi).

La magie blanche, c’est d’envoyer des messages positifs.

Devenir l’observateur de soi-même en surveillant les messages qu’on envoie, beau défi…

Deuxième accord : “quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle”

Costaud celui-là ! “En faisant une affaire personnelle, on devient une proie facile pour tous les prédateurs”. Si je donne mon accord à ce que l’autre dit, je laisse le poison s’infiltrer. Ce que quelqu’un me dit sur moi le concerne ! Il me reste le choix ou pas de le prendre.

Accepter de prendre à titre personnel (y compris les paroles de “notre petit bonhomme intérieur”), c’est renforcer notre dépendance, notre attachement à la souffrance. Drôle de paradoxe : la souffrance s’alimente des champs négatifs alentours, et nous donnons notre accord pour la nourrir…

 

Troisième accord : “ne faites pas de suppositions”

Nous croyons que nos suppositions sont la vérité. Nous supposons que tout le monde voit la vie comme nous la voyons, que les autres pensent ce que nous pensons, qu’ils ressentent ce que nous ressentons, qu’ils jugent comme nous jugeons. Qu’en pensez-vous ?

Le moindre regard, mot, geste de l’autre, et hop, nous partons en conjectures… Hors, s’il est difficile de comprendre qui nous sommes, comment pourrions-nous supposer qui est l’autre ? En ne faisant pas de suppositions, la parole devient impeccable : je parle de ma compréhension, ma sensation, ma vision, mon idée, le reste est hors de portée.

Quatrième accord : “faites toujours de votre mieux”

Nous sommes davantage habitués à cet accord, bien présent dans notre modèle éducatif. Pourtant, il est intéressant de comprendre que le “mieux” est parfois de “haut niveau”, parfois de “moins bon niveau”. En effet, la forme, la motivation changent. Le “mieux” devient alors ce que je peux faire maintenant, quelle que soit ma météo intérieure, ni PLUS ni MOINS. En faire trop, c’est perdre en énergie et ce sera insuffisant. En faire moins, c’est ouvrir les vannes de la frustration, du jugement personnel, de la culpabilité et du regret.

Faire de son mieux, c’est agir pour le plaisir, sans attente de récompense.

L’illustration de Don Miguel Ruiz, c’est Forest Gump : il n’a pas de grandes idées, il n’a aucune attente, il passe à l’acte et toujours à fond. L’univers lui renvoie un incroyable cadeau. Voyez ce film s’il n’est pas dans votre histoire.


 

Faire un rituel de ces 4 accords intérieurs, c’est régler leur compte à 2 ennemis qui nous accompagnent : le Juge et la Victime. Transcender l’expérience humaine passe par ce type de prise de conscience. Il ne s’agit pas d’idées théoriques, il s’agit de poursuivre la construction. Beaucoup d’accords vivants et puissants luttent pour notre destruction.

 

Travailler le rituel de ces 4 accords toltèques, chaque jour, n’est-ce pas se donner une plus grande chance d’être en bonne relation avec son entourage et avec soi-même ?

 


Pour aller plus loin, regarder la série de vidéos publiées sur les 4 accords Toltèques, et même le 5ème, publiée depuis le sud du Maroc lors du confinement de la crise du coronavirus où j’ai été bloqué 120 jours .

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Quand on raconte son histoire, il n'est pas rare d'occulter des chapitres : je me suis fait virer, plusieurs fois. Derrière les chocs ou traumatismes, chaque fois, se trouve un enseignement... Frais émoulu de mon diplôme MBA de l'EMLyon, 29 ans, les mollets bien...

3 discours en entreprise qui font flop…

3 discours en entreprise qui font flop…

Les discours en entreprise sont des exercices périlleux. Comment mobiliser les troupes (ah zut, je vais parler de cela ci-dessous), comment stimuler la performance individuelle (ah, j'y reviens aussi), comme protéger la nichée (oups, un autre sujet sensible)... Dans...

Dites-le en 3 points clés

Dites-le en 3 points clés

Connaissez-vous la puissance de la communication synthétique, savez-vous développer l'habitude de présenter votre argumentation en 3 points ? Je fulminais dans une réunion, jusqu’à ce que je me décide à intervenir pour dire ce que je pensais. J’ai lancé pour commencer...

