Réussite, réussir : ces mots traversent nos vies comme une quête du graal. La réussite, est-ce avoir un emploi, plein d’argent, aller de succès en succès ? Pas si sur…

Ecoutez cet article en podcast :

Après la parution de mon article “ceux qui réussissent travaillent tout le temps“, j’ai eu quelques échanges en ligne et off-line à propos du mot “réussite”. La question est plus que légitime. J’imagine l’étendue de la littérature sur le sujet, les livres, les films, les vidéos, les conférences, les philosophes et les leaders qui se sont exprimés. Dois-je pour autant garder ma vision pour moi ?

 

Dans le domaine du business, les critères qui définissent couramment la “réussite” ne m’ont jamais vraiment comblé.

 

En me promenant à vélo, entre 2 tours de pédale,
j’ai trouvé ma définition de “réussir”.

Loin de moi l’idée de détenir La Vérité, encore moins sur la réussite puisque, dans les critères souvent admis, je n’ai peut-être pas beaucoup de voyants au vert. J’ai rencontré beaucoup d’embuches sur mon chemin (pas sur le vélo, je parle de mon chemin de vie… :-)).  Les fesses sur ma selle, les yeux dans les vignes de Châteauneuf du Pape, ma réponse à la question “c’est quoi réussir” m’est venue, alors que je ne me la posais pas précisément à ce moment là, ce qui illustre le propos de mon billet “ceux qui réussissent travaillent tout le temps“.

 

Alors la réussite pour moi, c’est quoi ?

Comment, 5 minutes avant de quitter cette bonne vieille terre, répondre positivement à la question : ai-je réussi ?

 

Au préalable, réussir serait-il un état béat ? Je n’y crois pas. Pas plus que le bonheur d’ailleurs. Le sentiment de réussite serait profond, bien au chaud, même si parfois recouvert de déconvenues, de déceptions, de déprimes.

A bicyclette, 3 dimensions me sont venues qui, pour moi, seraient l’essence de la réussite :

1 – Accomplir

J’ai presqu’envie de dire “accomplir n’importe quoi” (avec la réserve dont je parle dans le point 3 sur les tyrans et autres assassins). Que ce soit créer une plate-bande de fleurs devant sa maison, ou racheter un groupe mondial, leader de la high tech, qui pèse 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, peu importe. Derrière le mot accomplir, je ressens cette dimension de s’investir dans des projets, des projets qui me touchent, de les réaliser. Comment sentir que l’on réussit si on en reste aux belles intentions, aux rêves ? Accomplir consisterait à choisir et mettre en oeuvre quelques projets dans la liste de tout ce qu’on a très envie de faire. Dans le surgissement du verbe “accomplir”, je vois le choix personnel, l’implication, la relève de défis, la production de résultats, la satisfaction d’avoir lancé et réalisé. Tout ceci, de mon point de vue, contribue au sentiment de réussite.

Et accomplir régulièrement ! J’insiste, accomplir toujours…

 

En restant pensif sur les accomplissements du passé, ne nourrit-on  pas seulement la nostalgie de nos heures de gloire ?

Accomplir en continu, accomplir en prenant quelques libertés avec sa zone de confort, accomplir du petit et du grand, accomplir jusqu’au bout de notre histoire.

 

2 – Se sentir libre

Comment réussir sans avoir brisé les chaines des esclavages multiples qui nous entourent ? Peut-on totalement échapper à quelques chaines, qu’elles soient professionnelles, familiales, intérieures ? Je n’ai pas la naïveté de penser qu’on peut (facilement en tout cas), se sentir totalement libre. J’ai, à dessein, choisi le terme “se sentir”. Je ne sais pas si je suis libre, mais je peux quand même me sentir libre. Pour que cette sensation existe, il m’a fallu conquérir des sommets, gagner des combats, m’engager contre ce que je percevais comme injuste, prendre des décisions courageuses, accepter de perdre l’accessoire pour gagner l’essentiel. Si tout ce parcours me donne la sensation profonde que “je suis libre”, n’est-ce pas une contribution majeure pour que je puisse affirmer : “je réussis”.

 

Se sentir libre n’est pas, pour moi, une déclaration détachée du monde réel. Si je ne gagne pas suffisamment d’argent pour subvenir à mes besoins de base, comment me sentir libre ? Gagner ma vie, travailler, est bel et bien dans le chapitre de ma conquête de liberté. Oublier ce “détail” en restant campé dans l’univers de la pensée sans l’action, m’enchaine à ma souffrance de ne pas réussir à nourrir ma famille.

Se sentir libre, ingrédient de ma réussite certes, mais se sentir libre dans un monde réel, concret.

 

3 Etre sur le chemin de la paix

Je ne crois pas à la réussite véritable sans la paix. La paix avec les autres, la paix avec soi-même. Si les tyrans et autres assassins réussissent à atteindre de bien sombres objectifs, qu’ont-ils vraiment réussi et au soir de leur vie (30 secondes avant de prendre la bombe qui va les emporter vers l’au-delà) ? Dans leur fors (fors ou fort) intérieur, la réussite est-il le mot qui remporte la mise, ou bien sont-ce les mots haine, rancoeur, jalousie, monstruosité ?

 

La paix me parait un incontournable de l’avenir de l’humanité, un incontournable de l’univers intérieur de chaque humain. La paix n’est pas donnée, elle se gagne, chaque jour. Pas facile de pardonner, de se pardonner. Pas facile de trouver de nouveaux accords avec les autres, avec soi-même (lire les 4 accords toltèques). C’est pour cela que l’expression “être sur le chemin” m’est venue sur mon bicloune (c’est comme ça qu’on appelait les vélos quand j’étais petit). Qui peut prétendre avoir atteint la paix sublime avec tous et avec soi-même ? Même quand je lis les oeuvres des grands inspirateurs de paix, du Dalaï-Lama à Martin Luther King, de Gandhi à Mandela, je constate leurs tourments intérieurs.

Alors la paix en chantier, être sur le chemin de la paix me convient bien comme 3ème critère de réussite.

Souvent, dans les grandes messes des entreprises, ou dans les déclarations tonitruantes de grands manitous du développement personnel, j’ai été mal à l’aise. Probablement que les critères de la réussite affichés à l’écran, ou aspirés dans les postillons du charismatique baratineur ruisselant sur scène, ne me convenaient pas.

Quelques tours de roue à bicyclette et me voici paré d’un triptyque qui me convient bien :

Réussir = accomplir + se sentir libre + être sur le chemin de la paix…

 

Et vous, c’est quoi pour vous réussir ? 

Donnez votre avis dans les commentaires de cet article… ou bien lisez les articles de la série “ceux qui réussissent…”

12 Comments

  1. Nick Orazon

    Il est vrai, je l’avoue, la réussite ne fait plus partie de mon vocabulaire de fond. Le mot est très polysémique et, dans notre culture contemporaine, il est lié à la réussite sociale ou économique. Réussites, échecs, combats, blessures, joies et douleurs appartiennent au récit de vie… et il serait imprudent d’oublier toutes les facettes contradictoires (et nécessaires de l’aventure). J’aime bien le fait que tu la déclines en trois axes. À développer maintenant, toi qui t’es beaucoup occupé des autres… pour pouvoir la transmettre, comme on transmet la vie.
    ➡ En ce qui me concerne, s’il faut penser un concept de réussite, je le lierai à l’amitié, la vraie, celle qui traverse les épreuves, celle qui permet à la fois une reconnaissance par ceux qu’on aime (et vice versa) et la reconnaissance de soi… et la confiance : confiance aux autres, confiance aux événements par delà soi-même, confiance dans les capacités de l’humanité (avec petit et grand H) à surmonter les défis qui lui sont et seront posés. Juste un changement de regard. Je ne crois pas aux idéaux, ni aux valeurs morales universelles (on a fait tellement de mal au nom du bien) mais à la sagesse et au chemin (capacité à sortir de son confort -voir dialectique du maître et de l’esclave, de Herr Professor Hegel ).
    ➡ Appel : important que d’autres participent à la discussion…

    Reply
    • NC

      pour ma part, j’ai justement besoin d’idéal et de valeurs morales universelles pour me guider dans mon sentiment d’accomplissement.

      Reply
      • Laurent de Rauglaudre

        Bien sûr… au bout de l’histoire, c’est bien ce qui reste…

        Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      J’aime bien que tu associes l’amitié à l’idée de réussite. Combien d’humains sont sur scène, avec tous les apparats de la réussite, et pourtant sont bien seuls. Oui j’aime bien ton idée 🙂
      Merci du commentaire.

      Reply
  2. Damien Balsan

    Tres tres fort quand on connait ton histoire. Peut etre qu une meilleure diffusion pourrait t aider a gagner encore plus de Paix. On doit tous t aider via nos reseaux a te faire mieux connaitre surtout a travers ce message puissant et plein de bon sens et si actuel et necessaire.

