Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

par | Ceux qui réussissent, Débats, Echec | 2 commentaires

Oui courage, fuyez, car il faut du courage quand une sirène déploie langoureusement les charmes de la fortune. Toutes les techniques de communication pour aguicher fonctionnent avec merveille…

« Inscrivez-vous à ma formation : je vais vous apprendre une technique extraordinaire qui a permis à Joseph, Elisabeth, Jordan et Caroline de dépasser les 250 000€ de chiffre d’affaires en 6 mois. »

« Signez ce CDI : vous aurez le titre de Vice-Président des affaires internationales et votre salaire de 280 000€ sera accompagné de 50 000 stock-options et d’un bonus annuel de 25%. »

« Achetez ce ticket de loto. Tous les gagnants avaient tenté leur chance, n’est-ce pas ? Le dernier tirage a permis à Stéphane et Anna, jeune couple adorable dont voici la photo, de gagner 12 millions d’euros. »

« Rejoignez ce métier qui, grâce au marketing de réseau, va enfin vous permettre de réussir le projet entrepreneurial dont vous rêvez, et gagner rapidement 100 000€ ou plus. Venez gratuitement à notre week-end de présentation pour découvrir l’opportunité. »

« Investissez dans ce placement sûr et rentable. Depuis 150 ans, nous connaissons les marchés porteurs et aidons nos clients à obtenir des performances de plus de 10% par an en moyenne. »

J’allonge la liste ?

 

En quoi la proposition de fortune est-elle une tromperie dans laquelle nous tombons facilement ? Pourquoi la plupart de ces promesses sont des leurres ? Qu’est-ce qui se cache derrière ces mirages ? 

 

Et surtout, quel est le vrai prix à payer de la liberté ?

 

Savez-vous pourquoi je m’exprime sur ce sujet ? Je suis tombé dans tous ces panneaux ou presque (j’ai très peu joué au loto).

Ruiné à 58 ans, viré d’une startup pleine de promesse à près de 59, je n’avais pas compris toutes les leçons. Aujourd’hui c’est clair, je sais que la liberté se paie au prix fort, celui de clarifier qui je suis, quel est mon moteur profond, comment ai-je envie de vivre vraiment ? Le prix de la liberté, ce sont plein de tentatives ratées pour quelques réussites d’équilibriste.

 

La question semble simple : comment trouver l’alignement entre qui je suis et ce que je veux vivre. Le parcours vers la réponse est très sinueux, semé d’embûches et de tentations.

 

Parcours…

 

J’écoute mes clients :

  • L’une me dit qu’elle n’en peut plus de n’avoir pas de réponses des prospects. Elle relance avec assiduité, l’interlocuteur ne répond pas, fait lâchement le mort. Donner une réponse, y compris négative, semble au dessus des forces de tant de gens. Ma cliente est découragée.

 

  • L’autre me raconte, avec enthousiasme, ce rendez-vous à très fort enjeu qui, si le business ne se réalise pas, ne changera pas sa vie. Il a compris que le mot enjeu peut se décliner « en jeu », qu’il ne vendra pas son âme pour une opportunité, si mirobolante soit-elle.

 

  • La troisième me parle de ses doutes devant une proposition très alléchante, alors que son corps lui renvoie plein de signaux, de malaises. Que faire de ces indications ? Doivent-elles nourrir le doute jusqu’à refuser la proposition ? Ma cliente doit-elle se brancher sur sa fréquence intérieure, si faible soit-elle au milieu du barouf alentour ? Doit-elle au contraire considérer ces indices comme des peccadilles, des états d’âmes, des empêcheurs de faire fortune tranquille ?

 

  • Le quatrième se débat maladroitement dans une démarche complexe, sans pouvoir expliquer ce qui l’anime profondément. Il argumente, parle, explique encore et encore ce modèle qui ne fonctionne pas bien, se débat pour simplifier, sans trouver l’équilibre. Que cherche-t-il à accomplir finalement ?

 

  • Une autre enfin me partage qu’être indépendante n’est finalement pas un rêve de vie pour elle, qu’elle cherche l’autorisation intérieure de retourner vers le salariat. Pourquoi pas ! Qu’est-ce qui gouverne la décision d’un chemin ou l’autre ?

 

Se mettre à mon compte après 40 ans

Quelque soit le choix que nous faisons, il existe un prix à payer. Les tours et détours de mes clients restent, sans conteste, des méandres vers la liberté. Rien de totalement évident et pourtant une quête d’autre chose, d’autonomie, de conduite de sa propre vie. L’argent bien sur, mais semble-t-il, pas l’argent pour la fortune, plutôt l’argent pour la liberté. L’argent pour la liberté ne conduirait pas forcément à la case fortune ? Et alors ?

 

La promesse de fortune s’accompagne-t-elle de fâcheux corollaires ? Qu’est-ce qui est écrit dans les petites lignes en dessous de la promesse ? La fortune pousserait-elle à…

  • Renoncer à la liberté ?
  • Renoncer à ses valeurs ?
  • Renoncer à ce qu’apporte vraiment l’argent ? (Paradoxal, mon cher Watson !)

 

Un copain me disait… « il y a 3 choses qui intéressent les gens : l’argent, le sexe, la paresse ». Partant de l’idée, observons comment les publicités sont construites. Quelle publicité parle « d’effort, de patience, de confiance, de courage, de détermination, d’échecs à surmonter, d’adversité, et aussi d’alignement, de valeurs, de sobriété, de vie tranquille ». 

 

Nous sommes submergés de clichés du bonheur, dont en tête se trouve sans doute « pour être heureux, beaucoup de pognon ». Pourtant, qui est capable de faire la démonstration de l’équation beaucoup de pognon = bonheur ? Peut-on être riche et heureux, riche et malheureux, pauvre et heureux, pauvre et malheureux ? Ou passe la frontière ?

 

Je sais, j’enfonce des portes ouvertes. 

Peut-être est-ce la rancoeur d’avoir tout perdu, d’avoir été millionnaire à 40 ans et ruiné à 58 qui me fait écrire cet article. Au fait, comment étais-je millionnaire à 40 ans : la chance d’être entré à 29 ans dans une startup à son démarrage, qui a gagné le titre de leader mondial, tandis que mes stock options grossissaient en bourse (avant de s’écrouler avec une division d’un coefficient 30).

Et si ce n’était pas le cas…

 

Si je me racontais maintenant que la promesse même de fortune est l’une des notes fondamentales de la symphonie qui emporte l’humanité vers sa perte. Développer à gogo, exploiter jusqu’au dernier jus, optimiser à en crever de burn-out, vaincre à en éliminer la concurrence, élargir son emprise, s’appuyer à outrance sur des inepties comme « la fin justifie les moyens », toutes ces idées rabâchées depuis des générations, où nous emmènent-t-elles ? Serions-nous par le plus grand des hasards, conditionnés ?

 

Loto

 

Statistiquement, acheter un billet de loto est stupide. 

 

Placer l’argent

 

Déposer son argent dans un organisme financier quelconque est une garantie d’ignorance de ce à quoi le pécule va servir. Pour avoir exercé le métier de conseil en gestion de patrimoine pendant 9 ans, j’affirme ignorer, dans le détail, où allaient mon argent et celui de mes clients. La plupart du temps, l’argent était placé dans des systèmes d’une telle complexité que même une longue enquête, pour chaque ligne de contrat, n’aurait pu percer tous les mystères. Bref, placer l’argent dans un gros bidule se fait peut-être contre mes intérêts personnels, contre mes convictions, contre la préservation de l’environnement que je vais léguer aux générations futures. Je ne maitrise rien.

Comment utiliser son argent, sans forcément viser la fortune, en étant fier du sens donné à son utilisation ? That is another question !

 

Marketing de réseau

 

motivation extrinsèqueDans le marketing de réseau, la chanson est composée avec un talent d’une rare virtuosité, à telle enseigne que certains des plus beaux spécimens engagés dans l’histoire perdent une grande partie de leur discernement. Dans une salle chauffée à blanc par des musiques enthousiasmantes, les champions défilent sur scène pour expliquer que : « pour toi aussi, la fortune est possible ».

Toutes les techniques d’excitation extrinsèque sont utilisées pour que tu sortes groggy de plaisir. Alors, tu embarques, oubliant ces signaux qui viennent de tes profondeurs, des signaux de vigilance que tu renvoies balader en t’appuyant sur les arguments savamment distillés dans la salle : « soyez ambitieux, vous avez un trésor au fond de vous pour réussir. Bientôt ce sera votre tour sur la scène. Vous raconterez votre réussite ». Car la réussite bien sur, c’est la fortune. Quelle évidence ! Un jour que j’étais englué dans un tel système, un copain qui réussissait avec talent me souffla à l’oreille : « tu vois Laurent, nous sommes 250 dans cette salle de formation, en réalité, il y en a 3 ou 4 qui vivent correctement du métier ».

 

Le job à gros salaire

 

Quant au CDI avec gros salaire et titre ronflant, voilà ce qu’il cache : des horaires infinis, des stress inégalés, des compromis glissant vers des compromissions insoupçonnables, des luttes de pouvoir sanglantes. Suis-je sévère ? Voulez-vous que je vous raconte quelques sombres histoires ? Posez la question, en profondeur, à ceux que vous connaissez qui jouissent d’avantages considérables. Comment va leur coeur ? Combien osent dire qu’ils sont prisonniers, prisonniers de la cage dorée et contraints par les remboursements d’emprunt, le niveau de vie de la famille, l’inquiétude de ne pas savoir faire autre chose, prisonniers de leur conditionnement ? Le blues du businessman chantée en son temps par Starmania est bien vivant. Vérifiez par vous-même.

 

Le business internet

 

Enfin, que penser de l’achat en ligne d’une formation qui promet la fortune rapide, animée par des vidéos clinquantes et des discours ordonnés ? J’en ai achetée, plusieurs. J’ai appris des choses, des tactiques, des outils. Les fameuses « stratégies » n’ont pas porté leurs fruits. Probablement n’ai-je pas appliqué les enseignements à la virgule. Ou alors, peut-être que tout cela n’est pas si simple…

 

la fortune, courage fuyonsLa fortune donc, courage fuyons ? Pas forcément.

 

Mon propos est ailleurs.

Toutes ces propositions de fortune facile et rapide oublient un fondamental :

qui êtes-vous et qu’avez-vous vraiment envie de vivre, d’être, de trouver, quel est votre graal ?

Qu’est-ce qui calmera ce tourment éternel de recherche de sécurité, d’accumulation (choses, argent, titres), de reconnaissance, cette peur que la vie n’apportera pas ce qui est nécessaire ? Pourquoi acheter le rêve des autres sans savoir si c’est bien mon rêve à moi ? Ces propositions de fortune facile appuient sur le bouton de notre fragilité face au rêve. Les tourments cessent-ils quand on suit ces pistes-là ? Dans mon expérience, non. Peut-être que votre expérience est différente, que la fortune est venue avec la félicité. Peut-être ne suis-je que l’idiot du village.

 

C’est quoi la liberté, la liberté responsable ? Est-ce un autre rêve impossible ? Est-il possible d’être libre en étant dans le système ? Est-on plus libre à l’extérieur du machin ? 

 

Pourquoi les promesses de fortune me font-elles frétiller ? Elles touchent cet endroit vulnérable, elles flattent l’ego insatisfait. Elles bernent et masquent. Il devient courageux de fuir ces épouvantails car nous vivons depuis 150 ans dans un tourbillon publicitaire qui forge nos biais. Je n’ai pas eu le courage ou la lucidité d’éviter les pièges des sirènes. J’ai suivi les lumières allumées, les manipulations savamment orchestrées. Après les plats magnifiquement décorés, j’ai découvert les goûts amers, les brulures d’estomac, la nausée. Puis j’ai eu la chance de respirer, d’écouter ces rencontres insolites qui m’ont aidé à lever le nez au vent. J’aimais la marche dans la campagne, la montagne, le désert et la ville, j’aimais l’écriture, j’aimais écouter pour soulager, animer pour stimuler. J’en ai fait mon métier.

Ne nous trompons pas : la fortune pourquoi pas, mais une question me parait cruciale à proposer à mon instrument de vigilance…

C’est quoi ma vie ?

 

Si la fortune vient, bienvenue. Si la quête de fortune fait oublier qui je suis, euheuheuheuh… est-ce une bonne piste ???

 

Je vous invite à une réflexion, irez-vous l’explorer ?

 

Prenez une feuille, un crayon, écrivez en haut :

50 instants de bonheur de ma vie

Allez-y, faites la liste. Votre top 50. N’arrêtez pas avant d’avoir atteint 50. Soyez authentique et honnête avec vous-même. 

 

Si avoir pris une cuite avec 4 copains ou vous être promené avec votre chien sur un chemin insolite est un instant de bonheur, écrivez le. Si avoir signé un contrat de 22M€ ou racheté un concurrent pour une bouchée de pain est un instant de bonheur, écrivez-le. Si c’est la conquête de la mairie ou une partie de pêche avec votre papa, écrivez-le. Si c’est une sieste coquine ou votre première réunion en comité de direction, écrivez-le. Si c’est une partie de ping-pong ou l’écriture d’un plan quinquennal, écrivez-le. Si c’est un café en bord de mer ou la ligne d’arrivée du marathon, écrivez-le. Tout est juste, il n’y a pas de mauvaises réponses.

 

Soyez authentique et honnête. Ne vous racontez pas d’histoire. Ecrivez 50 instants de bonheur de votre vie.

Puis faites l’analyse.

Quelles sont vos conclusions ?

Quelle est la place de la fortune ?

Quelle est la place des petits riens ?

Quel jeu en vaut la chandelle ?

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe, quelle est la différence ? Comment distinguer ces notions et échapper à la confusion courante dans le langage de tous les jours.   Plutôt que de tenter les grandes démonstrations, j'aime faire vivre les concepts. Dans cette conférence sur...

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

Je ne compte plus les échanges avec mes clients coachs sur le sujet de la posture du coach. En effet, le beau monde parle maintenant : De coaching De mentoring De consulting De formation De thérapeute De métiers de psys en tout genre Et patati et patata Tout cela est...

La performance est-elle le critère majeur ?

La performance est-elle le critère majeur ?

Ca me trotte dans la tête depuis quelque temps : la performance est-elle LE critère majeur de mesure ? Immédiatement, ma réflexion se trouve éteinte par ce concept tabou, cette idée admise : la performance est le mot qui réconcilie tout le monde quand il s'agit de...

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ? Posez vous 6 questions…

Erreur ! Comment apprendre sans se tromper ? L'échec est un apprentissage... Aucun être humain ne se développe dans la vie sans commettre de nombreuses erreurs. Comment s'approprier, dans nos modes de management, le droit à l'erreur ? Ecoutez cet article en podcast :...

2 Commentaires

  1. Olivier Zara

    Bravo pour ce témoignage authentique et cette vision pleine de sagesse !

    Réponse
    • Laurent

      Merci Olivier. J’hésitais à publier cet article car je cogne dans plusieurs directions. Je ne sais pas s’il s’agit de sagesse…
      Merci de tes encouragements.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube