Triangle du management de projet : quelle force gouverne ?

par | Projet, Vidéos | 4 commentaires

Dans le fameux triangle du management de projet (coût/qualité/délai) présenté en début de toute formation management de projet, quelle est la force qui gouverne ? Comment comprendre le triangle du management de projet et appliquer les enjeux induits dans le plan stratégique et l’exercice tactique du projet ?

Dans cette vidéo, à partir d’une expérience concrète, vécue, de terrain, je raconte comment il est essentiel de comprendre l’importance de l’interdépendance des 3 forces du triangle du management de projet, et cela dès le début, au moment d’accepter la prise de poste.

 

 

 

Ceci est un test de passage à l’étage supérieur, celui du Chef de Projet qui a tout compris !

Répondez au questionnaire suivant :

  • Supposez que votre projet consiste à mettre sur le marché un médicament qui éradique une maladie très grave. A votre avis, quelle force gouverne le projet ?
    1. La qualité
    2. Le budget
    3. Le délai

 

  • Supposez que votre projet consiste à organiser la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques. A votre avis, quelle force gouverne le projet ?
    1. La qualité
    2. Le budget
    3. Le délai

 

  • Supposez que votre projet consiste à organiser une conférence commerciale avec des centaines de participants, en pleine période de crise. A votre avis, quelle force gouverne le projet ?
    1. La qualité
    2. Le budget
    3. Le délai

 

  • Supposez que votre projet consiste à organiser le lancement d’une fusée dans l’espace avec 3 spationautes à bord. A votre avis, quelle force gouverne le projet ?
    1. La qualité
    2. Le budget
    3. Le délai
 

Je pourrais allonger ce test à l’infini : comment diriger en compréhension des enjeux induits par ce triangle du management de projet “qualité/coût/délai” ? Chaque projet cache en son sein une contrainte supérieure aux autres. Le Chef de Projet et son Sponsor doivent être tout à fait en harmonie, en accord stratégique sur laquelle des 3 forces gouverne. Si d’aventure, il y a une évolution pendant le projet, une évolution qui fait bouger cette interdépendance, il convient de se le dire, d’en tirer les conséquences.

Dans les 4 cas listés ci-dessus, quel est votre verdict (vous pouvez l’indiquer en commentaires) ?

 

Plus vite, mieux, moins cher, injonction tenable ?

 

Ce qui est certain, c’est qu’au delà de l’injonction – qui vient souvent du client, parfois de managers qui prennent leurs rêves pour des réalités – “plus vite, mieux et moins cher”, on se raconte des histoires. Combien de projets arrivent à l’heure, en plein dans les spécifications initiales, et pile dans le budget ? La proportion est probablement très faible, d’autant plus que la force qui gouverne véritablement, n’est pas toujours identifiée dès le départ.

La force qui gouverne, c’est celle pour laquelle aucune négociation n’est possible. Il reste au chef de projet, les 2 autres leviers :

  • si la date est non négociable (exemple du bogue de l’an 2000), le chef de projet ne peut agir que sur les 2 autres forces = les moyens ($$$$$), le niveau de prestation (au moins aussi bon que les concurrents)
  • si le budget est non négociable, les leviers sont la date de livraison et le niveau de conformité aux spécifications (qu’on peut toujours amender)
  • si la qualité doit être irréprochable, on peut négocier la date et le budget.

 

En négligeant le travail de fine compréhension du triangle coût/qualité/délai, le Chef de Projet rate une étape essentielle de son analyse initiale, y compris celle de la mise en place des bons ressorts de pouvoir, en particulier du Comité de Pilotage (Copil) adéquat.

 

Pour aller plus loin…

 
 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Bref, je me suis fait virer (épisode 2)

Bref, je me suis fait virer (épisode 2)

Décidément, Apple ne veut pas de moi (alors que j’adore les produits). « Je me suis fait virer » alors que j’aurais pu finir mes jours au chaud chez le géant californien. L’épisode 1 du feuilleton "je me suis fait virer" raconte comment, au début de ma carrière,...

Le Comité de Pilotage, clé du succès des projets à fort enjeu…

Le Comité de Pilotage, clé du succès des projets à fort enjeu…

L'expression Comité de Pilotage (CoPil dans l'abrégé de certains, ou Steering Committee pour nos amis anglophones) apparait régulièrement dans le langage des DSI, dans les marchés publics, et en général dans les (grandes) entreprises qui mettent en place le management...

Gouvernance projet, une cause profonde d’échec

Gouvernance projet, une cause profonde d’échec

Combien de fois rate-t-on les objectifs d’un projet par défaut de gouvernance projet ? Comment la question de la mise en place d’un comité de pilotage doit-elle être adressée ? Pourquoi structurer une gouvernance projet solide et efficace est-elle la mission première...

Qui sont les doux-dingues

Qui sont les doux-dingues

Aurélien Barrau, astrophysicien devenu célèbre depuis l'automne 2018, utilise souvent cette expression "qui sont les doux-dingues ?" Depuis quelques jours, j'évoque mon envie d'aller travailler dans la permaculture. Je n'ai jamais eu autant de réactions à mes...

Comment faire un plan d’actions efficace ?

Ce matin, je me réveille avec l’idée d’écrire cet article « comment faire un plan d’actions efficace » ?  Je suis étonné de cette soudaine inspiration. Depuis l’automne 2018, je suis en Amérique du Nord et j’ai travaillé avec des entreprises canadiennes et...

4 Commentaires

  1. Delve Nodem

    Bonjour Laurent,
    Je suis un jeune ingénieur qui travaille dans une entreprise de TELECOMS et je pourrais bientôt être promus à un poste de responsabilité. Le problème est que tout mes collaborateurs me détestent et font toujours tout pour saboter mon travail. Alors d’après vous comment devrait je me comporter envers eux, vu que allons quand mémé collaborer?

    Réponse
  2. Laurent de Rauglaudre

    Bonjour,
    la première question à vous poser est “pourquoi mes collaborateurs me détestent ?”. La seconde question : “comment faire pour que mes collaborateurs m’apprécient ?”. Il s’agit de montrer votre compétence en aidant vos collaborateurs. Quand on aide autrui, en retour il vous apprécie. Quels sont les modèles de managers que vous avez en tête ? Peut-être que ce ne sont pas les bons modèles à imiter… J’espère que ça aide.
    Laurent

    Réponse
  3. Delve Nodem

    Merci pour le début de solution. Je pense que mes collaboration me détestent parce que je suis le plus intelligent et que j’ai toujours été le plus habileté à briguer ce poste. J’ai pensé qu’à ma prise de service, je devrai laisser une semaine à chacun pour me dire ce qu’il a dans le cœur sans riposter méme si je me fais insulter. Ensuite je remet ma casquette de responsable. Quel est votre avis?

    Réponse
  4. Laurent de Rauglaudre

    Il est possible que vous soyez le plus intelligent. Le trop d’intelligence parfois être un handicap dans le management – à ce propos, vous pouvez télécharger et lire l’introduction du guide que je propose gratuitement. Vous pouvez aussi souscrire à mon offre de coaching en ligne (voir offre dans la barre de menu) ou également consulter ce site d’une collègue : https://dixit-hautpotentiel.com/

    NB : la casquette de responsable, vous l’avez même quand vous écoutez ce que chacun a sur le coeur, et vous ne devriez accepter les insultes de qui que ce soit (c’est une faute professionnelle d’insulter qui que ce soit).

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le Comité de Pilotage, clé du succès des projets à fort enjeu... - Le blog de Laurent de Rauglaudre - […] le pouvoir sur les moyens, les délais, la qualité/la performance (voir le fameux triangle des 3 forces interdépendantes dans…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube