Que faire d’une injure sur un réseau social ?

par | Communiquer, Débats, Emotions, Leadership, Podcasts | 0 commentaires

L’injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l’a émise ? Est-ce répréhensible devant la loi d’agresser verbalement ?

Il existe une grande confusion entre injure et colère…

Ecoutez cet article en podcast :

 

L’injure sur un réseau social du courageux énervé

 

Derrière un clavier, un courageux énervé éructe une injure sur un réseau social parce qu’il est en désaccord avec votre article ou votre commentaire. Il vous agresse personnellement, vous traite de tous les noms. Le pire de tous est un petit vocable de 4 lettres pas plus (pour les connaisseurs, j’ai emprunté l’expression à la magnifique chanson “le Blason” de Brassens, que j’ai interprétée ici).

Ce petit vocable est « nazi » bien sur. 

J’ai lu un jour un propos concernant les occurrences d’apparition du mot “nazi” dans les communications écrites sur les réseaux. Cette “loi” non vérifiée évoquait qu’après plusieurs montées en tension, quand l’audience est importante, l’une des parties allait finir par traiter l’autre de nazi. Cette agression verbale est à l’extrémité du spectre et traduit bien évidemment l’absence d’arguments (même s’il existe encore des partisans du nazisme, mais ils sont rares). Pourtant, cette pratique extrême est d’usage jusqu’au plus haut niveau de certains états, qui se reconnaitront d’eux-mêmes.

 

Sans aller jusqu’au petit mot de 4 lettres, toute injure est une agression. La loi française du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse condamne et punie l’injure. L’amende peut grimper jusqu’à 12 000€ à l’heure où j’écris cet article. L’insulte (injure moins grave) coûte moins chère, mais c’est également un délit.

 

Soyons clair et net : l’injure est interdite !

 

J’ajoute que, enseigné par quelques sages dont de jeunes guides Berbères dans le désert, j’ai appris que toute parole appartient à l’émetteur, définit même l’émetteur. Mon injure me revient directement en pleine figure. Cyrano le démontre parfaitement dans ce célèbre échange de l’acte I, alors qu’il se fait verbalement agressé en public :

– Le Vicomte : Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule ! 

– Cyrano : Ah ? Et moi, Cyrano-Savinien-Hercule de Bergerac.

Edmond Rostand avait tout expliqué dans cette réplique.

 

Pourtant la colère monte…

 

Sur une autre rive se trouve la colère. La colère mène-t-elle à l’injure ? Ce n’est en rien obligatoire. La colère est une émotion. Par essence, l’émotion fait partie intégrante de la nature humaine. Inutile de renier les émotions, elles existent. Si certains les contiennent, à leur risques et périls (lire la colère peut-elle sauver), d’autres, les leaders, nous emmènent peut-être à la catastrophe en les éradiquant de leurs signaux intérieurs à considérer. 

 

Comme je l’explique dans plusieurs articles, la colère est une manifestation qui signifie que « je ne me sens pas respecté ». Je raconte même comment dans une négociation, une saine colère avec un client m’a permis de maintenir en vie un contrat de 3M€. Dans la colère, les propos deviennent erratiques, désordonnés, sonores. L’émotion a pris le contrôle et tout est jeté sur la table de manière confuse.

 

Pourtant, colère n’implique pas injure. Le personnage en colère a-t-il été préalablement sensibilisé à la signification de cette émotion envahissante, est-il en conscience qu’il peut employer le « je » (« je suis furieux »), plutôt que le tu (« tu es + invectives et agressions »). Parler des effets sur soi plutôt que se jeter sur l’autre. Rester dans les arguments.

 

Je dirais même plus (citant par la Dupont ou Dupond), derrière un clavier, est-il possible de dépasser le stade de la colère que suscite tel ou tel propos sur un réseau social, aller faire un tour dehors, marcher 30 minutes pour rassembler les arguments, les faits, les ingrédients pour nourrir une réponse solide, un commentaire éclairé, un débat d’idées, ou, si la méditation a produit cette proposition… ne pas répondre du tout.

 

La colère est une émotion. Les émotions font partie intégrante de notre humanité.

L’insulte est une agression répréhensible.

 

Oui mais, que faire de l’injure sur un réseau social ?

 

Si je subis une agression après une publication dans un réseau social, “non d’une pipe, je ne vais pas en rester là” me souffle ma colère !

Minute papillon : d’abord n’est-ce pas l’heure de m’interroger ? Allez, je vais faire un petit tour à pied. Ce que j’ai lu comme une injure, s’agit-il d’un débat d’idées ou suis-je personnellement pris à partie, attaqué dans ma dignité ? Il est important de faire le distinguo.

Si c’est un débat d’idées, j’entre dans le débat… ou pas. Quelquefois, le débat dénature le propos initial, il devient plus astucieux de laisser les lecteurs comprendre que les commentaires n’enrichissent pas le propos initial, ou conduisent sur un chemin détourné.

 

En revanche, s’il s’agit d’une injure, insulte, d’une agression personnelle, j’ai 2 options :

    • option 1 je supprime le commentaire. Oui madame, oui monsieur, je supprime le commentaire. L’injure n’amène rien de constructif au débat. Elle me touche personnellement. Une fois éliminée, ça va mieux, je peux aller faire un tour à pied pour méditer. Si certains pensent qu’il s’agit de censure, je leur propose  l’option 2.
    • option 2 : aller au commissariat de police pour dénoncer l’agresseur en vertu de la loi du 29 juillet 1881. 

 

Après la lecture de ce post, des millions de lecteurs vont s’empresser au poste de police de leur quartier. C’est pourquoi je préfère encourager l’option 1 et laisser notre maréchaussée s’occuper des voleurs et des assassins. L’option 1, supprimer le commentaire, reste cependant de saine pratique : l’épidémie d’injures et autres insultes emmène toute l’humanité vers une gigantesque auto-destruction.

 

L’injure ou l’insulte n’amène rien au débat ! Exit !

 

Avez-vous remarqué le courage derrière les claviers, les courages les plus nobles étant de ceux qui camouflent leur identité ?

Prôner la paix, c’est agir vigoureusement contre ceux qui souhaitent abaisser, mettre la botte, démolir. 

Rester dans le débat d’idées.

Défendre la paix.

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe, quelle est la différence ? Comment distinguer ces notions et échapper à la confusion courante dans le langage de tous les jours.   Plutôt que de tenter les grandes démonstrations, j'aime faire vivre les concepts. Dans cette conférence sur...

Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

Oui courage, fuyez, car il faut du courage quand une sirène déploie langoureusement les charmes de la fortune. Toutes les techniques de communication pour aguicher fonctionnent avec merveille… « Inscrivez-vous à ma formation : je vais vous apprendre une technique...

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

Je ne compte plus les échanges avec mes clients coachs sur le sujet de la posture du coach. En effet, le beau monde parle maintenant : De coaching De mentoring De consulting De formation De thérapeute De métiers de psys en tout genre Et patati et patata Tout cela est...

La performance est-elle le critère majeur ?

La performance est-elle le critère majeur ?

Ca me trotte dans la tête depuis quelque temps : la performance est-elle LE critère majeur de mesure ? Immédiatement, ma réflexion se trouve éteinte par ce concept tabou, cette idée admise : la performance est le mot qui réconcilie tout le monde quand il s'agit de...

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ! Comment apprendre sans se tromper ? L'échec est un apprentissage... Aucun être humain ne se développe dans la vie sans commettre de nombreuses erreurs. Comment s'approprier, dans nos modes de management, le droit à l'erreur ? Ecoutez cet article en podcast :...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube