Les accords Toltèques

Les 5 accords Toltèques sont maintenant très connus. Un succès en librairie. Pourtant, comme beaucoup de sagesses, on lit un livre en s’exclamant « ah oui, c’est sympa »… et on passe à autre chose.

 

Dans cette chronique du vendredi 27 mars 2020 de la crise du coronavirus vue de Zagora, je revisite les 5 accords Toltèques, très bel outil pour mieux vivre. J’ai évoqué le 5ème accord dans une chronique récente, et je vais tout remettre dans son contexte…

 

 

Pour rappel, les Toltèques sont une communauté d’Amérique Centrale ayant élaboré une sagesse orale au cours des siècles. Son application concrète est, je trouve, très puissante. Cette sagesse a été portée à l’écrit dans les années 90 du 20ème siècle par Don Miguel Ruiz.

Il n’est pas question pour moi de mettre cette proposition des 5 accords Toltèques en haut d’une pyramide pour adoration ! J’aime piocher la sagesse partout où elle se niche, les religions, les philosophies, les outils concrets, les méditations, les belles pratiques du yoga ou autres mises en relation avec le corps. Les guerres de religions ou de pensées ne mènent nulle part. Ecouter et additionner les points de vue, laisser ce qui stimule la haine, n’est-il pas plus sage que guerroyer sans fin ?

 

Les Toltèques nous disent que nous établissons des tas d’accords entre humains. L’exemple de la loi en est un bien utile. Nous nous sommes mis d’accord pour tout une série de règles, qui varient d’ailleurs d’un pays à l’autre, d’un moment à l’autre. Les lois changent, évoluent. Il existe en réalité de très nombreux accords entre les humains, quelques-uns sont explicites (la loi par exemple), beaucoup sont implicites. Le fait que beaucoup soient implicites rajoute un grand flou, crée souvent des injustices patentes dans les relations. L’objet ici n’est pas de recenser tous ces accords mais d’en proposer 5 nouveaux.

 

Les accords Toltèques, une proposition de transformation personnelle

 

Ce qui est particulièrement intéressant avec les 5 accords Toltèques, c’est que cette sagesse met en lumière à la fois les accords entre les humains (je te parle, tu m’écoutes, tu me réponds) et les accords intérieurs que j’ai mis en place dans ma tête, que je suis le seul à connaitre (je me parle, je m’écoute, je me réponds).

 

Parmi la multitude des accords implicites, se nichent mille et une manières très élaborées que les humains ont créées pour se faire souffrir mutuellement. En effet, se faire souffrir est un « jeu » auquel se livrent les humains entre eux, et à l’intérieur d’eux-mêmes. Il n’est pas question d’imaginer une vie sans souffrance. Cependant, peut-on en limiter l’emprise ? Souffrir un peu moins, c’est sympa comme idée non ? Ou apprendre à observer la souffrance pour qu’elle perde de son pouvoir, n’est-ce pas une perspective à considérer ?

 

L’idée des Toltèques consiste à programmer 5 nouveaux accords, que je vais visiter dans les prochains articles/vidéos. Les programmer dans notre relation aux autres, les programmer dans notre relation intime à nous-même. Le pari est que ces nouveaux programmes viennent prendre le dessus sur d’autres fonctionnements bien ancrés, parfois depuis fort fort longtemps, ainsi diminuer très significativement la perception de souffrance. Je parle ici bien sur de la souffrance psychologique, quoiqu’il y a également des prolongations à regarder sur la souffrance physique… je n’évoquerai pas cela ici.

 

Cette programmation de nouveaux accords intérieurs s’avèrent d’autant plus intéressante qu’au regard des découvertes scientifiques récentes – grossièrement, après les années 2000, il se passe un étrange phénomène au tréfond de notre corps. Les scientifiques se sont rendus compte que notre ADN, cette signature présente dans toutes les cellules de notre corps, évolue au cours de la vie. C’est énorme cette découverte ! Notre ADN évolue dans le temps en fonction de nos habitudes de vie : nos décisions, notre alimentation, nos comportements, etc… En d’autres termes, nous pouvons changer et cela se voit au microscope dans chaque cellule de notre corps.

 

Je remets à ce propos une vidéo de Joël de Rosnay très éclairante. J’avais lu un de ses articles dans les années 2000 qui m’avait stupéfait.

 

L’autre matin, une copine m’écrivait « je suis comme ça ». Sans porter de jugement, cette formule, que j’employais souvent autrefois, permet d’ancrer une posture. « Je suis comme ça = je ne peux rien y faire, je ne peux pas changer ». Je ne peux pas ou je ne veux pas ? Aïe, j’entends aller bon train les reproches sur cette dernière phrase. Tant pis, j’avance : la transformation passe par des décisions, à prendre et à reprendre, et le passage à l’action, la sortie de la fameuse zone de confort.

 

Notre histoire, notre éducation, nos succès, nos échecs, notre corps avec tout ce qu’il comporte de gènes uniques dans l’univers (ce n’est pas rien !) façonnent qui nous sommes. Les 5 accords Toltèques suggèrent que nous pouvons devenir acteur conscient de l’oeuvre de notre vie. Ca vaut le coup de regarder non ?

 

Voici l’invitation à suivre…

Cycle d’articles sur les 5 accords Toltèques :

  1. les Accords Toltèques
  2. Premier accord Toltèque
  3. Deuxième accord Toltèque
  4. Langage symbolique et accords Toltèques
  5. Troisième accord Toltèque
  6. Quatrième accord Toltèque
  7. Le parasite et la mort
  8. Cinquième accord Toltèque
  9. Le 5ème accord pour traverser la crise