Votre vie sera un labyrinthe si vous ne voyez pas le labyrinthe…

Votre vie sera un labyrinthe si vous ne voyez pas le labyrinthe…

La vie est-elle un labyrinthe ? L'autre jour, je regarde le film "le Labyrinthe" avec mon fiston... Ce film est bourré de symboles sur les défis de l'adolescence : l'ascenseur qui envoie avec virulence ces jeunes garçons, en perte de conscience, vers le haut... cet...

L’excellence opérationnelle en 9 mots…

L’excellence opérationnelle en 9 mots…

Où est le problème : trouver des clients, inventer un nouveau produit génial, recruter les collaborateurs les plus intelligents ? Peut-être. Pourtant, au coeur de la réussite se trouvent les mille et une failles de l'exécution. Parler de l'excellence opérationnelle,...

Comment se passe un webinaire, dépasser la grande déception

Comment se passe un webinaire, dépasser la grande déception

Les évènements en ligne ont envahi la toile en même temps que la pandémie se répandait autour de la planète. Alors comment se passe un webinaire ? Pour beaucoup, ça ne se passe pas bien ! Comment dépasser la grande déception, que l'on soit participant ou organisateur...

5 Commentaires

  1. aurélien

    bonjour! je fait un peu le tour des blogs qui parlent des accords toltèques. Peu d’info fiables et non syncrétiques sont disponible partout où je vais. On ne vois beaucoup de commentaires enthousiastes certes mais aucunement pratique, encore moins vécues. Je défriche l’enseignement de Miguel Ruiz à partir de ses livres et il y a beaucoup a en tirer. J’anime une page facebook pour aiguiller ceux qui sont intéressés par la pratique toltèque et qui ne savent pas où donner de la tête. au plaisir d’y échanger avec vous! Aurélien de la page facebook ” les quatre accords toltèques: la voie du jaguar”

    Réponse
    • Laurent

      C’est vrai qu’il y a un grand chantier à développer autour de ces 4 accords. Chantier personnel, chantier de diffusion et de formation… Je vais aller voir votre page Facebook…

      Réponse
  2. Valentine Adjovi

    Prendre les choses personnellement c est vraiment se livrer a linfluence néfaste de la pensée qui ne cesse de relayer à l esprit comme dans une ronde infernale une parole disgracieuse attrapee au vent ou une décision qui semble trop ciconstanciee pr ne pas etre due à notre situation personnelle.
    Une cerebralite tous azimuts pourrait être au depart dune telle sensibililite ou interpeller le manque de confiance (dans son entourage ou en soi)
    A la vérité je n’ai jamais vraiment compris comment la défiance envers l’autre pouvait avoir pour origine le manque de confiance en soi. Cette dernière à mon avis peut trouver sa justification dans des blessures ignorées mais alors ?

    Réponse
    • Laurent

      Bonjour Valentine,

      je pense en effet que le manque de confiance en soi trouve sa racine dans des blessures (ignorées ou connues). Vaste sujet…

      Pour répondre à l’interrogation “je n’ai jamais vraiment compris comment la défiance envers l’autre pouvait avoir pour origine le manque de confiance en soi”, peut-être que l’inversion du propos donne une piste : “comment avoir confiance dans les autres si on manque de confiance en soi ?”

      Le coeur de l’interrogation n’est-il pas dans le mot “confiance” ?
      Merci du commentaire…
      Laurent

      Réponse
  3. marie

    Bonjour je souhaiterai faire un atelier sur les 4 accords tolteques j’aimerai avoir quelques conseils aupres de vous pourriez -vous me dire comment vous contacter s’il vous plait… Merci

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quelle est la différence entre lâcher-prise et abandonner ? - […] de la vie. La subtilité consiste à repérer si on a fait notre possible, si on a appliqué le…
  2. Johnny Hallyday est mort… - […] permet de vivre intensément. Se confronter à sa propre mort est par exemple évoqué dans les 4 accords Toltèques…
  3. Bienveillance sans complaisance… - […] Il n’est certes pas question de s’en plaindre ! Adepte de l’enseignement des Toltèques, qui escortent régulièrement mes méharées-coaching…
  4. A quoi sert le coaching ? - […] – Le coaching sert à clarifier l’interrogation car, comme le disent si bien les toltèques, notre juge intérieur est…
  5. La maison brule et nous regardons ailleurs - […] continuerai à faire le colibri, à ramasser du plastique dans la nature, à enseigner les accords toltèques dans le…
  6. Réussite : 3 critères plus profonds que l'argent et le statut - […] de se pardonner. Pas facile de trouver de nouveaux accords avec les autres, avec soi-même (lire les 4 accords…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021