Langage symbolique et accords Toltèques

Je voudrais revenir sur l’utilisation du langage symbolique et accords Toltèques. En effet, en avançant dans la publication par vidéos+articles des accords Toltèques, quelqu’un m’a gentiment fait cette remarque : « je pense que ce mot de magie ne fait pas sérieux et te dessert 😁 ».

 

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora – mardi 31 mars 2020

En fait, magie blanche et magie noire sont les mots employés par Don Miguel Ruis dans le livre les quatre accords Toltèques. Je les utilise par fidélité au texte, et aussi parce que ils me paraissent judicieux.

 

C’est un langage symbolique. Le langage symbolique adresse une autre partie de notre intelligence. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis ingénieur, j’ai fait un MBA, j’ai eu une expérience professionnelle en grande entreprise, dirigé des projets internationaux avec de nombreuses personnes, des budgets, des objectifs à atteindre. J’ai une formation initiale scientifique, une famille très scientifique, je suis au fait de la « rationalité ».

 

L’univers fonctionne-t-il seulement avec la rationalité de nos académies ?

N’y a-t-il pas une dimension subtile, sensible, une partie toute impalpable à laquelle nous n’avons pas immédiatement accès ? Cette dimension n’est-elle pas, peu à peu, expliquée par la science qui pourtant, repousse toujours plus loin l’horizon du tout comprendre, ce tout comprendre qui nous échappe ? Tous les mouvements et enseignements de la pensée positive, le yoga et la méditation, l’effet placebo, les médecines dites parallèles, etc… nous montrent qu’il y a d’autres façons d’aborder notre réalité. Quand on écoute les religions, les sagesses, ou les bonnes pratiques de « développement personnel » qui nous sont enseignées, on s’aperçoit que partout le langage symbolique est utilisé. Le conte, l’histoire, la parabole nous interpellent d’une manière différente que la démonstration mathématique.

 

Le langage symbolique nous permet de comprendre des morceaux de l’univers qui nous entoure avec notre ressenti

 

Ce langage semble beaucoup plus indéfinissable que le langage académique. Attention, cela ouvre aussi la porte au risque de charlatanisme et au sectarisme, il convient de rester vigilant.

 

Chacun a sa place. Il n’est pas question d’opposer le langage académique au langage symbolique. Il est question, comme je l’ai expliqué dans un autre article de faire du « et » plutôt que « ou ». Le langage symbolique et le langage académique. Brassens et Graeme Allwright. La musique classique et la musique moderne. Le langage symbolique parle différemment au cerveau. Il met en mouvement notre imaginaire, notre créativité, il brasse notre histoire.

 

Les accords Toltèques ne sont pas la panacée, ce n’est pas le miracle qui va tout résoudre. C’est une sagesse que je trouve très astucieuse. Ce sont des outils que je trouve très utiles face à tous les obstacles que nous rencontrons dans la vie quotidienne. Parler de magie noire ou de magie blanche consiste juste à utiliser un média qui permet au cerveau d’accéder à une autre forme de compréhension. Il me paraît important de s’attacher davantage au sens qu’au mot. Certains en resteront aux mots qui les dérangent, et n’écouteront pas la vidéo ou ne lirons pas cet article jusqu’au bout. C’est bien aussi…

 

Le langage symbolique n’est-il pas aussi, par son coté imaginatif, un véhicule pour se rapprocher de la joie ?

 

Cycle d’articles sur les 5 accords Toltèques :

  1. les Accords Toltèques
  2. Premier accord Toltèque
  3. Deuxième accord Toltèque
  4. Langage symbolique et accords Toltèques
  5. Troisième accord Toltèque
  6. Quatrième accord Toltèque
  7. Le parasite et la mort
  8. Cinquième accord Toltèque
  9. Le 5ème accord pour traverser la crise