    Reply
  3. Laurent

    Merci Damien de ce commentaire d’encouragements. La Paix me parait la seule voie possible pour l’humanité…

    Reply
  4. Christophe Mayaud

    Ai je réussi ?

    J’aurais aimé (les rêves inassouvis) être reconnu (financièrement ou cotte d’estime) comme inventeur.
    J’ai aimé inventer, même adoré… suis je comblé pour autant ?

    Balancelle intérieure…

    J’ai aimé reconstruire, aménager, financer et trouver des financements, aider, accompagner, promouvoir, encourager, produire, pousser, arroser, insuffler, enflammer, enthousiasmer, autoriser, libérer, écrire, commenter, procréer, bâtir, réussir…

    Voir étinceler les yeux des enfants au bonheur d’apprendre; des potagers nourrir; une athlète rayonner aux jeux olympiques; des livres co-écrits ou inspirés; des artistes-créateurs vivre de leur métier; des arbres fruitiers produire; des maisons construites ou reconstruites…

    Réussir, entre être et devenir…
    Faire à ma mesure…

    Merci Laurent d’interpeller ici sur un thème qui interroge… y répondre à la première personne est un exercice intéressant…

    Sur sa tombe: « il fut »… hahaha !

    Amicalement, Christophe

    Reply
  5. Laurent de Rauglaudre

    Merci Christophe de ton commentaire… il semble que derrière les “accomplissements” manque la “reconnaissance” ou le “lâcher-prise” sur ce manque de reconnaissance… qui apporte ton lot de frustrations.
    Accomplir pour la beauté du geste, accomplir pour vivre intensémment sans attente de retour direct. Souvent, le retour est indirect… “l’univers” renvoie d’autres récompenses que celles espérées.

    Reply
  6. Leila MEJRI BEN HAFSIA

    Merci Laurent pour votre partage;
    J’aime beaucoup la formule que vous proposez.
    Pour “Accomplir”, je dirai être utile, contribuer généreusement, accompagner, transmettre, se dépasser, canaliser son énergie pour construire;
    “Libre” pour moi c’est avoir le luxe de choisir les projets sur lesquels je travaille et pourquoi pas les personnes avec qui je travaille, être en cohérence avec mes valeurs. Avoir l’initiative.
    “Etre sur le chemin de la paix” m’inspire à la fois la sérénité et en même temps être engagée pour des causes nobles, ne pas se taire face à l’injustice et être outillée pour agir.

    Reply
  7. Laurent de Rauglaudre

    Merci et content que cet article vous inspire… Il y a de belles choses dans votre commentaire 🙂

    Reply
  8. Christian Maisons

    Réussir = Accomplir + se sentir libre + être sur le chemin de la paix

    Dans ta formule, Cher Laurent, ce que j’ai encore le mieux “réussi” c’est de m’être accordé des “marges de manœuvre” qui me donnent la sensation d’être libre. Ceci, en prenant des risques m’éloignant souvent du “chemin de la paix”. En ce qui concerne “Accomplir”, j’ai accompli des choses dont je suis fier ; chacune de ces “réussites” constituent mon “accomplissement” de même que les bons moments, les moments heureux et plus particulièrement, ceux que je partage avec ceux que j’aime, constituent mon “bonheur”.
    Mais pour continuer à accomplir, dois-je, encore prendre le risque d’affronter les difficultés, les conflits avec moi-même et avec les autres, qui m’écarteraient encore du chemin de la paix voire même de ce sentiment de liberté si chèrement acquis ?

    That is the question !

    Reply
    • Laurent

      Je pense qu’il y a confusion : « le chemin de la paix » n’est pas une piste fleurie, bordée de gentils observateurs béatement souriants.

      La paix se gagne en faisant le tri : quelles sont les relations nocives à écarter ? Quels sont les choix que je crois les miens alors qu’ils sont le résultat d’injonctions qui ne m’appartiennent pas ? Quelles sont les schémas que je réplique consciencieusement, alors qu’ils me desservent ?

      Le « chemin de la paix » passe par la libération de chaînes. Et les chaînes, parfois, demandent une grande force et de la patience pour être brisées.

      Merci du commentaire et courage…

      Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ceux qui réussissent téléphonent… - […] Je parle dans cette vidéo (encombrée de vent pendant 15 secondes) d’une expérience qui démontre – s’il est encore…

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021