Et oui, peu de gens sont au courant, il existe un 5ème accord Toltèque. Le premier livre (les 4 accords Toltèques) a fait un tabac en librairie. Il a été lu rapidement et avec bienveillance par beaucoup, souvent distraitement. L’enseignement m’ayant beaucoup intéressé, j’ai prolongé avec « soyez sceptique et apprenez à écouter » qui est passé sous bien des radars.

 

Chronique de la crise du coronavirus, vue de Zagora – 19 avril 2020

 

 

Pourtant, ce 5ème accord Toltèque est fort intéressant, d’autant qu’il porte en lui la remise en question de la sagesse elle-même, ce que je trouve très astucieux. Au lieu de se présenter au sommet de toute sagesse, cet accord distille un propre questionnement récursif. Cela donne une force supplémentaire à cette proposition, mais passons…

 

Quand le 5ème accord Toltèque évoque « apprenez à écouter », il s’agit bien sur d’écouter les autres et de s’écouter soi-même. Que me racontent-ils ? Qu’est-ce que je me raconte ? L’invitation est également sur la remise en question de cette fameuse petite voix intérieure. L’entendez-vous cette petite voix, ces pensées ininterrompues qui défilent à plusieurs de dizaines de milliers d’exemplaires par jour ? Suis-je cette pensée, suis-je cet enchevêtrement désordonné ?

 

Si je suis cette petite voix, qui écoute ?

 

Je répète : si je suis ma petite voix intérieure, qui l’écoute ? Je ne suis donc pas la petite voix puisque je suis en train de l’écouter… je ne suis pas mes pensées. Je suis quelqu’un d’autre. Puis-je écouter mes pensées, être sceptique sur ce qu’elles me racontent ? Si je démasque mes pensées en prenant conscience que je les écoute, puis-je repérer que celui qui me parle est actuellement mon Juge ou ma Victime.  Ce repérage peut-il servir à dialoguer intérieurement avec l’intrus pour qu’il fasse pshitt ? Espionner qui a pris le pouvoir de ma petite voix, pour que l’ayant repéré, il soit obligé de s’évaporer…

 

Ce qu’enseigne le 5ème accord Toltèque, c’est que cette capacité d’écoute que je suis susceptible de développer me confère 3 maitrises possibles :

  • la maitrise de la conscience
  • la maitrise de la transformation
  • la maitrise de l’intention de l’amour

 

En effet, si je prends conscience que je ne suis pas mes pensées, si je décide de me mettre sur le chemin de la transformation, si je lance l’intention de l’amour, il est probable que de grands chambardements se produisent dans ma vie, non ?

 

Je ne suis pas mes pensées
(verbe “être” pas verbe “suivre”)

 

Imaginez : vous rentrez dans ce gigantesque complexe de cinémas, des centaines de salles. Au hasard, vous pénétrez dans l’une d’elles. Sur l’écran, un film. A votre grand étonnement, vous êtes la vedette du film qui semble raconter votre vie. Vous jetez un oeil à la salle : un seul spectateur. Deuxième surprise, en observant au travers l’obscurité, vous vous rendez compte que l’unique spectateur, c’est vous-même. Retour à l’écran : « c’est donc comme cela que je vois ma vie, que je crois que je suis ? Mais ce n’est pas exact. Ca me ressemble, mais je ne suis pas vraiment comme ça. »

 

Vous sortez de la salle, entrez dans une salle contigüe. Là aussi un film est à l’écran, vous découvrez que vous y jouez également un rôle important, sans que vous en soyez le héros. A bien observer, vous reconnaissez un film qui ressemble à la vie de votre mère. Dans la salle, une seule spectatrice… justement c’est votre maman. « Bizarre alors, c’est ainsi qu’elle voit sa vie ! Je ne la vois pas comme ça, moi. Et c’est comme cela qu’elle me voit. Mais… je ne suis pas ce personnage là, même si je lui ressemble. Je suis quelqu’un d’autre que sa projection ».

 

Nouveau changement de salle. A l’écran, un film avec plein d’inconnus et pourtant voici quelques connaissances qui apparaissent, ainsi que vous-même. Dans les travées, un seul spectateur : l’un de vos très bons amis. « Ca alors, il voit sa vie comme ça et me projette ainsi. J’ai une autre image de lui, et sa vision de moi me ressemble mais je suis différent ».

Bizarre bizarre…

 

Bref, vous avez compris. Nous sommes tous enrôlés dans le film de nos histoires, nous nous la racontons, pourtant nous sommes distincts de ces histoires. Les autres non plus ne sont pas les histoires que nous imaginons.

 

Nous vivons dans un grand cinéma,
avec de magnifiques mises en scène

 

En reprenant la maitrise de la conscience, en aiguisant notre capacité à observer nos pensées, nos propres processus, ceux des autres aussi, en développant la capacité à écouter vraiment, nous pouvons découvrir d’autres suggestions de notre Petit Prince. Nous pouvons apprendre à nous rapprocher de notre moi véritable, nous libérer de tant et tant de projections que les autres ont faites et font sur nous, ou que nous-mêmes avons construites sur nous-même.

 

Devenir vrai, authentique, sans masque,
comme un enfant joyeux

 

Le 5ème accord Toltèque invite à se mettre sur son propre chemin de vérité, sans fard, sans honte, au contraire avec toute la dignité d’être, tout simplement. Comme un arbre qui est, sans camouflage…

Proposez vos commentaires ci-dessous…

Voici une anecdote très concrète que j’ai vécue et qui m’a bien fait traverser les enjeux du 5ème accord Toltèque…

 

Cycle d’articles sur les 5 accords Toltèques :

  1. les Accords Toltèques
  2. Premier accord Toltèque
  3. Deuxième accord Toltèque
  4. Langage symbolique et accords Toltèques
  5. Troisième accord Toltèque
  6. Quatrième accord Toltèque
  7. Le parasite et la mort
  8. Cinquième accord Toltèque
  9. Le 5ème accord pour traverser la crise

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Quand on raconte son histoire, il n'est pas rare d'occulter des chapitres : je me suis fait virer, plusieurs fois. Derrière les chocs ou traumatismes, chaque fois, se trouve un enseignement... Frais émoulu de mon diplôme MBA de l'EMLyon, 29 ans, les mollets bien...

3 vidéos pour oser devenir consultant libre après 40 ans…

3 vidéos pour oser devenir consultant libre après 40 ans…

Devenir consultant libre, quand on dépasse les 40 ans, est une question à laquelle se confrontent beaucoup de salariés. En effet, que faire de la seconde mi-temps quand on a accompli une belle première partie de "carrière professionnelle" ? Voici un cycle de 6 vidéos...

3 discours en entreprise qui font flop…

3 discours en entreprise qui font flop…

Les discours en entreprise sont des exercices périlleux. Comment mobiliser les troupes (ah zut, je vais parler de cela ci-dessous), comment stimuler la performance individuelle (ah, j'y reviens aussi), comme protéger la nichée (oups, un autre sujet sensible)... Dans...

6 bonnes raisons de ne par répondre aux appels d’offre

6 bonnes raisons de ne par répondre aux appels d’offre

Répondre aux appels d'offre semble le point focal de beaucoup d'entrepreneurs ou de consultants. Pourtant, je suis convaincu que nombre d'entre eux y perdent un temps considérable sans beaucoup de succès. Ne pas répondre aux appels d'offre permet au minimum : (1) de...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021