Le premier accord Toltèque, programmation à travailler avec les autres et à l’intérieur de soi comme expliqué dans le précédent article, c’est : « que ta parole soit toujours impeccable ».

 

Dans cette chronique de la crise du coronavirus vu de Zagora (samedi 28 mars 2020), les accords Toltèques me paraissent un beau message à partager pour cette période d’inquiétudes, d’incertitudes…

 

 

Dites moi si ça vous parle : quand vous aviez 8 ans ou 12 ans ou 37 ans, quelqu’un vous a dit quelque chose de méchant. Les années ont passé et vous vous trimballez encore avec cette parole blessante. Il arrive souvent que l’on porte avec soi ce type de blessures pendant des dizaines d’années, voire toute sa vie. Il arrive même qu’on les transmette aux générations qui suivent.

 

Les paroles blessantes nourrissent cet accord dont je parlais dans l’article précédent : l’accord puissant entre les humains de se faire souffrir, l’accord puissant intérieur de se faire souffrir tout seul, comme un grand ! Même les petites « vannes », supposées être humoristiques, les moqueries, les petites piques peuvent provoquer des blessures très profondes et de très longue durée, d’autant plus si elles viennent de quelqu’un qu’on considère comme important. Pensons à l’image que nous représentons auprès de nos enfants, chaque parole est susceptible de créer un programme de très longue durée : quelle responsabilité !

 

Est-il possible de ne pas blesser les autres ou soi-même ?

Inversons le propos : comment reçoit-on soi-même les agressions verbales (volontaires ou pas) des autres (et de soi-même) ?

 

« Laurent, tu nous casses les pieds, on ne peut plus rien dire alors, on n’est pas parfait, et blablabla… » Personne ne demande la perfection. Juste un peu plus d’attention aux autres, aux mots qu’on emploie, aux messages qu’on échange avec les autres et aussi avec soi-même.

 

Car la parole, disent nos amis Toltèques, c’est la magie noire et la magie blanche. Le premier accord Toltèque décrit très simplement le processus…

 

La magie noire, c’est cette parole négative que j’ai envoyée à l’autre, ou que je me ressers indéfiniment dans le secret de mon blabla intérieur, cette parole qui agresse, qui blesse, qui se moque. Le récepteur peut la prendre, la trimbaler pendant de nombreuses années comme une Vérité.

 

La magie blanche, ce sont les encouragements, l’écoute, les « je t’aime », les « bravo », les « merci », etc… Cette magie blanche est à dispenser sans relâche, comme une plante qu’il convient d’arroser indéfiniment au risque de la voir mourrir de soif si on n’en prend pas soin.

 

Nous puisons nos forces dans la magie blanche. Nous détruisons nos possibles quand nous sommes atteints par la magie noire.

 

Les Toltèques nous expliquent que, dans notre univers intérieur, la magie noire prend la forme de 2 acteurs terribles : le Juge et la Victime. Ils sont redoutables.

 

Le Juge intérieur nous condamne à perpétuité. C’est totalement injuste ! Imaginez : vous volez une pomme. La justice des humains vous condamne à 1 mois de prison. Au bout d’1 mois, vous sortez de prison, vous avez purgé votre peine. Le Juge intérieur lui, va vous punir des dizaines de milliers de fois – je pèse mes chiffres : nous avons des dizaines de milliers de pensées par jour, souvent semblables à celles des jours précédents. Toute votre vie, le Juge peut vous rappeler que vous êtes nul, parce qu’un copain d’école vous a dit, il y a 40 ans : « de toute façon, tu es nul, tu seras toujours nul ». Le copain en question ne s’en rappelle pas d’ailleurs. Mais le Juge intérieur a pris cette parole pour la Vérité avec un grand V, et il va vous punir à répétition à chaque fois que vous échouez dans une tentative. Il va vous rappeler la prédiction de votre copain d’enfance (y compris si vous ne vous en rappelez pas en première conscience). Le Juge intérieur, il s’agit de le combattre avec la détermination la plus ferme. J’y reviendrai.

 

La Victime, c’est l’enfant intérieur, celui qui s’inquiète, qui se sent en insécurité. La Victime intérieure vient se lamenter de tous les malheurs qui vous arrivent, et envisage toutes les catastrophes qui vont vous arriver. « J’ai des problèmes d’argent » est du pain béni pour la Victime. La Victime, il s’agit de s’en occuper comme d’un enfant qui pleure. On le prend dans les bras, on le câline, on le rassure, on lui parle gentiment. On lui dit : “je suis maintenant un adulte, je vais trouver des solutions pour te protéger”.

La piste proposée pour s’occuper du Juge et de la Victime intérieurs, c’est :

 

1 – de démasquer ce discours intérieur, c’est-à-dire de prendre conscience que ma pensée est actuellement sous la gouverne du Juge ou de la Victime…

 

2 – engager une discussion intérieure avec l’un ou l’autre… « je te vois, tu es mon Juge », « je te vois, tu es ma Victime » => le Juge on lui parle avec fermeté et détermination « je t’ai vu, je te laisse 10 minutes pour m’emmerder, et après je reprends le contrôle ! » – la Victime on lui parle avec tendresse « je t’ai vue, ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de tout ça – tu peux un peu pleurer si tu veux (voir l’émotion de la tristesse), mais après je m’y remets ».

 

Ce dialogue intime donne sa chance au 1er accord Toltèque : « que ta parole soit toujours impeccable ». En effet, ni le Juge ni la Victime n’ont une parole impeccable. Ce sont 2 maltraitants sournois, qui nous servent aussi à maltraiter les autres. Comme je ne vais pas bien, je vais déverser ma magie noire sur les autres au lieu de soigner mon intérieur.

 

C’est Anouchka, encore, qui un jour dans le désert m’a interpellé « tes pensées ne sont que des pensées ». C’est si simple dit comme ça. Dès que je prends conscience que je peux écouter et dialoguer avec mes pensées, il se passe quelque chose que nous allons continuer d’explorer dans les prochains accords Toltèques.

 

Avez-vous envie de travailler le premier accord Toltèque « que ta parole soit toujours impeccable » avec les autres et avec vous-même ?

 

Cycle d’articles sur les 5 accords Toltèques :

  1. les Accords Toltèques
  2. Premier accord Toltèque
  3. Deuxième accord Toltèque
  4. Langage symbolique et accords Toltèques
  5. Troisième accord Toltèque
  6. Quatrième accord Toltèque
  7. Le parasite et la mort
  8. Cinquième accord Toltèque
  9. Le 5ème accord pour traverser la crise

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

La culpabilité : le verbe « culpabiliser » est entré dans la catégorie des mots interdits. Or, avec la conscience qui monte à propos des impacts de nos actes sur le vivant, les échanges tendus où s’accusent réciproquement les parties sont susceptibles de devenir...

Pour une vraie écoute, vous n’êtes pas obligé de parler…

Pour une vraie écoute, vous n’êtes pas obligé de parler…

Qu'est-ce que la vraie écoute ? Est-il utile de toujours parler ? Peut-on gagner quelque chose à rester silencieux ? Je me rappelle au collège - oh, il y a fort longtemps, imaginez c'était au 20ème siècle - on allait parfois dans une salle de cinéma fort rustique,...

Coment traiter une objection ?

Coment traiter une objection ?

C'est un sujet mal compris : comment traiter une objection, comment comprendre qu'une objection est une marque d’achat… Comment signer une affaire de 10 000€ en 2 semaines, alors que le prospect a commencé l'entretien en disant : "Laurent, je n'ai pas de business pour...

Le client achète le pourquoi davantage que le quoi…

Le client achète le pourquoi davantage que le quoi…

Une nuit, à un horaire inavouable d'insomnie, j'ai cliqué sur cette vidéo TED. Elle m'a fait réfléchir à mon pitch, à la question d'un collègue qui me demande mon avis sur son propre pitch. Quelle est la bonne formule magique qui suscite l'intérêt quand il faut...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

3 raisons de négocier avec votre chef

3 raisons de négocier avec votre chef

Savez-vous négocier avec votre chef ? Vous a-t-on enseigné la discipline ? Vous a-t-on formaté à faire ce qu'on vous dit ? Vous a-t-on préparé à respecter toutes les consignes et... à la boucler ? Vous pouvez écouter cet article en podcast :   C'est probable...

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Comment définir le leadership ?

Comment définir le leadership ?

Dans son livre "la 8ème habitude - faites-vous entendre et agissez", Stephen Covey  propose sa vision de comment définir le leadership. Il écrit :   "Le leadership consiste à communiquer aux gens la notion de leur valeur et de leur potentiel de manière si claire...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements