Jeûne et intelligence collective…

par | Intelligence collective, Livres, Progresser | 7 commentaires

Il y a quelques jours, j’ai terminé un jeûne de 5 jours. Aucun rapport avec des convictions particulières, alimentaires, religieuses ou autre, juste une expérience que j’ai eu envie de traverser. Le déclencheur ? Le père Noël a déposé un livre dans mes souliers : “le Jeûne” d’Hellmut Lützner. Comment diable écrire un article qui associe jeûne et intelligence collective ?

 

Le jeune

Ce livre vante les mérites du jeûne tant sur le plan physique que spirituel. J’aime les défis, je suis curieux, alors j’ai immédiatement, comme tout bon enfant après Noël, joué avec mon cadeau : 5 jours sans mâcher, 5 jours sans estomac ni intestins, 5 jours inspirés par un livre, accompagné par la famille, 5 jours encouragés par 2 complices familiaux qui avaient déjà tenté l’expérience et vidé leur hotte sur mes godillots.

Le défi de cet article : relier jeûne et intelligence collective…

 

Ma jeune voisine m’a déclaré le premier jour de l’expérience, de sa petite voix inquiète de 7 ans : “tu ne vas pas mourir ?” traduisant ainsi ces peurs qui nous cernent, qui nous encerclent. Non, je ne suis pas mort. Simplement, cette expérience a bien éclairé ce début d’année :

 

  • j’ai réalisé à quel point manger est un réflexe presque compulsif – on se remplit pour bien des raisons, pas toujours les essentielles;
  • j’ai expérimenté l’absence de faim qui apparait le troisième jour, comme indiqué dans le livre – plus de faim, plus de digestion, pas d’inquiétudes, pas d’envie de nourriture;
  • j’ai observé les réactions alentours, les soutiens, les interrogations, les témoignages;
  • j’ai cuisiné, pour la première fois je l’avoue, un véritable bouillon de légumes à partir de vrais légumes et non de substances préparées, puisque la méthode recommande l’absorption de bouillons et de tisanes;
  • j’ai eu 2 longues insomnies – effet indiqué comme possible dans le livre – insomnies productives (j’ai écrit, j’ai lu), sans grand effet de fatigue significatif dans la journée;
  • j’ai appris que 35% de notre énergie vitale est consacrée à l’exercice éprouvant de la digestion, et que certaines performances sportives ont été réalisées par des jeûneurs après 39 jours sans nourriture (et avec un cadre médical d’observation);
  • j’ai récupéré du temps, en particulier à midi, habituellement consacré au repas, pour aller me promener;
  • j’ai aussi perdu du poids, quelques kilos partiellement repris une paire de semaines plus tard;
  • j’ai été bien inspiré professionnellement, des idées claires sur des pistes à suivre, une forme de lucidité fort agréable;
  • 2 jours après la rupture du jeûne, je suis allé jouer au tennis et là surprise… si mon jeu technique ne s’est pas amélioré 🙁  en revanche, j’avais l’impression d’avoir retrouvé la forme de mes 25 ans, une légèreté oubliée, pas simplement les kilos perdus, plutôt une sensation indescriptible de souplesse, de rebond, de réflexe, de douleurs envolées…

balle de tennis

Il est fort probable – cela est bien décrit par l’auteur du livre – que de nombreuses toxines bien implantées dans mes tissus, ont été délogées par l’absence de nourriture.

 

Pour faire simple sur cette histoire, le premier jour a été facile à vivre, le deuxième plus compliqué (harcelé que j’étais par un estomac confronté à une situation nouvelle), puis les jours 3, 4 et 5, dans un nouvel univers, avec l’absence de faim, un état d’éveil toute la journée – y compris à l’heure fatidique de la sieste après le déjeuner.

 

Le propos n’est pas de glorifier le “jeûne” comme la solution magnifique à tous les maux, ni de rester béât devant les bénéfices directs et induits de cette expérience. Simplement, j’ai changé une règle du jeu pendant quelques jours, avec un cadre précis (les recommandations du livre). Je me suis décalé, j’ai pris un défi bien en face, entouré de déstabilisations possibles – les doutes et inquiétudes de certains dans l’entourage, les bons plats préparés pendant cette saison des fêtes, ces plateaux de fruits secs et autres douceurs présentés devant mes yeux.

 

Pourquoi rapprocher cette expérience de celle proposée lors des ateliers de management ? Comment relier jeûne et intelligence collective ?

Juste après mon jeûne, j’ai fait la connaissance d’un consultant qui m’a tenu à peu près le propos suivant : “l’intelligence collective, c’est une mode, cela ne résout pas tout, il reste des choses concrètes à résoudre au quotidien pour les managers et chefs d’entreprise, etc…”

Bien évidemment !

 

Pourtant, quand on emmène une équipe en séminaire avec une animation très originale -pas de diapositives, pas de reporting, pas de tables, des exercices par 2, par 3, par 4, en groupes de toute taille, des jeux, du rythme, de la méditation, de la co-création, de la nature, des posts-it, des échanges sans débats, des idées concrètes et de l’émotion à évacuer, etc…- l’idée est de faire entrer un groupe dans une expérience (comme le jeûne), un temps particulier, un évènement qui marque, un instant de décalage, une exploration de nouveaux territoires. A l’issue d’un tel séminaire, retour aux affaires courantes. Oui mais…

 

Oui mais, comme lors du jeûne que je viens d’expérimenter, le regard sur les “affaires courantes” a changé. Les participants au séminaire ont tissé de nouvelles formes de relations. L’évènement a créé un ancrage, un point de référence, au delà du plan d’actions produit – le plan d’actions étant le “livrable” opérationnel et tangible, comme peut l’être la perte de poids quand on cesse de s’alimenter. Le séminaire en intelligence collective a-t-il tout résolu ? Il serait bien naïf de le penser. De même que le jeûne, ce moment particulier a ouvert de nouveaux champs de possibles, au niveau opérationnel, au niveau des actions à entreprendre, des priorités, et aussi dans le tissage subtil des relations de travail. Comme dans le jeûne, on se débarrasse de tout ce qui ne sert pas vraiment, pour travailler dans le fond. Je demande dans mes séminaires à ce que chacun vienne…

 

  • sans son ordinateur
  • sans ses rapports en cours
  • sans téléphone si c’est possible, en tout cas sans rendez-vous téléphonique

et…

  • avec ses jambes (et des chaussures de marche)
  • avec ses idées
  • avec ses oreilles
  • avec son humour
  • avec sa créativité

 

Comme dans le jeûne, l’idée du séminaire en intelligence collective est de s’abstenir de l’usage d’ingrédients qui peuvent s’avérer inutiles pour le travail en équipe : venir les mains vides, venir l’esprit ouvert à la découverte, à la surprise, à la co-création.

 

A la fin du jeûne, on ressent une forme d’état suspendu. A la fin du dernier séminaire que j’ai animé en intelligence collective, l’intensité de l’évènement s’est prolongé au delà du temps consacré. Pourtant, le manager qui m’avait sollicité m’a confié avec lucidité que l’effet de l’évènement risquait de se diluer dans les semaines à venir… et qu’il faudrait sans doute réanimer la flamme dans quelques mois. Comme pour le jeûne, dont je renouvèlerai l’expérience, je pense qu’il a raison. L’opportunité créée, instiguée, organisée donne un souffle de l’instant, peut aussi faire gravir une marche dans les niveaux de conscience – mon rapport à la nourriture pour le jeûne, mon rapport aux autres pour le travail en intelligence collective.

Ce souffle ou cette marche ne sont-elles pas une étape, parmi d’autres, dans le chemin du progrès ?

Le jeûne pas plus que le séminaire en intelligence collective ne sont une fin en soi. Réactiver régulièrement ces circonstances décalées, cela n’aide-t-il pas à s’élever dans la cohérence ?

Article dédié à Emmanuel et Anita

Relier jeûne et intelligence collective, ai-je réussi mon pari ?

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Bref, je me suis fais virer (épisode 1)

Quand on raconte son histoire, il n'est pas rare d'occulter des chapitres : je me suis fait virer, plusieurs fois. Derrière les chocs ou traumatismes, chaque fois, se trouve un enseignement... Frais émoulu de mon diplôme MBA de l'EMLyon, 29 ans, les mollets bien...

Votre vie sera un labyrinthe si vous ne voyez pas le labyrinthe…

Votre vie sera un labyrinthe si vous ne voyez pas le labyrinthe…

La vie est-elle un labyrinthe ? L'autre jour, je regarde le film "le Labyrinthe" avec mon fiston... Ce film est bourré de symboles sur les défis de l'adolescence : l'ascenseur qui envoie avec virulence ces jeunes garçons, en perte de conscience, vers le haut... cet...

L’excellence opérationnelle en 9 mots…

L’excellence opérationnelle en 9 mots…

Où est le problème : trouver des clients, inventer un nouveau produit génial, recruter les collaborateurs les plus intelligents ? Peut-être. Pourtant, au coeur de la réussite se trouvent les mille et une failles de l'exécution. Parler de l'excellence opérationnelle,...

Clarifiez votre orientation professionnelle : 5 questions

Clarifiez votre orientation professionnelle : 5 questions

Votre orientation professionnelle, cette question vous suit-elle depuis le début de votre parcours ? Alors que les sombres nuages du chômage continuent d'encourager les peurs, comment faire pour trouver la bonne orientation professionnelle, surtout quand le projet ne...

10 risques à être entrepreneur plutôt que salarié…

10 risques à être entrepreneur plutôt que salarié…

Quels sont les risques à être entrepreneur ? Faut-il privilégier le choix d'être salarié ? Ces risques valent-ils la chandelle ? Quelle est la vraie contrepartie d'oser se lancer à son compte ? Il existe tant de diseurs de bonne aventure qu'il me parait utile...

7 Commentaires

  1. Anita de Rauglaudre

    Laurent ! C’est une grande joie pour moi de savoir que tu as pu vivre cette expérience riche mais qui ne coûte rien de monnayable, sauf un petit livre de poche.
    Je reconnais bien tous ce que tu décris de cette expérience – surtout la clarté d’esprit avec laquelle ont en sort. Que du bénef !
    A recommander à tous ce qui sentent un lourd encrassement du corps et de l’esprit. En suivant à la lettre (ou presque) le livre, il n’y a pas de risque. Pour ce qui aime faire de la méditation, c’est une fabuleuse ouverture vers la sérénité.
    Bon jeûne à toutes et à tous, mais SURTOUT, bonne sortie du jeûne, en toute douceur !

    Réponse
  2. Laurent Marbacher

    Bonjour
    Il a suffi d’un “like” d’un de mes cousins sur LinkedIn et ce post pour que je m’engage aussitôt sur vos traces. J’ai suivi il y a 15 jours le programme du livre de Lutzner. C’est clair, simple et très instructif. Une bien belle expérience ! A recommencer. Je voulais simplement vous remercier très chaleureusement pour ce post qui a agi comme un vrai déclencheur. “Quand le disciple est prêt, le maître apparaît”.

    Réponse
    • Laurent

      Bonjour Laurent,

      merci de votre commentaire. En effet, il est intéressant de découvrir de nouveaux horizons intérieurs, dans son corps, dans la nature… Le chemin de la découverte ne s’arrête jamais 🙂

      Le jeûne, je vais le refaire moi aussi…

      Laurent

      Réponse
  3. Michaël Sanchez

    Tombé sur cet article à dessein suite à un échange avec Laurent, je trouve toujours pertinent ces liens que Laurent tisse entre diverses expériences ! Un peu comme s’il voulait densifier notre réseau de neurones 🙂
    Je me lance dans le jeûne intermittent, warrior diet 20:4, bien sûr pour retrouver ma silhouette athlétique d’avant le confinement (et même d’un peu avant), mais également et surtout pour retrouver la pêche, la vitalité lors de mes présentations devant des assemblées de clients, ou devant les membres d’un codir !
    Et comme d’habitude sur ce blog, ce que l’on ressent, Laurent arrive à l’exprimer clairement !

    Réponse
  4. Laurent de Rauglaudre

    Merci Michaël de ton commentaire positif, et bravo pour l’expérience du jeûne intermittent, dans lequel je vais t’accompagner un temps…

    Réponse
  5. Boukerrou

    Bonjour Laurent,
    Je viens de lire ton article “jeûne et intelligence collective”.
    Bravo pour l’expérience!
    Ce que tu as décris en 5 jours, je l’ai vécu en 30 jours+6.
    La 1ère décade: rentrer à l’atelier avec des hésitations, des questions, mais surtout à la recherche de réponses. On ressent la faim.
    La 2ème décade: on commence à avoir les réponses et voir plus claire par rapport à notre besoin. L’apaisement.
    La 3ème décade: se projeter dans ce qu’on a appris à travers un plan d’action. Les derniers et plus dures efforts. l’accomplissement
    A la fin de l’atelier, on attend ou on se pose la question sur le prochain atelier. Le lendemain de la fin du jeûne, c’est l’attente d’un prochain mois du jeûne.
    Il y a toujours un temps supplémentaire à la fin de l’atelier pour discuter, donner son avis une collation, faire la promo pour les prochains ateliers pour ceux qui veulent rester.
    On 6 jours à accomplir (pour ceux qui le souhaitent) après le mois des 30 jours pour rentre progressivement vers le mode quotidien pour redéployer les efforts et les ressources positives collecté durant les 36 jours.
    Très belle adéquation que tu as trouvé dans cet article.

    Réponse
  6. Laurent de Rauglaudre

    Merci Nadia de ton témoignage. 30 jours sans manger du tout ? C’est une expérience impressionnante… C’est dans ces chemins différents que l’on fait de belles découvertes, n’est-ce pas ?

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021