L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

par | Débats, Livres

Dans son livre « l’emballement du monde » (que je n’ai pas encore fini donc j’anticipe des conclusions, mais là où j’en suis me donne de l’espoir, alors je partage), Victor Court évoque les dislocations d’empires.

Ce que j’en comprends : la pensée largement partagée est que la disparition des empires précède des périodes sombres. On parle du « Moyen Age » par exemple, comme d’une longue période terrible qui suit la fin de l’empire romain.

Or d’une part cette vision de l’histoire ne semble pas si juste que ça (je l’avais déjà lu ailleurs), et d’autre part cette dislocation est surtout dommageable aux élites : le pouvoir politique perd de sa force car la centralisation est en déliquescence et donc baisse de la rentrée des taxes qui permettent de nourrir un géant administratif, pendant que les puissants économiques sont lésés car les grandes structures se défont et ne permettent plus à certains de s’enrichir de manière démesurée au détriment de la masse populaire.

Cette grande dislocation ne serait pas forcément si mal vécue par le peuple, qui paierait moins de taxes (contre moins de services – le correcteur d’orthographe corrige « sévices »), et retrouverait davantage d’initiative locale.

Cela ne signifie sans doute pas que la vie est plus facile pour le peuple, mais qu’une forme de pression baisse et qu’un nouveau monde se réinvente. Les « Barbares », ainsi nommés pour désigner ceux qui sont hors de l’empire et par conséquent incultes, idiots, sanguinaires, auraient peut-être du bonheur de vivre en dehors du machin… qui sait ?

Ce qui parait intéressant dans cette analogie à rapprocher du défi actuel pour l’humanité, c’est que cette analyse (que j’ai extrapolée, n’ayant pas fini le livre) laisse un fol espoir : certes, nous allons devoir changer nos modes de vie, passer à la sobriété énergétique, repenser notre vivre-ensemble, certes, les systèmes vont être ébranlés fortement sur leur base, mais cela ne signifie pas mécaniquement que nous allons mal vivre.

Au demeurant, passer des heures dans des bouchons, manger des hamburgers qui sont l’extrémité d’un système qui maltraite les animaux , être stressé du cours de la bourse qui fait valser le niveau des placements , répondre aux injonctions stupides d’un boss médiocre , ou se vautrer tout le weekend devant des séries abrutissantes n’est pas forcément la plus charmante des définitions du bien-vivre.

Alors quoi, avançons vers la dislocation en chantant (je vais vous en interpréter quelques-unes pour prolonger “monsieur le président” écrite à l’attention de la Banque Royale du Canada, banque que je quitte pour des raisons de premier investisseur mondial en 2022 dans l’industrie fossile), et réinventons le monde

Ces sujets peuvent également vous intéresser

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

Lancer un débat moral sur l'agressivité commerciale, est-ce bien raisonnable ? On est tous d'accord, ralbol de l'agressivité commerciale... et pourtant... Quand les frontières se sont rouvertes en 2020, j’ai quitté le Maroc après avoir été bloqué 120 jours....

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur », ce sont trois mots que m'attribue en commentaires bienveillants l'un de mes lecteurs assidus… Je reviendrai peut-être sur les deux premiers qualificatifs, je voudrais m’arrêter un instant sur le troisième, à la lumière de mon...

Les coaches sont des Jedis

Les coaches sont des Jedis

Pourquoi suis-je convaincu que les coaches sont des Jedis ?   Je suis intervenu pour AceUp, une startup américaine dont la mission est de démocratiser le coaching. J'ai coordonné l'organisation du premier "Summit" à Boston, le rassemblement de quelques dizaines...

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

La culpabilité : le verbe « culpabiliser » est entré dans la catégorie des mots interdits. Or, avec la conscience qui monte à propos des impacts de nos actes sur le vivant, les échanges tendus où s’accusent réciproquement les parties sont susceptibles de devenir...

Pourquoi faire de la prévention…

Pourquoi faire de la prévention…

C'est une ritournelle connue : pourquoi faire de la prévention ? Comment éduquer à cette étrange idée qui consiste à investir de l'argent alors qu'il n'y a pas de problème (visible), juste un risque ?   Je rentre chez mon ostéopathe. Elle me demande : "pourquoi...

3 excellents conseils de coach

3 excellents conseils de coach

A quoi sert le coaching ? Les conseils de coach sont-ils autorisés par la déontologie ? En quoi l'écoute, l’effet miroir, la réplique du coach qui dit ce qui lui vient peuvent-ils servir ? En déambulant aujourd’hui me sont venus 3 excellents conseils de 3 coachs...

Je hais Outlook et quelques autres…

Je hais Outlook et quelques autres…

J'écris beaucoup moins qu'autrefois sur mon blog, qui est un magasin sympa dans une rue sombre avec peu de passage (larmes).   J'écris beaucoup plus sur linkedin, avec parfois des statistiques flatteuses qui dépassent les 100 000 vues (ego tout content).  ...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe, quelle est la différence ? Comment distinguer ces notions et échapper à la confusion courante dans le langage de tous les jours.   Plutôt que de tenter les grandes démonstrations, j'aime faire vivre les concepts. Dans cette conférence sur...

1 Commentaire

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements