Le premier accord Toltèque, programmation à travailler avec les autres et à l’intérieur de soi comme expliqué dans le précédent article, c’est : « que ta parole soit toujours impeccable ».

 

Dans cette chronique de la crise du coronavirus vu de Zagora (samedi 28 mars 2020), les accords Toltèques me paraissent un beau message à partager pour cette période d’inquiétudes, d’incertitudes…

 

 

Dites moi si ça vous parle : quand vous aviez 8 ans ou 12 ans ou 37 ans, quelqu’un vous a dit quelque chose de méchant. Les années ont passé et vous vous trimballez encore avec cette parole blessante. Il arrive souvent que l’on porte avec soi ce type de blessures pendant des dizaines d’années, voire toute sa vie. Il arrive même qu’on les transmette aux générations qui suivent.

 

Les paroles blessantes nourrissent cet accord dont je parlais dans l’article précédent : l’accord puissant entre les humains de se faire souffrir, l’accord puissant intérieur de se faire souffrir tout seul, comme un grand ! Même les petites « vannes », supposées être humoristiques, les moqueries, les petites piques peuvent provoquer des blessures très profondes et de très longue durée, d’autant plus si elles viennent de quelqu’un qu’on considère comme important. Pensons à l’image que nous représentons auprès de nos enfants, chaque parole est susceptible de créer un programme de très longue durée : quelle responsabilité !

 

Est-il possible de ne pas blesser les autres ou soi-même ?

Inversons le propos : comment reçoit-on soi-même les agressions verbales (volontaires ou pas) des autres (et de soi-même) ?

 

« Laurent, tu nous casses les pieds, on ne peut plus rien dire alors, on n’est pas parfait, et blablabla… » Personne ne demande la perfection. Juste un peu plus d’attention aux autres, aux mots qu’on emploie, aux messages qu’on échange avec les autres et aussi avec soi-même.

 

Car la parole, disent nos amis Toltèques, c’est la magie noire et la magie blanche. Le premier accord Toltèque décrit très simplement le processus…

 

La magie noire, c’est cette parole négative que j’ai envoyée à l’autre, ou que je me ressers indéfiniment dans le secret de mon blabla intérieur, cette parole qui agresse, qui blesse, qui se moque. Le récepteur peut la prendre, la trimbaler pendant de nombreuses années comme une Vérité.

 

La magie blanche, ce sont les encouragements, l’écoute, les « je t’aime », les « bravo », les « merci », etc… Cette magie blanche est à dispenser sans relâche, comme une plante qu’il convient d’arroser indéfiniment au risque de la voir mourrir de soif si on n’en prend pas soin.

 

Nous puisons nos forces dans la magie blanche. Nous détruisons nos possibles quand nous sommes atteints par la magie noire.

 

Les Toltèques nous expliquent que, dans notre univers intérieur, la magie noire prend la forme de 2 acteurs terribles : le Juge et la Victime. Ils sont redoutables.

 

Le Juge intérieur nous condamne à perpétuité. C’est totalement injuste ! Imaginez : vous volez une pomme. La justice des humains vous condamne à 1 mois de prison. Au bout d’1 mois, vous sortez de prison, vous avez purgé votre peine. Le Juge intérieur lui, va vous punir des dizaines de milliers de fois – je pèse mes chiffres : nous avons des dizaines de milliers de pensées par jour, souvent semblables à celles des jours précédents. Toute votre vie, le Juge peut vous rappeler que vous êtes nul, parce qu’un copain d’école vous a dit, il y a 40 ans : « de toute façon, tu es nul, tu seras toujours nul ». Le copain en question ne s’en rappelle pas d’ailleurs. Mais le Juge intérieur a pris cette parole pour la Vérité avec un grand V, et il va vous punir à répétition à chaque fois que vous échouez dans une tentative. Il va vous rappeler la prédiction de votre copain d’enfance (y compris si vous ne vous en rappelez pas en première conscience). Le Juge intérieur, il s’agit de le combattre avec la détermination la plus ferme. J’y reviendrai.

 

La Victime, c’est l’enfant intérieur, celui qui s’inquiète, qui se sent en insécurité. La Victime intérieure vient se lamenter de tous les malheurs qui vous arrivent, et envisage toutes les catastrophes qui vont vous arriver. « J’ai des problèmes d’argent » est du pain béni pour la Victime. La Victime, il s’agit de s’en occuper comme d’un enfant qui pleure. On le prend dans les bras, on le câline, on le rassure, on lui parle gentiment. On lui dit : “je suis maintenant un adulte, je vais trouver des solutions pour te protéger”.

La piste proposée pour s’occuper du Juge et de la Victime intérieurs, c’est :

 

1 – de démasquer ce discours intérieur, c’est-à-dire de prendre conscience que ma pensée est actuellement sous la gouverne du Juge ou de la Victime…

 

2 – engager une discussion intérieure avec l’un ou l’autre… « je te vois, tu es mon Juge », « je te vois, tu es ma Victime » => le Juge on lui parle avec fermeté et détermination « je t’ai vu, je te laisse 10 minutes pour m’emmerder, et après je reprends le contrôle ! » – la Victime on lui parle avec tendresse « je t’ai vue, ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de tout ça – tu peux un peu pleurer si tu veux (voir l’émotion de la tristesse), mais après je m’y remets ».

 

Ce dialogue intime donne sa chance au 1er accord Toltèque : « que ta parole soit toujours impeccable ». En effet, ni le Juge ni la Victime n’ont une parole impeccable. Ce sont 2 maltraitants sournois, qui nous servent aussi à maltraiter les autres. Comme je ne vais pas bien, je vais déverser ma magie noire sur les autres au lieu de soigner mon intérieur.

 

C’est Anouchka, encore, qui un jour dans le désert m’a interpellé « tes pensées ne sont que des pensées ». C’est si simple dit comme ça. Dès que je prends conscience que je peux écouter et dialoguer avec mes pensées, il se passe quelque chose que nous allons continuer d’explorer dans les prochains accords Toltèques.

 

Avez-vous envie de travailler le premier accord Toltèque « que ta parole soit toujours impeccable » avec les autres et avec vous-même ?

 

Cycle d’articles sur les 5 accords Toltèques :

  1. les Accords Toltèques
  2. Premier accord Toltèque
  3. Deuxième accord Toltèque
  4. Langage symbolique et accords Toltèques
  5. Troisième accord Toltèque
  6. Quatrième accord Toltèque
  7. Le parasite et la mort
  8. Cinquième accord Toltèque
  9. Le 5ème accord pour traverser la crise

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Quand on raconte son histoire, il n'est pas rare d'occulter des chapitres : je me suis fait virer, plusieurs fois. Derrière les chocs ou traumatismes, chaque fois, se trouve un enseignement... Frais émoulu de mon diplôme MBA de l'EMLyon, 29 ans, les mollets bien...

3 vidéos pour oser devenir consultant libre après 40 ans…

3 vidéos pour oser devenir consultant libre après 40 ans…

Devenir consultant libre, quand on dépasse les 40 ans, est une question à laquelle se confrontent beaucoup de salariés. En effet, que faire de la seconde mi-temps quand on a accompli une belle première partie de "carrière professionnelle" ? Voici un cycle de 6 vidéos...

3 discours en entreprise qui font flop…

3 discours en entreprise qui font flop…

Les discours en entreprise sont des exercices périlleux. Comment mobiliser les troupes (ah zut, je vais parler de cela ci-dessous), comment stimuler la performance individuelle (ah, j'y reviens aussi), comme protéger la nichée (oups, un autre sujet sensible)... Dans...

6 bonnes raisons de ne par répondre aux appels d’offre

6 bonnes raisons de ne par répondre aux appels d’offre

Répondre aux appels d'offre semble le point focal de beaucoup d'entrepreneurs ou de consultants. Pourtant, je suis convaincu que nombre d'entre eux y perdent un temps considérable sans beaucoup de succès. Ne pas répondre aux appels d'offre permet au minimum : (1) de...

Dites-le en 3 points clés

Dites-le en 3 points clés

Connaissez-vous la puissance de la communication synthétique, savez-vous développer l'habitude de présenter votre argumentation en 3 points ? Je fulminais dans une réunion, jusqu’à ce que je me décide à intervenir pour dire ce que je pensais. J’ai lancé pour commencer...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021