Passez du “yes but” au “yes and”…

par | Communiquer, Débats, Intelligence collective, Progresser, Vidéos | 4 commentaires

Certains pensent que ces choix délibérés de modèle de communication s’apparentent à de la manipulation. Qu’en pensez-vous ?

Donnez votre avis dans les commentaires ci-dessous…
 

Texte de la vidéo :

Bonjour,

Je sors à l’instant d’un entretien avec un consultant anglais et je voudrais partager avec vous ce sens de la formule qu’ont les anglo-saxons. Il m’a parlé du passage du “Yes but…” au “Yes and…”

En intelligence collective, c’est exactement ce à quoi il faut penser. Bien souvent dans notre civilisation latine, on aime la confrontation, voir l’affrontement. On va donc prendre la parole en disant “Oui, mais …!”. En utilisant cette formule, assez rapidement on tente de montrer que son argument, son idée, sa position, sont meilleurs que ceux qu’on a entendu avant : oui… mais, yes …but.

La formulation yes and…, oui et…, consiste à intégrer l’idée qui vient d’être produite, elle a sa propre valeur et on peut rajouter une valeur à cette idée : yes and … Cela permet en intelligence collective de s’approprier, parce qu’on écouter jusqu’au bout l’idée de l’autre, et on amène une contribution complémentaire, pas forcément en opposition à ce qui a été dit avant.

Cela paraît être une astuce, mais c’est plus que cela. Chacun écoute jusqu’au bout en se disant, j’ai une valeur à ajouter. Cela  signifie que, si dans un échange, on a une idée à apporter, on ne dit pas “oui mais”,” yes but” ! On note sa propre idée sur un bout de papier, et on prend la parole quand l’autre a exprimé son idée jusqu’au bout.

On dira alors : oui, j’ai bien apprécié, et je voudrais rajouter…., je voudrais mettre ma pierre, voilà ce que je veux apporter.

Faites ça dans vos échanges réguliers, dans vos réunions : transformez la formulation yes but, oui mais, en formulation oui et !

Je vous invite à réfléchir à cette posture intérieure qui peut améliorer l’intelligence collective de votre équipe, de votre groupe, de votre entreprise. Cette vidéo est publiée sur le site https://je-suis-manager.com, je suis Laurent de Rauglaudre. Si cette vidéo vous plaît, appuyez sur le bouton “J’aime”. À bientôt, au revoir !

Ces sujets peuvent également vous intéresser

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

Je ne compte plus les échanges avec mes clients coachs sur le sujet de la posture du coach. En effet, le beau monde parle maintenant : De coaching De mentoring De consulting De formation De thérapeute De métiers de psys en tout genre Et patati et patata Tout cela est...

La performance est-elle le critère majeur ?

La performance est-elle le critère majeur ?

Ca me trotte dans la tête depuis quelque temps : la performance est-elle LE critère majeur de mesure ? Immédiatement, ma réflexion se trouve éteinte par ce concept tabou, cette idée admise : la performance est le mot qui réconcilie tout le monde quand il s'agit de...

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ! Comment apprendre sans se tromper ? L'échec est un apprentissage... Aucun être humain ne se développe dans la vie sans commettre de nombreuses erreurs. Comment s'approprier, dans nos modes de management, le droit à l'erreur ? Ecoutez cet article en podcast :...

3 discours en entreprise qui font flop…

3 discours en entreprise qui font flop…

Les discours en entreprise sont des exercices périlleux. Comment mobiliser les troupes (ah zut, je vais parler de cela ci-dessous), comment stimuler la performance individuelle (ah, j'y reviens aussi), comme protéger la nichée (oups, un autre sujet sensible)... Dans...

Pourquoi faire de la prévention…

Pourquoi faire de la prévention…

C'est une ritournelle connue : pourquoi faire de la prévention ? Comment éduquer à cette étrange idée qui consiste à investir de l'argent alors qu'il n'y a pas de problème (visible), juste un risque ?   Je rentre chez mon ostéopathe. Elle me demande : "pourquoi...

4 Commentaires

  1. Coursier

    J’approuve totalement vos dire. C’est aussi que le “oui mais” apporte une notion négative a votre argumentaire.

    Ce n’est pas qu’une astuce mais un point important dans la communication.

    Réponse
  2. Andy denne

    Yes and….
    The bigger picture is that this is an attitude, a way of being. The “yes” is really saying you are welcoming everyone and everything that is coming your way. You are available for life to flow through you. You do not need to be in control, you are responsive, creative, resourceful and ready.
    The “and” allows you then to be a positive contributor to the flow of life, a positive contributor to the collective creativity and intelligence.
    At this time, when businesses all around the world are seeking for more innovation and proactive creative engagement from staff and managers to tackle challenges of today….this creative skill and attitude of “yes And”…..it is a key building block and a requirement of leadership.

    Réponse
    • Laurent

      Collective intelligence is simply not possible if people donnot listen genuinely to each other – with both sides of their brain…

      I fully concur with your idea Andy 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube