Fuir l’entreprise

Valérie : “Que suis-je venue chercher ?” A l’époque, je venais de prendre la décision de fuir l’entreprise ou j’étais car limite burn out. Je savais que le salariat n’était plus fait pour moi, que je voulais tenter l’aventure de l’entreprenariat, je visais humblement de m’installer comme formateur.

 

La seule référence que j’avais dans la tête était la sous-traitance pour des organismes de formation, venant moi même de cet univers. Je crois que je venais chercher juste du soutien dans ce nécessaire besoin de remonter la pente. Un an plus tard, j’ai découvert que j’avais les moyens de faire taire mes pensées limitantes, surtout que j’avais fait une erreur de raisonnement : encore dans un esprit “salariée”, je cherchais à créer mon business en m’adaptant à ce que je connaissais….

 

Le raisonnement que j’ai intégré est tout autre : chercher au fond de moi mes valeurs, la vision de ma contribution au monde et comment j’allais pouvoir l’offrir, la mettre en œuvre, inventer ce qui n’existait pas tel que je le rêvais. Aujourd’hui cette conscience me guide, même si je suis encore mal assurée. C’est en marchant qu’on trouve la cadence. Je me sens toujours la même mais différente, plus Libre.”

Fuir l’entreprise, ça titille ?

Atelier découverte “consultant libre”

 

NB : je sais que le titre de cet article peut choquer, en particulier les managers, les dirigeants d’entreprise. Si c’est le cas, peut-être convient-il de s’interroger pourquoi tant de salariés ne sont pas heureux à leur poste, pourquoi beaucoup sont en souffrance. Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les enquêtes régulières en entreprise. Comment recréer de la motivation ? Comment éviter que les meilleurs s’en aille ? Comment aider les collaborateurs en difficulté ?

Il m’est arrivé de coacher des managers qui désiraient quitter leur entreprise, et qui finalement ont décidé d’y rester et ont rebondi. Peut-être avaient-ils besoin d’apprendre à dire non, à se faire respecter…

 

comment l'avez-vous vécu

Comment l’avez-vous vécu ?

Si on se ressemble, les expériences des autres vous inspirent aussi… Depuis les trucs et astuces jusqu’aux évènements les plus spectaculaires ou tragiques, ce que nous racontent nos amis (ou ennemis) les humains sert à développer les compétences pour traverser les montagnes de la vie. Ce simple constat m’a donné envie de lancer une série de vidéos intitulées “comment l’avez-vous vécu” ? Chaque vidéo est très courte (1 à 2 minutes). L’idée est de partager une anecdote forte en enseignements, et d’inviter l’auditeur à réagir, partager à son tour ce qu’il/elle a appris sur ce sujet.

 

Dans cet article, je partage les 5 premières vidéos de la série avec quelques points clés en dessous… Bon voyage.

 

1 – Comment l’avez-vous vécu : une action planifiée longtemps à l’avance, qui a un impact considérable sur le business ?


Quels sont les enseignements de ce premier partage ?

Lire la suite»

Qui sont les doux-dingues

Aurélien Barrau, astrophysicien devenu célèbre depuis l’automne 2018, utilise souvent cette expression “qui sont les doux-dingues ?” Depuis quelques jours, j’évoque mon envie d’aller travailler dans la permaculture. Je n’ai jamais eu autant de réactions à mes publications. Entre ceux qui tentent de me ramener à la raison en me tirant par les cheveux vers le système dont la vocation semble de permettre à l’occident de gagner contre la Chine, et ceux qui me donnent plein d’indications très intéressantes, avec ou sans encouragement, je vois tout le spectre qui sépare les prises de conscience ! Qui sont les doux-dingues ?

 

 

J’espère que la vidéo est suffisamment explicite pour exprimer ce que je ressens. Si la crise du coronavirus permet d’aiguiser les prises de conscience au plus profond, alors il reste le passage à l’action. Car qui sont les doux-dingues ?

 

Lire la suite»

La solidarité ou la mort : 5 priorités pour les leaders qui veulent profiter de la sortie de crise pour changer le monde

Hier, le moral dans les chaussettes, agressé violemment par ma Victime Intérieure (pour comprendre ce que symboliquement représente la victime intérieure, voir la série sur les accords Toltèques), je marche quelques centaines de mètres dans la palmeraie de Zagora. J’attrape quelques feuilles de papier, noircies de ma colère (principalement contre moi-même), rallonge la liste, assis dans des herbes peu amicales qui me piquent les fesses. Puis je sors les allumettes de ma poche. J’envoie tout ça vers la planète Uranus. Les actes symboliques sont peut-être inutiles -qui sait- mais ils ont l’avantage de ne faire de mal à personne… Peut-être que les 5 priorités pour les leaders qui veulent profiter de la sortie de crise pour changer le monde, est, ce matin, une réponse de la lointaine planète Uranus…

Chronique de la crise du coronavirus, vue de Zagora

 

La petite Kasbah de ZagoraL’autre jour, je fais les comptes avec Brahim qui me reçoit dans cette Petite Kasbah (hotel Zagora) vide de clients depuis des semaines. Une pension complète à 20€ par jour, c’est Youssef qui a négocié pour moi. Alors que mars et avril sont les mois de saison haute, tous les revenus du tourisme se sont envolés. Je finis le calcul de ma dette sur une page de mon cahier, demande à Brahim de me le confirmer. Il prend le cahier, mon stylo, raye le résultat de la multiplication, arrondit le chiffre au millier de dirhams inférieur ! Je n’avais rien demandé…

 

Lire la suite»

La communication consume, la relation construit

Quel est l’impact sur notre qualité de vie de l’hyper communication ? En quoi la relation est-elle vraiment différente de la communication ? A quoi sert de construire des relations ? Pourquoi le temps joue-t-il un rôle capital dans la construction de la relation vraie ? Comment la communication consume-t-elle le temps disponible ? “La communication consume, la relation construit”, que signifie ce raccourci ? Les enfants ont-ils quelque chose à nous apprendre ?

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora – 3 mai 2020

 

Si j’analyse mon temps de lectures de ces derniers mois, combien de nombreuses heures ai-je passé à regarder bêtement les âneries de Donald Trump ? Champion pour nous faire consommer de la communication, ses interventions irrespectueuses, irresponsables, dangereuses, captent, capturent même l’attention. Je consume une partie de ma vie actuelle à ces agitations dérisoires. Je suis un badaud qui traine autour du lieu de l’accident pour apercevoir un peu d’horreur, de sang, de sensationnel. Comment cela me construit-il, me nourrit-il ? L’hyper communication  n’est-elle pas bien souvent futile ? Ne suis-je pas en train de consumer ma vie en laissant ces inconsistances prendre tant de place ?

Lire la suite»

Top 3 du bêtisier

Dans le déferlement désordonné de communication que nous ingérons, nous avons droit a tout le spectre depuis les plus belles idées jusqu’aux plus stupides, voire les plus dangereuses. Ce matin, je me réveille en me demandant quel est le top 3 du bêtisier que j’ai entendu ces dernières semaines.

 

Chronique du Coronavirus vue de Zagora – 2 mai 2020

 

J’ai lu récemment, “ceux qui pensent que la crise du Coronavirus va tout changer se trompent, ceux qui pensent que la crise du Coronavirus ne va rien changer se trompent”. Cette interruption involontaire de l’activité frénétique est l’occasion de nous poser quelques questions. Quel est notre mode de pensée automatique ? Pourquoi acceptons-nous d’entendre, de prolonger parfois des affirmations qui ne sont pas des vérités absolues ? Pourquoi leur donnons-nous notre accord (voir la série d’articles sur les accords Toltèques) ? Je n’aborde même pas ici le déferlement des fausses nouvelles…

 

Lire la suite»

Coachs et consultants, quelles sont les actions vigoureuses à engager maintenant ?

Avez-vous déjà été sur un petit bateau, et vu une grosse tempête approcher ? Sommes-nous en train d’observer l’ouragan arriver et traiter des questions hors sujets ? Coachs et consultants, quelles sont les actions vigoureuses à engager maintenant ?

 

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora, avril 2020

NB : si vous ne lisez pas l’article et regardez juste la vidéo, pouvez-vous contribuer au débat en postant un commentaire ci-dessous…

 

J’ai la chance de participer à de nombreux échanges et réflexions avec des coachs et consultants. Nous posons-nous les bonnes questions ? Celle que nous avons démocratiquement choisie récemment, lors d’un exercice avec quelques collègues  me parait hors sujet : “peut-on vivre heureux seul sur un radeau ?”

Lire la suite»

La colère peut-elle sauver ?

Après la peur, voici quelques lignes sur l’émotion de la colère. La colère peut-elle sauver ? La colère brise-t-elle la relation ? Y a-t-il une différence entre la colère authentique et spontanée, et la colère qui se nourrit de l’anxiété ? Pourquoi les entreprises rejettent-elles la colère, comme les autres émotions, en intimant de les “contrôler”, alors que les émotions sont des messagers à écouter ?

24 mars 2020 – Chronique de la crise du Coronavirus vue depuis Zagora…

 

 

Dans la vidéo, je prends 2 exemples pour montrer que, même si dans le monde de l’entreprise, beaucoup essaient d’éliminer les émotions, c’est probablement une grave erreur. L’émotion de la colère est mal considérée.

 

Lire la suite»

Plaidoyer pour un gouvernement mondial

Samedi 21 mars 2020, tiens c’est le printemps… chronique du coronazitudoposophe depuis Zagora

 

Le conoraviduzapode nous met au défi. Depuis Zagora, dans cette chronique quasi quotidienne, je dirais même plus, quotidienne (comme diraient Dupont et Dupond), je lance un plaidoyer pour un gouvernement mondial.

 

C’est évident !

 

Plaidoyer pour un gouvernement mondial et pour un gouvernement local…

Dites moi chers amis lecteurs :

 

Lire la suite»

Rigueur ou rigidité ?

 

Les menus incidents de la vie m’inspirent souvent pour partager ma vision du management éclairé… Cet article part d’une anecdote pour élargir la réflexion : rigueur ou rigidité, faites-vous la différence entre ces 2 mots ?

Il y a quelques mois, mon prélèvement de loyer m’a mis à découvert sur mon compte bancaire pendant 2 jours. Mauvaise synchronisation de fonds entre mes comptes, un week-end qui rajoute du retard dans les virements, et je passe au rouge.
 
La banque me charge 45$ d’amende, le propriétaire de l’immeuble où j’habite (des centaines de locataires) me condamne de 30$. J’envoie un court message à ma banque pour demander un geste commercial : 2 jours plus tard, les 45$ me sont gentiment crédités. Du coté du gestionnaire de l’immeuble, c’est une toute autre histoire…
 

Lire la suite»