A quoi sert le coaching ?

par | Communiquer, Leadership | 1 commentaire

Même si Eric Schmidt, président de Google, avance “Everybody Needs A Coach” (tout le monde a besoin d’un coach), la question “à quoi sert le coaching ?” reste légitime. J’ai déjà évoqué dans cette vidéo “à quoi sert le coaching” 3 bienfaits apportés par le coaching. Je souhaite évoquer ici une anecdote personnelle qui a tout changé à mon parcours professionnel.

 

Nous sommes vendredi matin, j’ai rendez-vous chez le dentiste à 11h. Je quitte le bureau (à cette époque antidiluvienne, je suis l’un des managers-salariés du troupeau de Gemplus). Mon téléphone sonne. C’est Christian Loridon, consultant-formateur que j’ai fait intervenir auprès de toutes mes équipes. Christian va devenir l’un de mes coach, un mentor d’une grande lucidité, d’une grande fidélité. Il prend régulièrement de mes nouvelles par téléphone, pratique efficace pour maintenir le lien professionnel et les opportunités d’affaires (lire ceux qui réussissent téléphonent)

 

  • Christian : « comment vas-tu ? »
  • Laurent : « ça va, je meurs d’envie d’aller dire ce que je pense à Antonio Perez »
  • Christian : « que veux-tu lui dire ? »

 

J’explique. Comme Gemplus traverse une crise terrible, je suis envahi du désir d’aller exposer de sévères thèses au président. En bon coach, Christian sent ma détermination et comprend la pertinence de mes propos. En terme de coaching, il me donne « l’autorisation ».

  • Christian : « alors si tu penses que c’est utile pour l’entreprise, va voir Antonio, et dis-lui… »
  • Laurent : « mais il part ce soir aux Etats-Unis »
  • Christian : « alors appelle-le tout de suite ! »

 

Un coaching pour passer à l’action

 

Je raccroche. Je suis sur un banc public de Gémenos, près du cabinet de mon dentiste. La force est irrépressible et Christian m’a donné le déclic. Il a levé mes objections, transmis l’énergie, la force de passer à l’action. J’ai les jetons ! La puissance du coaching flash est là : je fais immédiatement le numéro de téléphone d’Antonio. Aucun barrage de secrétaire, il décroche.

 

Laurent : « Antonio, I need to tell you something, I need 10 minutes of your time, I know you are leaving today to the USA, I can take the cab to the airport with you if you like… »

 

J’ai tout lâché, me suis mis tout à risque. A ma grande surprise, Antonio me répond : « comme now ». Le pragmatisme américain que j’ai si souvent remarqué. Je suis sens dessus dessous. Cet appel va marquer un tournant de vie dont j’ignore la portée à cet instant précis. Comment diable ai-je osé appelé le président ? Qui suis-je moi pour aller dire, à cet homme tellement expérimenté, je ne sais quel avis sur une crise qui me dépasse totalement. Je suis là sur un banc, le soleil provençal tout doux ce matin, hébété à l’idée que je m’apprête peut-être à commettre l’irréparable, en franchissant tellement de barrières interdites d’un seul coup.

 

Dans la foulée de l’énergie transmise par Christian qui deviendra mon premier coach, j’appelle et reporte mon rendez-vous de dentiste. Retour au bureau, couloir de la direction générale que j’ai toujours trouvé impressionnant : une allée distribuée sur les repaires de toutes les têtes pensantes et de pouvoir de l’entreprise. On ne peut le traverser sans se demander lequel des puissants va vous alpaguer avec une question ciselée et le regard transperçant. Juste de quoi stresser un brin.

 

La porte d’Antonio est entrouverte. Je signale ma présence discrètement, il m’accueille tout sourire. J’entre dans le bureau et je vais direct au but comme savent le faire, je l’ai remarqué, les dirigeants, managers ou entrepreneurs de talent.

 

Le reste est une autre histoire… qui m’amèra dans les entrailles de l’exercice du pouvoir en devenant conseiller de 2 CEO successifs, et qui me permettra de mesurer à quel point les dents des crocodiles sont taillées, à passer aussi la mémorable semaine du 11 septembre 2001 à New York puis Philadelphie en tête-à-tête avec Antonio Perez.

 

Le coaching, un atout maitre dans la manche

 

Sans le coaching de Christian, aurais-je osé faire ce pas là ?

Pour franchir ces barrières que nous nous fabriquons (suis-je légitime ? suis-je un imposteur ? pourquoi moi ? est-ce que je le mérite ? l’obstacle n’est-il pas trop haut ? suis-je suffisamment prèt ? est-ce le bon moment ? etc…), le coaching n’est-il pas l’atout maitre ?

 

A quoi sert le coaching ? Ecoutez les leaders, interrogez-les sur qui les écoute, qui les conseille et pourquoi ? Ecoutez ce qu’en dit le patron de Google lui-même…

 

Souhaitez-vous partager des anecdotes sur ce que le coaching a pu vous apporter dans les commentaires de cet article ?

 

Je dédie cet article à Christian, parti récemment vers les étoiles

Ces sujets peuvent également vous intéresser

3 vidéos pour oser devenir consultant libre après 40 ans…

3 vidéos pour oser devenir consultant libre après 40 ans…

Devenir consultant libre, quand on dépasse les 40 ans, est une question à laquelle se confrontent beaucoup de salariés. En effet, que faire de la seconde mi-temps quand on a accompli une belle première partie de "carrière professionnelle" ? Voici un cycle de 6 vidéos...

3 discours en entreprise qui font flop…

3 discours en entreprise qui font flop…

Les discours en entreprise sont des exercices périlleux. Comment mobiliser les troupes (ah zut, je vais parler de cela ci-dessous), comment stimuler la performance individuelle (ah, j'y reviens aussi), comme protéger la nichée (oups, un autre sujet sensible)... Dans...

6 bonnes raisons de ne par répondre aux appels d’offre

6 bonnes raisons de ne par répondre aux appels d’offre

Répondre aux appels d'offre semble le point focal de beaucoup d'entrepreneurs ou de consultants. Pourtant, je suis convaincu que nombre d'entre eux y perdent un temps considérable sans beaucoup de succès. Ne pas répondre aux appels d'offre permet au minimum : (1) de...

3 stratégies pour atteindre les sommets en entreprise

3 stratégies pour atteindre les sommets en entreprise

Quelles sont les stratégies pour atteindre les sommets en entreprise ? Un client me posait cette question, confronté à l'interrogation : "comment font-ils (souvent "ils" d'ailleurs) pour devenir dirigeants ?"   Je lui ai proposé de réfléchir à 3 stratégies ainsi...

1 Commentaire

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021