Le luxe est-il une injure aux générations futures ?

par | Débats, Zagora

Dimanche 22 mars 2020 – Chronique de la crise du Coronavirus, vu de Zagora

 

Ce matin, toujours pas d’eau dans la douche. Ou plutôt si, un mince filet, du goutte-à-goutte avec lequel je fais une toilette de chat.

Pas de quoi se plaindre, j’ai une chambre magnifique sur un toit terrasse, une explosion de fleurs en sortant, une montagne aride à droite, un oasis verdoyant à gauche.

 

Depuis longtemps j’ai cette question dans la tête :

le luxe est-il une injure aux générations futures ?

 

Pourquoi accumule-t-on ? Pourquoi développe-t-on une telle sophistication de produits, alors que tant de nos frères et soeurs humains vivent dans le dénuement ?

Si c’est mon frère de sang qui manque de pain, je vais lui en donner, non ?

 

Je comprends que la créativité a besoin de s’exprimer. On est heureux quand on est dans le processus créatif. Inventer permet de nous évader, c’est magnifique. Alors nous inventons des tas de trucs et des tas de machins. Pourquoi pas ! Surtout si, dès la conception, sont prévus le prix et tout le cycle de réintégration écologique. La créativité se limite-t’elle aux produits physiques ? J’ai attendu l’âge de 55 ans pour admettre que j’étais créatif dans le registre de l’animation de groupes… La créativité n’est-elle pas dans tous les registres où je me sens inspiré ?

 

D’un coté, certains manquent de tout ou presque. De l’autre, nous avons cet appétit créatif. Pourquoi concentrons-nous cet appétit à nourrir prioritairement un luxe matériel ? N’est-ce pas une injure aux déshérités de maintenant et aux générations futures ? Pourquoi quelques-uns épuisent-ils à l’excès des montagnes de ressources, pour un plaisir relatif ? Je m’interroge souvent sur ce qui se passe dans le cerveau. Que se passe-t-il dans le cerveau ? Qu’est-ce qui peut lui faire croire que la vie sera meilleure en accumulant, en installant des robinets en or dans la salle de bain (avec de l’eau qui coule, yeeeeeeesssssss) ? Je ne porte pas de jugement, je m’interroge, sincèrement ? Quel est le chemin de conditionnement mental, à quoi jouent les neurones et les synapses ? Les neurones ont-ils oublié les joies de l’enfant qui jouait avec un carton, avec un bâton, avec un pigeon ?

 

Le luxe est-il une injure aux générations futures ?

 

L’une des raisons, et c’est loin d’être la seule, qui m’a fait arrêter le conseil en gestion de patrimoine, c’est mon interrogation sur la justification de la transmission financière, ou plutôt de l’optimisation fiscale de la transmission. C’est un jeu de ce métier : laisser des sous à l’état au moment de ma mort, beurck, quelle horreur ! J’ai aidé des clients, dans la pure légalité, à optimiser. Puis cela m’a vraiment interpellé.

 

Qu’est-ce que je dois transmettre aux générations futures ?

  • Une grosse liasse de billets ? Que vont-ils en faire ?
  • Un bon paquet de souvenirs et d’enseignements et sagesses ? Que vont-ils en faire ?

 

Si j’ai la chance et l’intelligence de faire fortune, chouette, bravo. Que faire de la fortune qui ne me suivra pas dans la tombe ? En quoi est-ce si légitime de transmettre tout son argent à ses propres enfants par rapport à le laisser à la communauté (qui m’a beaucoup aidé dans la vie pour réussir en m’éduquant, me protégeant, me soignant, même si certains l’oublient) ? Pourquoi ne pas faire comme ces multimilliardaires raisonnables qui laissent juste 1 petit milliard à chacun de ses enfants pour les menus dépenses, et tout le reste pour de belles causes 🙂 ?

 

Je sais que ces questions amènent de nombreuses polémiques. Je sais que les réponses sont complexes, parfaitement insolubles. Pourtant, la crise du coronavirus nous repose également ces questions de manière claire et directe : le luxe est-il une insulte aux générations futures ? Que souhaitons nous léguer aux générations futures ?

 

Depuis mon nid de Zagora, j’ai eu la chance de trouver une guitare et enregistrer quelques chansons sur ma chaine YouTube. Mon talent est relatif mais ces chansons, oubliées pour la plupart, sont un patrimoine familial. Ces chansons recréent des liens perdus, créent des liens nouveaux. Ces liens seraient-ils les seuls luxes à préserver ?

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Ralentissez les embauches d’experts…

Ralentissez les embauches d’experts…

Courte digression sur la pensée d’Edgar Morin… et si vous ralentissiez les embauches d’experts ! Je lis ici et là les articles et commentaires des écrits de ce centenaire à la plume brillante, qui ne cesse de solliciter notre intelligence pour appréhender la...

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

Lancer un débat moral sur l'agressivité commerciale, est-ce bien raisonnable ? On est tous d'accord, ralbol de l'agressivité commerciale... et pourtant... Quand les frontières se sont rouvertes en 2020, j’ai quitté le Maroc après avoir été bloqué 120 jours....

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur », ce sont trois mots que m'attribue en commentaires bienveillants l'un de mes lecteurs assidus… Je reviendrai peut-être sur les deux premiers qualificatifs, je voudrais m’arrêter un instant sur le troisième, à la lumière de mon...

L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

Dans son livre « l’emballement du monde » (que je n’ai pas encore fini donc j’anticipe des conclusions, mais là où j’en suis me donne de l’espoir, alors je partage), Victor Court évoque les dislocations d’empires. Ce que j’en comprends : la pensée largement partagée...

Les coaches sont des Jedis

Les coaches sont des Jedis

Pourquoi suis-je convaincu que les coaches sont des Jedis ?   Je suis intervenu pour AceUp, une startup américaine dont la mission est de démocratiser le coaching. J'ai coordonné l'organisation du premier "Summit" à Boston, le rassemblement de quelques dizaines...

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

La culpabilité : le verbe « culpabiliser » est entré dans la catégorie des mots interdits. Or, avec la conscience qui monte à propos des impacts de nos actes sur le vivant, les échanges tendus où s’accusent réciproquement les parties sont susceptibles de devenir...

Pourquoi faire de la prévention…

Pourquoi faire de la prévention…

C'est une ritournelle connue : pourquoi faire de la prévention ? Comment éduquer à cette étrange idée qui consiste à investir de l'argent alors qu'il n'y a pas de problème (visible), juste un risque ?   Je rentre chez mon ostéopathe. Elle me demande : "pourquoi...

3 excellents conseils de coach

3 excellents conseils de coach

A quoi sert le coaching ? Les conseils de coach sont-ils autorisés par la déontologie ? En quoi l'écoute, l’effet miroir, la réplique du coach qui dit ce qui lui vient peuvent-ils servir ? En déambulant aujourd’hui me sont venus 3 excellents conseils de 3 coachs...

Je hais Outlook et quelques autres…

Je hais Outlook et quelques autres…

J'écris beaucoup moins qu'autrefois sur mon blog, qui est un magasin sympa dans une rue sombre avec peu de passage (larmes).   J'écris beaucoup plus sur linkedin, avec parfois des statistiques flatteuses qui dépassent les 100 000 vues (ego tout content).  ...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements