Raconter une histoire…

par | Communiquer | 3 commentaires

Hier, j’anime une session de speednetworking.

 

Céquoiça ? Une seconde… j’explique !

Nous sommes une douzaine, réunis pour la visite d’une usine, suivi d’un cocktail. Entre les 2, est positionnée une séance très courte de présentation de chacun à tous. Je donne la règle du jeu :

 

 

  1. chacun a 2 minutes de parole (j’utilise le chronomètre de mon iphone qui sonne au bout de 2 minutes)
  2. l’objectif pour chacun est de présenter ce qu’il apporte ou ce qu’il cherche de manière très synthétique, de préférence avec un style percutant
  3. le champ peut être large : je cherche des fournisseurs dans le domaine blablabla, des clients, des amis, des personnes à embaucher, du travail, de l’amour (pourquoi pas… mais je sais, nous sommes entre professionnels, on ne rigole pas avec ces choses là)
  4. le premier à parler est tiré au sort, il passe ensuite la parole à quelqu’un de son choix, en dehors de ses 2 voisins
  5. la liste des participants remise à chacun permet de noter les personnes avec qui l’on souhaite échanger durant le cocktail

 

Voilà : l’objectif d’un tel exercice est de démultiplier en un temps record, les possibilités de relation tout azimut. Comment savoir dans un groupe de 12 personnes, que 2, 3 ou 6 personnes évoluent dans un champ avec lequel je peux/veux interférer, si je n’ai pas au moins le début de leur histoire. C’est aussi un exercice de communication efficace, de synthèse, de sélection.

 

Quand vient mon tour (en dernier), je raconte une histoire : “je vais vous ramener à votre enfance, rappelez vous : vous avez probablement joué au Monopoly. Avez-vous remarqué que pour gagner, il faut mettre des hôtels sur la rue Lecourbe, l’avenue Henri-Martin, la place Pigalle ou l’avenue de Breteuil ? A l’âge adulte, on s’aperçoit que c’est plus compliqué d’acheter un hôtel, car cela coûte plusieurs millions ou plusieurs dizaines de millions d’€. Et bien, je vous propose dinvestir dans des parts d’hôtels...” (je décris alors de l’investissement dans l’hôtellerie qui entre dans le cadre de mon autre métier). Je ressens l’attention des participants, l’objectif est atteint.

 

Il y a quelque temps, j’aurais sans doute commencé par expliquer une partie de mon pedigree : mes formations initiales (suivies il y a plusieurs dizaines d’années !), les grands succès de mon parcours (en passant sous silence les détours laborieux !), les références majeures de mon passé, etc… Bref, justifier que je suis quelqu’un plutôt que tenter d’intéresser (en 2 minutes) mon auditoire. La méthode qui consiste à “raconter une histoire” est notoirement plus efficace : à l’issue du cocktail, j’ai en poche une demi-douzaine de prospects “qualifiés”, pour mes 2 métiers.

 

Nous aimons tous les histoires. Elles illustrent un thème, une idée, un concept, un produit à promouvoir. Quand nous racontons une histoire, nous en sommes le porteur. Par conséquent, le rayonnement de l’histoire est notre rayonnement. L’histoire, même simplissime, développe l’attention de l’auditoire et permet une plus grande identification du conteur : pour l’auditoire, peu importe le “pedigree”, ce qui importe n’est-ce pas la pertinence et la dynamique du propos ?

 

Raconter une histoire permet de développer l’efficacité du message. Dans les contextes de management, est-ce possible de raconter une histoire ? En début de séminaire, de réunion, de rendez-vous ? La dimension symbolique est-elle de nature à centrer immédiatement l’attention ? Reste à cogiter l’histoire avant d’entrer en scène, d’où la nécessite d’une préparation – qui peut prendre 2 minutes de concentration.

Alors… racontez des histoires 🙂

 

Qu’en pensez-vous ?

Ces sujets peuvent également vous intéresser

5 idées simples pour réinventer et faire de la prospection efficace

5 idées simples pour réinventer et faire de la prospection efficace

J'ai un jour participé au recrutement d'un candidat hollandais. Il parlait un nombre incalculable de langues. Pourtant, m'a-t-il dit après l'embauche, il avait contacté l'entreprise 37 fois (appels téléphoniques, fax -> et oui, c'était en usage à l'époque,...

Publication linkedin, comment faire bonne figure… 21 exemples

Publication linkedin, comment faire bonne figure… 21 exemples

Comment écrire des publications linkedin qui font bonnes figures ? La première règle est de publier (j'y reviendrai) du contenu original. C'est quoi du contenu original ? C'est vous qui l'avez écrit, ce n'est pas juste une republication d'une bonne idée vue ailleurs....

3 raisons de négocier avec votre chef

3 raisons de négocier avec votre chef

Savez-vous négocier avec votre chef ? Vous a-t-on enseigné la discipline ? Vous a-t-on formaté à faire ce qu'on vous dit ? Vous a-t-on préparé à respecter toutes les consignes et... à la boucler ? Vous pouvez écouter cet article en podcast :   C'est probable...

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Comment définir le leadership ?

Comment définir le leadership ?

Dans son livre "la 8ème habitude - faites-vous entendre et agissez", Stephen Covey  propose sa vision de comment définir le leadership. Il écrit :   "Le leadership consiste à communiquer aux gens la notion de leur valeur et de leur potentiel de manière si claire...

5ème accord Toltèque

5ème accord Toltèque

Et oui, peu de gens sont au courant, il existe un 5ème accord Toltèque. Le premier livre (les 4 accords Toltèques) a fait un tabac en librairie. Il a été lu rapidement et avec bienveillance par beaucoup, souvent distraitement. L'enseignement m'ayant beaucoup...

3 Commentaires

  1. Schtroumf Grognon

    moi j’aime pas le monopoly…

    Réponse
    • Laurent

      Bonjour shtroumpf,

      Qu’aimes-tu ?

      Laurent

      Réponse
      • Schtroumf Grognon

        MOI J’AIME LES FLEURS !!
        Mais j’aime pas qu’on sache que j’aime les fleurs…

        Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube