Je ne contrôle pas mes collaborateurs…

by | Communiquer, Débats, Equipe | 3 comments

L’entretien se termine. Ce patron de « business division » m’a présenté « un job pour moi ». Je lui demande alors : “Pourquoi penses-tu que je suis adapté à ce projet ? ” 

Sa réponse me stupéfait : « Je sais qu’avec toi, cialis je n’aurai pas besoin de vérifier dans un tableau excel, la cellule de la ligne 12, colonne 7 ». Intérieurement, je ressens le contraire, c’est-à-dire qu’il a l’intention de « me contrôler ».

Quelle est la place du contrôle des collaborateurs ? Comment puis-je me permettre de donner un titre provocateur à cet article « je ne contrôle pas mes collaborateurs » ? Est-ce un propos naïf ? Comment faire pour rendre l’action des collaborateurs efficaces si on ne les contrôle pas ?

Qu’est-ce que le mot « contrôle » évoque pour vous ?

A titre personnel, l’image d’un personnage avec képi, regard suspicieux, éventuellement flingue à la ceinture se projette immédiatement dans mon imaginaire. « Vos papiers siouplait ! » Quand je suis contrôlé, je ressens le poids de l’autorité suspicieuse voire accusatrice qui me demande des comptes… Est-ce bien l’image que nous souhaitons donner, en tant que manager, à nos collaborateurs ?

L’enjeu est-il de « contrôler ses collaborateurs » ou de « vérifier la justesse de leur travail » ?

Est-ce que je joue sur les mots ? Je ne crois pas. Pour moi, le collaborateur n’est pas suspect. Je l’ai déjà écrit dans l’article je t’aime, tu n’es pas suspect…

Donc si contrôle il y a, ce n’est pas du collaborateur qu’il s’agit, mais du résultat de son travail. La production est-elle juste, pertinente, conforme à l’objectif ? J’ai souvent remarqué, bonnes surprises, des productions supérieures à l’objectif (fruit de l’intelligence collective). J’ai aussi vu des productions inférieures aux attentes : il est alors nécessaire de se poser plusieurs questions…Mes instructions de délégation étaient-elles suffisamment claires, précises ? Le délai accordé pour l’exécution de la mission était-il correctement ajusté ?

La personne en charge de la dite-délégation était-il le meilleur choix (compétences, disponibilités, motivations) ? Je peux alors me pencher, avec mon collaborateur, sur la correction du problème identifié. Si je suis centré sur la production du travail – vérifier la justesse de la production – et non sur la personne – contrôler le collaborateur – on va prolonger le travail d’intelligence collective et sortir de la posture « accusateur-accusé ». Les responsabilités de la mise en oeuvre d’une délégation ne sont-elles pas partagées.

Oui mais, cher Laurent, que fais-tu des (liste non exhaustive…) tricheurs, fraudeurs, fainéants, menteurs, malhonnêtes, incompétents, … ?

J’en rencontre bien sur. Ce sont des spécimens plus rares que l’on pense, même s’ils ont une influence néfaste sur leur environnement. Quelquefois, le spécimen rare fait croire au manager que toute l’escadrille est composée de … (choisir dans la liste) tricheurs, fraudeurs, fainéants, menteurs, malhonnêtes, incompétents, … N’existe-t-il pourtant pas des quantités d’indicateurs pour détecter l’oiseau perturbateur ? Bien sur que si ! Quand le spécimen saboteur est repéré, c’est le moment pour le manager de conduire un (ou plusieurs) entretiens de recadrage. Et ça, c’est une autre histoire, un autre outil de management à utiliser (avec parcimonie et précaution)… J’y reviendrai.

En réalité, la plupart des êtres humains sont tout à fait en mesure de se « contrôler » eux-mêmes.

Chacun détient des capacités créatives qui vont bien au delà de l’entendement habituel. Sauf que ces capacités sont souvent oubliées ou sous contraintes. Les capacités créatives peuvent être mis au service du développement de l’autonomie, des processus d’auto-évaluation pour élever le niveau de qualité produite. La créativité, ce n’est pas se cantonner seulement dans le registre « artistique ». Le génie a besoin de méthode. Ainsi, quand je travaille avec un collaborateur, il est utile de revenir en permanence sur le sens de son action (voir le cinquième point ci-dessous), mais aussi de l’aider à développer ses méthodes de travail pour qu’il devienne plus efficace, pertinent, juste, auto-évaluateur.

Comme évoqué plus haut, à propos de sens, connaissez-vous l’allégorie des 3 ouvriers, que je retranscris dans mes mots…

 Le sage interroge un premier ouvrier :

– Que fais-tu ?

Celui-ci répond, l’air grognon :

– Je pose des briques les unes sur les autres…

Le sage se tourne alors vers le 2ème ouvrier :

– Et toi que fais-tu ?

Avec une pointe de fierté, celui-ci répond :

– Moi, je construis un mur…

Enfin, la question est posée au 3ème compagnon :

– Et toi ?

La voix inspirée et les poils qui se dressent sur les bras, ce dernier répond :

– Moi, je bâtis une cathédrale…

A votre avis, quelle est la qualité du travail des 3 ouvriers ?

En partageant le sens de l’action, en y raccrochant chaque tâche élémentaire, quel besoin est-il de « contrôler ses collaborateurs » ?

Pour l’anecdote, je n’ai pas accepté la proposition de job du patron de la business division dont je parlais en début d’article… D’abord parce que sa vision, le sens de son action me paraissaient fort peu enthousiasmants (où était la cathédrale à construire dans son discours ?), ensuite parce que les indices qu’il m’avait donnés me faisaient penser qu’il allait de facto tenter de « me contrôler »…

Et vous, contrôlez-vous vos collaborateurs ?

Parlez-en dans les commentaires ci-dessous…

 

 

3 Comments

  1. Nicorazon

    C’est amusant de voir que le mot “contrôle” est un mot d’origine médiévale qui désignait la copie d’un document que partageaient deux personnes. À une époque où l’écrit était essentiel (pas encore de copier-coller), il n’était pas question de suspicion, mais de survie et de confiance réciproque…

    Reply
  2. Fiorucci

    En ce moment, je orme beaucoup de chauffeurs livreurs, au sein de leurs entreprises, c’est fou comme le cathédrale est une vision passionnante pour tous.
    Bel article Laurent.
    Merci.
    Je réagirai une prochaine fois au contrôle si vous le voulez bien.

    Reply
    • Laurent de Rauglaudre

      Donner du sens à toutes les tâches, les relier à quelque chose de plus grand que nous… c’est une clé de la motivation.
      Merci du commentaire.

      Laurent

      Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Clés de management selon Roland Paul... - Le blog de Laurent de Rauglaudre - […] la motivation d’une équipe qui ne comprend pas la finalité, qui n’aperçoit pas la cathédrale au delà des pierres…

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
    – un créateur de valeur
    – de l’expérience de terrain à partager

Je vous invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube

Prochains évènements

 

Désert : marche initiatique – 1 semaine
– du 6 au 14 novembre 2021