Sans émotions, les leaders nous emmènent-ils à la catastrophe ?

par | Communiquer, Décider, Emotions, Leadership

Une colère pour gagner un projet

 

Je rentre en salle de réunion. Nous sommes fin octobre 1998. Depuis 1 mois, on m’a passé la patate chaude de régler le fameux bogue de l’an 2000. Devant moi, une douzaine de top managers que j’ai réussi à réunir pour la 3ème ou 4ème fois en comité de pilotage. Je viens de faire un tour du monde de Singapour aux Etats-Unis en passant par les grands sites européens de l’entreprise. Je présente mon plan, préparé avec mes 3 recrues. La plupart des participants m’écoutent distraitement, l’un des participants me sert des “y a qu’à, faut qu’on”.

D’un seul coup, la pression monte. J’éclate en colère devant ces grands chefs à plumes (100% d’hommes). Je me mets à crier : “Vous ne vous rendez pas compte ! Moi je viens de faire le tour du monde. Je suis crevé. Si vous ne comprenez pas que vous devez m’aider, je ne sais plus comment faire avec mes 3 collaborateurs. Démerdez-vous.”

Là dessus, je jette mon rapport sur la table… et je rentre chez moi. En chemin, je me dis : “soit j’ai perdu mon job, soit j’ai gagné mon projet”. C’est la 2ème hypothèse qui s’avère juste. A part le casse-bonbons de service, tous les participants à la réunion me font signe dans les heures qui suivent. Ils ont même préparé un plan d’actions après mon départ, que l’un d’entre eux me remet en me demandant s’il est pertinent :-).

Ma colère me fait gagner ce projet à risques. Quelques semaines plus tard, nous serons une équipe de 20 personnes et nous coordonnerons un projet passionnant, dont l’arrêt et le redémarrage simultanés de 14 usines (évènement unique dans l’histoire de l’entreprise).

Y avait-il un autre moyen de gagner ce projet ? Peut-être mais là n’est pas la question. L’émotion de la colère était là, submergeant mes digues. Etait-il possible de la contenir ? Peut-être mais à quel prix : celui de conséquences sur ma santé et/ou celui de conséquences graves sur l’avancement du projet ?

En haut de la pyramide, émotions et leaders divorcent

 

Dans cet article, les émotions, nouvel atout du manager, il est singulier de lire que “Ceux qui sont très haut dans la pyramide ont tendance à perdre en capacité de déchiffrer les émotions”. Plus on s’élève, plus on apprendrait à se débarasser (apparemment) de ses émotions. Les émotions ne sont-elles pas ce qui fait de nous des humains ? Ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle, est-ce un ensemble de techniques pour masquer cette caractéristique que nous partageons avec les animaux ?

Si les dirigeants et politiciens se reliaient davantage à leurs émotions, y aurait-il autant de massacres, de mauvaises décisions, de dégâts ? Si chacun acceptait cette fragilité (à ne pas confondre avec de la faiblesse) que nous partageons comme être vivant, cette relation à ce qui nous entoure (la nature, la vie, les inégalités), prendrions nous cette direction qui tue la biodiversité, dégrade le climat, développe l’exclusion ?

Sans émotions, les leaders nous emmènent-ils à la catastrophe ?

Les émotions existent, c’est un fait scientifique. Pas de débat là-dessus. Alors pourquoi les nier et ne pas s’en servir comme des indicateurs essentiels pour la prise de décision. Quand j’évoque le leadership responsable, je tente d’éveiller à la prise en compte de toute la dimension humaine de la décision. Dans cette vidéo sur la prise de décision, je suggère de consulter les ancètres (la sagesse) et les lointaines prochaines générations (dimension durable) pour trancher.

Comment réconcilier émotions et leaders ?

 

Les émotions sont là, pourquoi les nier ? Les hommes (au masculin) décident dans une grande majorité des organisations de la planète. Dans la plupart des civilisations, on leur apprend à ne pas tenir compte de leurs émotions. Quand aux femmes qui dirigent, ne sont-elles pas trop nombreuses à vouloir imiter les hommes ? Mais que faire des émotions si on accepte de les laisser venir au milieu de notre environnement professionnel ?

Je suggère…

  1. de les connaitre (lire à ce sujet est toujours utile – émotion sur wikipedia)
  2. de les repérer quand elles arrivent (les indicateurs corporels ne manquent pas)
  3. de les traverser telles qu’elles sont (les refouler ne présente-t-il pas des dangers pour soi et pour la qualité de livraison du projet en cours ?)
  4. de les assumer devant parfois des interlocuteurs médusés (mais les émotions ne traduisent-elles pas une vérité profonde que les autres ressentent comme juste ?)
  5. de s’en servir pour rebondir plus haut (les émotions traversées ne nous donnent-elles pas des forces étonnantes qui permettent de braver de nouveaux dangers ?)

 

Les émotions, une affaire de survie ?

 

Comment l’humanité va-t-elle se sortir de ce TGV lancé à fond contre un mur que tout le monde voit ? Avec les recettes habituelles de ces gros matous qui tordent les bras et bombent le torse depuis des millénaires ? Y a-t-il une chance que l’intelligence associée aux émotions authentiques donnent une place à des décisions durables et responsables ? Que provoquent en vous les images des catastrophes humanitaires, des dégâts de la biodiversité, de la maltraitance des femmes et des minorités, de la condition animale, de la dégradation du climat, des burn-out ? Rien ? Aucune émotions ? Circulez, il n’y a rien à voir !

Personnellement, j’en pleure souvent, à chaudes larmes, moi un homme entré dans l’automne de son âge. Ce ne sont pas des pleurs qui sonnent le découragement. Au contraire ! Cette émotion continue de me stimuler à éveiller le leadership responsable autour de moi, autant que mes petits bras me le permettent. Quitte à déranger l’establishment et les idées reçues.

C’est ma mission.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi lire cet excellent article sur être un vrai leader au 21ème siècle selon le Dalaï Lama.

Pour aller plus loin sur les émotions de la peur, la tristesse, la colère et la joie, voici un cycle d’articles qui commence par “écoute ton Petit Prince“.

Avez-vous envie de commenter ? Selon vous, sans émotions, les leaders nous emmènent-ils à la catastrophe ?

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Pour une vraie écoute, vous n’êtes pas obligé de parler…

Pour une vraie écoute, vous n’êtes pas obligé de parler…

Qu'est-ce que la vraie écoute ? Est-il utile de toujours parler ? Peut-on gagner quelque chose à rester silencieux ? Je me rappelle au collège - oh, il y a fort longtemps, imaginez c'était au 20ème siècle - on allait parfois dans une salle de cinéma fort rustique,...

Coment traiter une objection ?

Coment traiter une objection ?

C'est un sujet mal compris : comment traiter une objection, comment comprendre qu'une objection est une marque d’achat… Comment signer une affaire de 10 000€ en 2 semaines, alors que le prospect a commencé l'entretien en disant : "Laurent, je n'ai pas de business pour...

Le client achète le pourquoi davantage que le quoi…

Le client achète le pourquoi davantage que le quoi…

Une nuit, à un horaire inavouable d'insomnie, j'ai cliqué sur cette vidéo TED. Elle m'a fait réfléchir à mon pitch, à la question d'un collègue qui me demande mon avis sur son propre pitch. Quelle est la bonne formule magique qui suscite l'intérêt quand il faut...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

3 raisons de négocier avec votre chef

3 raisons de négocier avec votre chef

Savez-vous négocier avec votre chef ? Vous a-t-on enseigné la discipline ? Vous a-t-on formaté à faire ce qu'on vous dit ? Vous a-t-on préparé à respecter toutes les consignes et... à la boucler ? Vous pouvez écouter cet article en podcast :   C'est probable...

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Comment définir le leadership ?

Comment définir le leadership ?

Dans son livre "la 8ème habitude - faites-vous entendre et agissez", Stephen Covey  propose sa vision de comment définir le leadership. Il écrit :   "Le leadership consiste à communiquer aux gens la notion de leur valeur et de leur potentiel de manière si claire...

5ème accord Toltèque

5ème accord Toltèque

Et oui, peu de gens sont au courant, il existe un 5ème accord Toltèque. Le premier livre (les 4 accords Toltèques) a fait un tabac en librairie. Il a été lu rapidement et avec bienveillance par beaucoup, souvent distraitement. L'enseignement m'ayant beaucoup...

4 Commentaires

  1. Nicorazon

    OK pour la connaissance, la gestion et l’expression des émotions. Mais, elles ne sont pas si oubliées de notre modernité : les médias s’en servent abondamment, les politiques jouent sur les émotions pour faire passer leurs messages… et les images qui dominent les axes de la contemporanéité les encourage.
    – Ce qui importe, semble-t-il, c’est de faire passer les émotions dans le langage, et donc au plan de la raison, et de dialoguer avec elles… Pas de les laisser dominer (Hitler, Mussolini, etc.). Pascal parlait de “la folle du logis”. Vos 5 actions proposées sont effectivement une humanisation des émotions (et des sensations).
    – Cela dit, la rationalité pure et idéale est également dangereuse (voir Robespierre avec son culte de la Raison qui a débouché sur la Terreur).
    … Un peu de dialectique est utile : d’ailleurs, ma conviction est que la dialectique est supérieure à la logique et aux affects. Le va-et-vient de la représentation et du ressenti à la parole…

    Réponse
  2. Laurent de Rauglaudre

    Hello Nick, le propos n’est pas de souligner que les “émotions seraient oubliées de notre modernité”. Elles sont apparemment exclues du champ de conscience de beaucoup de leaders. S’ils utilisent les émotions des autres pour leur marketing ou d’éventuelles manipulations, beaucoup oublient de consulter leurs propres émotions pour prendre des décisions sages et durables.
    Les émotions enfouies voire refoulées de nos leaders ne les éloignent-ils pas de la nécessaire humanité pour diriger ? Ne résolvent-ils pas les enjeux avec des alternatives alors qu’il y a une vraie diversité d’options possibles ?
    NB : c’est toi qui m’a appris cette différence entre les alternatives (0 ou 1) et les options (grande diversité de possibles)

    Merci du riche commentaire 🙂

    Réponse
  3. GARANCE

    La question pourrait être de se demander comment les émotions contribuent à l’économie cognitive. Il est sans doute plausible de dire que les émotions et les valeurs entretiennent une relation étroite.
    Votre exemple indique que les émotions jouent un rôle essentiel dans la prise de décision, la perception, l’apprentissage et plus – ainsi, elles influencent les mécanismes de la pensée rationnelle.”
    Toutefois, ce qui importe est de discuter de manière détaillée comment les émotions s’acquittent de cette fonction cognitive.
    Une façon d’entrer en dialectique !

    Réponse
  4. Laurent de Rauglaudre

    Bonjour Garance,
    cette influence des émotions sur les fonctions cognitives doit surement faire partie d’études scientifiques très savantes… Ce que je crois, c’est qu’un leader qui accepte davantage d’écouter ses émotions peut davantage se relier aux impacts (au sens large) de ses décisions, et pas seulement aux résultats court terme ou à un seul angle de résultats (économiques par exemple).

    Si je ressens les conséquences pour mes petits-enfants (pas un concept de descendants, mes petits-enfants à moi) de mes décisions, si je ressens la souffrance de ceux que je laisse derrière un mur, si je ressens vraiment les effets de la déforestation des forêts primaires et des peuples qui y survivent, etc… je vais peut-être tenter autre chose en tant que leader. Il s’agit de proposer de sortir de l’analyse “rationnelle” supposée être juste et objective (tu parles !), pour changer totalement de paradigme dans le processus de décision.
    Merci pour la dialectique 🙂

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements