A propos de leadership conscient…

par | Débats, Intelligence collective, Leadership

Congrès de l'intelligence collective

Conférence de Robert Dilts

Tout le monde rêve de l’équipe parfaite. Dans sa conférence sur le “leadership conscient”, Robert Dilts souligne quelques ingrédients à ramener à la lumière… Si le leader souhaite développer “l’intelligence collective” plutôt que “l’intelligence collectée”, tout le monde doit pouvoir contribuer.

 

On constate souvent que le leader ne rejoint pas le groupe. Il considère son rôle comme immuable. En réalité, le leader est celui qui sent le danger (où l’opportunité) – celui qui prend conscience avant tout le monde. Il est probablement sage de considérer que, plus qu’un galon, c’est plutôt un rôle tournant. D’ailleurs, n’existe-t-il pas un risque pour le grand chef (souvent assimilé au rôle immuable de leader) : celui de “trop sécuriser l’équipe”, qui perd alors en responsabilité

 

C’est pour cela que l’une des conditions nécessaires du succès de l’intelligence collective, est la répartition équitable de la prise de parole, avec quelques vigilances :

  • prêter attention aux signes non verbaux (qui en disent parfois plus long que les mots)…
  • que chacun puisse s’exprimer sans risque de jugement, sans hâte, sans honte…
  • souligner que chaque contribution peut faire germer cette différence qui change tout…

 

Etymologiquement, le mot anglais lead exprime le mouvement, aller. Il ne souligne pas le contrôle. Le leader imprime la direction et donne l’énergie. La direction est plus essentielle que la destination. La direction ouvre les possibles. La destination ferme beaucoup d’opportunités qui émergent de l’intelligence collective. L’énergie s’adresse à l’intelligence émotionnelle, elle inspire pour le passage à l’action. Le leader conscient encourage donc la coopération, en restant membre de l’équipe, en démontrant davantage par l’exemple que par l’argumentation.

 

Quand on regarde un vol d’oies qui migrent :

  • toutes les oies connaissent la direction
  • celle qui est devant fait un effort plus important que ses compagnes voyageuses
  • celle qui est devant laisse régulièrement sa place à une autre
  • celles qui sont derrière sont à une distance optimum pour bénéficier de l’aspiration (comme les cyclistes du Tour de France)
  • celles qui sont derrière coassent pour encourager celle qui est devant (pas comme les cyclistes du Tour de France, parce que eux sont en compétition et partiellement en intelligence collective – “j’entends aller bon train les commentaires” :-))

 

Par conséquent, si les meilleurs leaders se repèrent par l’exemple qu’ils donnent, ils ont aussi conscience qu‘il est essentiel de garder le canal de tous ouvert. Conscience de chaque instant ! Conscience au plus haut de la responsabilité, de la connexion à plus grand que soi, de l’impact “écologique” de son action.

Leadership conscient, leadership tournant…


 

Quels commentaires cet article vous inspire-t-il ?

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Ralentissez les embauches d’experts…

Ralentissez les embauches d’experts…

Courte digression sur la pensée d’Edgar Morin… et si vous ralentissiez les embauches d’experts ! Je lis ici et là les articles et commentaires des écrits de ce centenaire à la plume brillante, qui ne cesse de solliciter notre intelligence pour appréhender la...

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

L’agressivité commerciale, est-ce bien ou mal ?

Lancer un débat moral sur l'agressivité commerciale, est-ce bien raisonnable ? On est tous d'accord, ralbol de l'agressivité commerciale... et pourtant... Quand les frontières se sont rouvertes en 2020, j’ai quitté le Maroc après avoir été bloqué 120 jours....

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur » !

« Anxieux, rebelle, moralisateur », ce sont trois mots que m'attribue en commentaires bienveillants l'un de mes lecteurs assidus… Je reviendrai peut-être sur les deux premiers qualificatifs, je voudrais m’arrêter un instant sur le troisième, à la lumière de mon...

L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

L’effondrement du monde est-il forcément un cataclysme ?

Dans son livre « l’emballement du monde » (que je n’ai pas encore fini donc j’anticipe des conclusions, mais là où j’en suis me donne de l’espoir, alors je partage), Victor Court évoque les dislocations d’empires. Ce que j’en comprends : la pensée largement partagée...

Les coaches sont des Jedis

Les coaches sont des Jedis

Pourquoi suis-je convaincu que les coaches sont des Jedis ?   Je suis intervenu pour AceUp, une startup américaine dont la mission est de démocratiser le coaching. J'ai coordonné l'organisation du premier "Summit" à Boston, le rassemblement de quelques dizaines...

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

Apprendre à négocier avec sa culpabilité…

La culpabilité : le verbe « culpabiliser » est entré dans la catégorie des mots interdits. Or, avec la conscience qui monte à propos des impacts de nos actes sur le vivant, les échanges tendus où s’accusent réciproquement les parties sont susceptibles de devenir...

Pourquoi faire de la prévention…

Pourquoi faire de la prévention…

C'est une ritournelle connue : pourquoi faire de la prévention ? Comment éduquer à cette étrange idée qui consiste à investir de l'argent alors qu'il n'y a pas de problème (visible), juste un risque ?   Je rentre chez mon ostéopathe. Elle me demande : "pourquoi...

3 excellents conseils de coach

3 excellents conseils de coach

A quoi sert le coaching ? Les conseils de coach sont-ils autorisés par la déontologie ? En quoi l'écoute, l’effet miroir, la réplique du coach qui dit ce qui lui vient peuvent-ils servir ? En déambulant aujourd’hui me sont venus 3 excellents conseils de 3 coachs...

Je hais Outlook et quelques autres…

Je hais Outlook et quelques autres…

J'écris beaucoup moins qu'autrefois sur mon blog, qui est un magasin sympa dans une rue sombre avec peu de passage (larmes).   J'écris beaucoup plus sur linkedin, avec parfois des statistiques flatteuses qui dépassent les 100 000 vues (ego tout content).  ...

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

2 Commentaires

  1. financermoncredit.fr

    c’est énorme le système des oies ! j’y avait jamais pensé mais c’est juste totalement VRAI ! Merci pour ce petit rappelque le groupe c’est la force et qu’on va plus loin ensemble

    Réponse
  2. Tsopgny

    Merci pour cet article édifiant.

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un bouc émissaire pour éviter de résoudre le problèmeLaurent de Rauglaudre - […] bon leader apprend à faire le tri entre les faits et les […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bonjour, bienvenue sur mon blog

Je m’appelle Laurent de Rauglaudre (je sais, mon nom est imprononçable). Sur ce blog, j’écris des articles sur le leadership, le métier de consultant libre et de coach.

Je batifole à partir de mes expériences, mes lectures, mes succès et mes fausses pistes. Je suis motivé par le leadership responsable.

J’espère que vous trouverez matière à inspiration.

Bonne lecture,

Laurent

Prochains évènements