Ceux qui réussissent ont un ou plusieurs mentors

by | Ceux qui réussissent, Décider, Entrepreneur, Leadership, Mastermind, Progresser | 0 comments

Quelle est l’une des caractéristiques que l’on retrouve chez ceux qui réussissent ? Avoir plusieurs mentors m’apparait comme un point commun des entrepreneurs et entreprenants que j’ai vu réussir. Qui sont les mentors et à quoi servent-ils ? Comment les choisir ? Faut-il se contenter d’un mentor ou élargir le champ des possibles ? Faut-il payer son mentor ou privilégier les conseils gratuits ?

 

Avant d’aborder la question de choisir un ou plusieurs mentors, il convient de se poser la question de la réussite. Il me parait utile de commencer l’exercice par clarifier la réponse très personnelle à la question : qu’est-ce que la réussite ? Cher lecteur, je suggère la lecture de l’article au fait c’est quoi la réussite et de faire l’exercice d’introspection sur ce thème…

 

Plusieurs mentors pourquoi ?

Plusieurs points de vue, au sens littéral du terme”, ne permettent-ils pas d’élargir les possibles ? Pourquoi se limiter à une seule vision ? Plusieurs mentors, l’un après l’autre ou tous ensemble, pourquoi pas ? Les mentors, c’est la sortie de son point de vue pour observer le panorama en retirant en partie nos propres oeillères. J’ai souvent interrogé “qui sont tes mentors” ? Tous ceux qui réussissent m’ont donné une liste… ils ont plusieurs mentors !

 

Dans la vidéo, j’évoque 4 pistes (non exclusives) de mentoring telles que je les ai entendues :

  • Une forme passive et nourrissante => les lectures, les biographies, pourquoi pas les films retraçant la vie ou les épisodes de vie des grands leaders. Le mentor est source d’inspiration : la lecture ou le film sèment quelques graines qui font mûrir la réflexion. Il manque cependant la puissance de l’échange avec le mentor. Comment mettre en oeuvre dans mon cas précis, dans mon modeste quotidien, toutes ces belles inspirations ?

 

  • La forme la plus courante de mentoring n’est-il pas l’ami fidèle ? Il/elle va avoir la bienveillance de l’écoute et chercher dans sa propre expérience les conseils pour aider. Cette forme de mentoring est fort utile et complémentaire des démarches plus “professionnelles”. Evidemment, le risque de “projection” (souvent signalé par les psy : la “projection” est risque d’attribuer à l’autre ses propres sentiments) est important. Qu’importe, si l’ami consulté a une belle expérience de vie, son mentoring peut s’avérer très apaisant.

 

  • Le coaching, n’en déplaise à certaines écoles de pensée qui font de grandes distinctions savantes en coaching et mentoring. Ma conviction est que toute relation d’aide est inspirante. Si la psychologie cherche à résoudre des blessures du passé, le coaching cherche à établir la vision concrète du plan d’avenir, le mentor apporte son expérience de terrain. Il est quasi impossible de mettre des barrières barbelés entre ces différentes propositions d’accompagnement. Le coach ne peut-il prendre des habits de mentor en apportant des suggestions concrètes ?

 

  • Le groupe de pairs, par exemple les groupes Mastermind, sont une puissante proposition pour avoir plusieurs mentors à sa disposition d’un seul coup. En effet, avec le concours d’un facilitateur qui met en place de solides règles du jeu ainsi que les conditions de l’écoute et de la contribution de chacun, le passage en hot-seat met chaque entrepreneur en situation pour recevoir les belles inférences de pairs. L’outil est très puissant.

 

Les mentors sont une une source inépuisable d’inspiration. Dans l’expérience des autres se niche le petit coup de barre à droite ou à gauche qui remet le bateau dans la bonne direction. Ceux qui réussissent ont compris ce secret. Ecouter les autres expériences, en tirer la leçon pour son propre projet.

 

Bien entendu, décider de prendre un ou plusieurs mentors est un investissement en temps et en argent. Faut-il le faire ? Là où la “formation traditionnelle” navigue dans les eaux parfois trop académiques (ou détachées du réel quotidien), le choix de prendre plusieurs mentors permet de rentrer dans des dimensions très concrètes, j’ai presqu’envie d’écrire “bas niveau”, le problème basique à résoudre et sur lequel on bute. On imagine souvent que les grands leaders passent leur temps en réunion et réflexion stratégique. Ce n’est pas mon observation ! Ceux qui réussissent passent leur temps à résoudre des “petits” problèmes. Certes, l’accumulation de ces “petits problèmes” finit par créer un univers de complexité. Il n’en reste pas moins qu’une grande partie de l’action est dans la résolution de petites choses. Avoir plusieurs mentors permet de relativiser, réordonner, passer à l’action juste.

 

Nombreux sont les leaders que j’ai croisés qui m’ont parlé de plusieurs mentors. En partageant cet article de la série des bonnes pratiques de “ceux qui réussissent”, j’ai envie de proposer cet exercice :

  1. que signifie la réussite pour vous ?
  2. qui sont vos mentors ?
  3. quel est votre budget mentoring pour les 12 prochains mois ?
  4. tester l’outil Mastermind n’est-il pas une bonne piste à explorer pour avoir plusieurs mentors d’un seul coup ?

 

Ceux qui réussissent ne restent pas seuls, ils s’entourent de mentors !

 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021