Chronique de la crise du coronavirus vue de Zagora

Écoute ton Petit Prince

6 avril 2020 – chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora. 

Le 14 mars, je reviens du désert. Les compagnes et compagnons sortent des dunes magiques, les yeux pleins de poussière d’étoiles, ils voguent d’un nuage à l’autre sur une myriades de tapis volants. Chacun écoute son Petit Prince, personne ne le sait.

 

Ils ignoraient tout de cette rencontre. Depuis fort fort longtemps, leur Petit Prince s’est endormi, s’est envolé dans le ciel, avec les choses des grands : la responsabilité, le sérieux, le temps qu’il faut consumer.

 

 

Dans le désert tout s’est arrêté. Le Petit Prince est venu les chercher, chacun son tour : les masques se sont envolés, les cœurs se sont mis à chanter, les pieds les mains ont joui de plaisir, brassé le sable chaud.

 

Pourquoi faudrait-il revenir ? Peut-on rester dans les nuages ?

Et si le moteur du 4X4 qui ronronne déjà, s’envolait  à son tour dans les nuages. Il glisserait de planète en planète. Il irait écouter des roses, des rois, des pauvres types malheureux qui lui diraient d’arrêter de faire du boucan, d’arrêter de les faire tourner en rond, de se transformer en tapis volant. Chaque année c’est pareil, tout plein de Petits Princes me disent de renvoyer le 4X4 se faire pendre ailleurs.

Lire la suite»

Coachs et consultants, quelles sont les actions vigoureuses à engager maintenant ?

Avez-vous déjà été sur un petit bateau, et vu une grosse tempête approcher ? Sommes-nous en train d’observer l’ouragan arriver et traiter des questions hors sujets ? Coachs et consultants, quelles sont les actions vigoureuses à engager maintenant ?

 

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora, avril 2020

NB : si vous ne lisez pas l’article et regardez juste la vidéo, pouvez-vous contribuer au débat en postant un commentaire ci-dessous…

 

J’ai la chance de participer à de nombreux échanges et réflexions avec des coachs et consultants. Nous posons-nous les bonnes questions ? Celle que nous avons démocratiquement choisie récemment, lors d’un exercice avec quelques collègues  me parait hors sujet : “peut-on vivre heureux seul sur un radeau ?”

Lire la suite»

Langage symbolique et accords Toltèques

Je voudrais revenir sur l’utilisation du langage symbolique et accords Toltèques. En effet, en avançant dans la publication par vidéos+articles des accords Toltèques, quelqu’un m’a gentiment fait cette remarque : « je pense que ce mot de magie ne fait pas sérieux et te dessert 😁 ».

 

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora – mardi 31 mars 2020

En fait, magie blanche et magie noire sont les mots employés par Don Miguel Ruis dans le livre les quatre accords Toltèques. Je les utilise par fidélité au texte, et aussi parce que ils me paraissent judicieux.

 

C’est un langage symbolique. Le langage symbolique adresse une autre partie de notre intelligence. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis ingénieur, j’ai fait un MBA, j’ai eu une expérience professionnelle en grande entreprise, dirigé des projets internationaux avec de nombreuses personnes, des budgets, des objectifs à atteindre. J’ai une formation initiale scientifique, une famille très scientifique, je suis au fait de la « rationalité ».

 

L’univers fonctionne-t-il seulement avec la rationalité de nos académies ?

Lire la suite»

Le 2ème accord Toltèque

Le 2ème accord Toltèque nous dit : « quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ». Cette affaire là est loin d’être facile…

Lundi 30 mars 2020 – chronique du coronavirus vu de Zagora

 

On a vu précédemment que les humains se sont mis d’accord et même s’aident à se faire mutuellement souffrir. Cet accord implicite là est très puissant, très présent, domine largement. Il n’est pourtant pas nécessaire de donner à la douleur cette place là…

 

 

L’attachement à la douleur est un accord que nous renforçons chaque jour, souvent par maladresse, encore plus souvent par inconscience. Celui qui me parle (qui me ment), qu’il soit le personnage réel en face de moi, ou le personnage intérieur, le fait parce qu’il a peur. Il a peur d’être, de « laisser briller sa propre lumière » comme dit Maryanne Williamson dans son célèbre texte utilisé par Nelson Mandela lors de son intronisation à la présidence de la République d’Afrique du Sud. Il fait parler ses personnages. Dans cet article/vidéo, j’explique que la peur est le contraire de l’Amour, ou plutôt de l’anxiété.

Lire la suite»

Premier accord Toltèque

Le premier accord Toltèque, programmation à travailler avec les autres et à l’intérieur de soi comme expliqué dans le précédent article, c’est : « que ta parole soit toujours impeccable ».

 

Dans cette chronique de la crise du coronavirus vu de Zagora (samedi 28 mars 2020), les accords Toltèques me paraissent un beau message à partager pour cette période d’inquiétudes, d’incertitudes…

 

 

Dites moi si ça vous parle : quand vous aviez 8 ans ou 12 ans ou 37 ans, quelqu’un vous a dit quelque chose de méchant. Les années ont passé et vous vous trimballez encore avec cette parole blessante. Il arrive souvent que l’on porte avec soi ce type de blessures pendant des dizaines d’années, voire toute sa vie. Il arrive même qu’on les transmette aux générations qui suivent.

 

Lire la suite»

Les accords Toltèques

Les 5 accords Toltèques sont maintenant très connus. Un succès en librairie. Pourtant, comme beaucoup de sagesses, on lit un livre en s’exclamant « ah oui, c’est sympa »… et on passe à autre chose.

 

Dans cette chronique du vendredi 27 mars 2020 de la crise du coronavirus vue de Zagora, je revisite les 5 accords Toltèques, très bel outil pour mieux vivre. J’ai évoqué le 5ème accord dans une chronique récente, et je vais tout remettre dans son contexte…

 

 

Pour rappel, les Toltèques sont une communauté d’Amérique Centrale ayant élaboré une sagesse orale au cours des siècles. Son application concrète est, je trouve, très puissante. Cette sagesse a été portée à l’écrit dans les années 90 du 20ème siècle par Don Miguel Ruiz.

Il n’est pas question pour moi de mettre cette proposition des 5 accords Toltèques en haut d’une pyramide pour adoration ! J’aime piocher la sagesse partout où elle se niche, les religions, les philosophies, les outils concrets, les méditations, les belles pratiques du yoga ou autres mises en relation avec le corps. Les guerres de religions ou de pensées ne mènent nulle part. Ecouter et additionner les points de vue, laisser ce qui stimule la haine, n’est-il pas plus sage que guerroyer sans fin ?

 

Lire la suite»

La joie est-elle un chemin ?

La littérature parle souvent de 4 émotions fondamentales : la peur, la colère, la tristesse, la joie. Il n’est pas question de les nier. Un arbre existe, ce n’est pas un débat. La peur, la colère, la tristesse existent, inutile de les nier ou les refouler. Les laisser couler permet de se mettre sur le chemin de la joie.

Chronique de la crise du Coronavirus vue de Zagora – 26 mars 2020

 

La joie est-elle un chemin ?

Lire la suite»

Que nous dit l’émotion de la tristesse ?

Pourquoi faut-il laisser passer l’émotion de la tristesse au lieu de la retenir ? Pourquoi refuse-t-on de la laisser couler par les larmes ? Qu’est-ce qui se passe après si on accepte, si on accueille l’émotion et les larmes. Pour les filles comme pour les garçons… Que nous dit l’émotion de la tristesse ?

Chronique du Coronavirus vue de Zagora, le 25 mars 2020

Lien vers la page de témoignages des compagnons/compagnes du désert…

 

Cycle d’articles sur les émotions :

  1. Ecoute ton Petit Prince
  2. La peur
  3. La colère
  4. La tristesse
  5. La joie

 

 

La colère peut-elle sauver ?

24 mars 2020 – Chronique de la crise du Coronavirus vue depuis Zagora…

Après la peur, voici quelques lignes sur l’émotion de la colère. La colère peut-elle sauver ? La colère brise-t-elle la relation ? Y a-t-il une différence entre la colère authentique et spontanée, et la colère qui se nourrit de l’anxiété ? Pourquoi les entreprises rejettent-elles la colère, comme les autres émotions, en intimant de les “contrôler”, alors que les émotions sont des messagers à écouter ?

 

 

Dans la vidéo, je prends 2 exemples pour montrer que, même si dans le monde de l’entreprise, beaucoup essaient d’éliminer les émotions, c’est probablement une grave erreur. La colère est mal considérée.

 

Lire la suite»

La peur est le contraire de l’amour

23 mars 2020 – Chronique de la crise du Coronavirus vue depuis Zagora…

L’émotion de la peur, à quoi sert-elle ? Quelle est la différence avec l’anxiété ? Dire que la peur est le contraire de l’amour, est-ce une notion si bien comprise ? Comment cela s’applique-t-il quand je suis au travail en train de préparer un plan stratégique ?

 

  

Comment prend-on ses décisions : gouverné par l’anxiété ou pour l’amour ? En quoi dois-je être vigilant dans l’instant présent pour privilégier l’amour plutôt que l’anxiété

 

Comprendre à quoi servent nos émotions, comprendre que la peur peut être utile quand elle me protège, néfaste quand elle n’est qu’anxiété, c’est-à-dire inventions de mon mental…

 

Depuis la montagne qui domine Zagora. J’ai aussi parlé de la bataille que se livrent la peur et l’amour dans cette chronique.

NB : cool, ce matin une vraie douche avec de l’eau chaude, quel luxe !

 

Cycle d’articles sur les émotions :

  1. Ecoute ton Petit Prince
  2. La peur
  3. La colère
  4. La tristesse
  5. La joie

 

Texte de Khalil Gibran à méditer 

On dit qu’avant d’entrer dans la mer
une rivière tremble de peur.

Elle se retourne pour voir le chemin qu’elle a parcouru,
depuis le sommet des montagnes,
le long de la route ondulant à travers forêts et villages.


Et devant elle,
elle voit l’océan si vaste,
que pour y pénétrer 
il ne semble y avoir rien d’autre à faire que de disparaitre pour toujours.

Mais il n’y a pas d’échappatoire.
La rivière ne peut pas revenir en arrière.

Personne ne peut revenir en arrière.
Revenir en arrière est impossible dans l’existence.

La rivière doit prendre le risque
d’entrer dans l’océan
parce que ce n’est qu’alors que sa peur disparaitra,
parce que c’est ainsi que la rivière saura
qu’il ne s’agit pas de disparaitre dans l’océan,
mais de devenir l’océan.



La peur contraire de l’Amour ? Qu’en pensez-vous ?