3 secondes dans les yeux pour faire passer l’énergie…

by | Communiquer, Podcasts | 6 comments

Ecoutez cet article en podcast :

Nous visitons l’usine, le directeur que j’accompagne passe rapidement dans les allées. Autour de nous, on ressent les regards, une certaine tension, un intérêt, peut-être un peu d’appréhension. C’est le directeur de l’usine, forcément son passage crée une forme de magnétisme. Ca et là, il s’arrête, serre rapidement une main et continue de me commenter l’organisation de l’usine, les étapes de fabrication, l’efficacité du processus.

 

Nous nous retrouvons dans sa voiture pour retourner au bureau. Là, je lui demande : “qu’as-tu ressenti en traversant l’usine ?” Ma question l’interpelle, le langage du ressenti ne fait pas partie des mots habituels du monde industriel. Nous échangeons sur l’ambiance de l’usine, les signes envoyés, etc… Enfin, je l’interroge sur l’impact qu’il perçoit des poignées de main échangées avec les ouvriers, et des 3 secondes dans les yeux pour faire passer l’énergie ! Carrément ésotérique ???

 

Observez comment ça se passe… dans une grande majorité des cas, nous serrons la main rapidement, de manière automatique, sans mettre la présence réelle, l’instant reste furtif, le geste machinal. Hors, dans le tour d’usine, j’observais l’attente impatiente des ouvriers serrant les mains, l’attente de l’échange du regard. Le directeur, probablement déjà dans ses pensées opérationnelles de la suite de la journée, enchainait les mains, pas les regards.

 

Je lui soulignai l’importance des 3 secondes les yeux dans les yeux pour faire passer l’énergie, les conséquences pour les opérateurs, leur reconnaissance, leur motivation. 3 secondes, c’est le temps de prendre un vrai contact, cela ne change pas l’agenda surchargé, cela change tout pour ceux qui reçoivent le boost en énergie. Manager, c’est aussi prendre conscience de l’impact de son propre regard.

Il en comprit l’importance et m’en remercia…

 

6 Comments

  1. Debuisson

    Peut-être dans le même registre…
    Je remercie mes collaborateurs souvent, pour leur faire ressentir ma reconnaissance et l’importance de leur participation dans l’action collective.

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Bien d’accord ! Je me suis posé cette question au début de ma vie professionnelle : « faut-il remercier des gens qui sont payés pour faire le job ? ».
      J’ai vite tranché : remercier ne coûte pas grand chose et crée de l’énergie positive dans la relation.
      « Etre payé pour ça » n’empêche pas la gratitude…

      Merci du commentaire.

      Reply
  2. Louis

    Tout à fait en phase avec cette idée.
    Que j’ai moi même décrite dans mon livre http://mybook.to/ModeSkypeFR
    Le bonjour est un élément clef de la relation. Un moment particulier où les âmes se touchent …
    A titre personnel, j’évite de tomber dans la mode ou la culture qui consiste à “biser” toute personne que l’on rencontre. Je préfère serrer les mains, tout d’abord car il est possible de maintenir son regard, mais aussi car cela permet d’avoir un vrai contact physique et évaluer beaucoup de l’énergie présente.
    Merci Laurent.

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Je partage… (à titre perso, je préfère les joues des femmes que celles des hommes 🙂

      La poignée de main permet un vrai contact, évite les ambiguïtés, évite aussi de rentrer dans la “zone intime” de l’autre. Nous n’avons pas tous le même rapport à la “zone intime”.

      Merci du commentaire…

      Reply
  3. Gaylord

    Merci pour la strategie et cela demontre un aspect d’humilité .ce qui n’est pas du tout le cas ici dans notre région.une question c’est à chaque fois qu’il faut appliquer ou uniquement la première fois.
    Bonsoir Laurent.

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      La présence, la vraie présence, c’est à chaque fois, c’est toujours… dans la mesure de sa disponibilité. Cette disponibilité est aussi un choix en conscience…

      Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021