Dans cette vidéo de Jacques Forest, le présentateur pose la question : “l’argent peut-il acheter le bonheur ?” Éternel débat, la réponse semblant être contenue dans la question.

Jacques Forest avance le résultat d’une enquête menée depuis le milieu des années 50 dans plusieurs pays qui indique que 76% des personnes interrogées continueraient à travailler même si elles avaient suffisamment d’argent pour vivre.

Alors pourquoi travailler ? 4 raisons :

 

ARGENT
ORGUEIL
VOCATION
PLAISIR

 

Bien entendu, on comprend que les raisons de droite (Vocation/Plaisir) sont davantage intrinsèques, les raisons de gauche (Argent/Orgueil) plutôt reliées à l’estime de soi et à la frustration. Comme déjà présenté dans l’article sur l’argent est-il le moteur principal de la motivation, il ne s’agit pas d’éliminer l’argent comme le diable en boite. Simplement de se rendre compte “qu’en voulant acheter la performance, on risque de la diminuer” (dans la vidéo de Jacques Forest). En définitive, un juste salaire augmente la performance alors qu’une concentration essentielle des efforts pour plus d’argent développe la frustration

Pour augmenter la satisfaction, il est prioritaire de  satisfaire en priorité :

  • l’autonomie
  • la compétence
  • l’affiliation sociale

 

L’intelligence collective répond parfaitement à ces enjeux. Quand on organise un évènement pour construire un plan, brainstormer, résoudre une crise, ces 3 réservoirs de satisfactions se remplissent :

  • l’autonomie, car je suis consulté sur mes idées, ma créativité, m’exprimer va me permettre d’ancrer, mettre en conscience, structurer ma démarche
  • la compétence, car l’échange avec des collègues, avec la hiérarchie dans un modèle de co-construction va élargir le champ de mes compréhensions et de mes outillages (j’apprends des autres)
  • l’affiliation sociale, car l’évènement me donne le sentiment d’appartenance, me permet de découvrir, dans un contexte différent, mes compagnons de travail avec qui j’ai des relations souvent très segmentées.

 

Allez regarder la vidéo de Jacques Forest, allez lire l’article l’argent est-il le moteur principal de la motivation, et osez sortir de votre zone de confort en utilisant les méthodes d’intelligence collective…

 

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021