A la réunion, je n’emporte que moi !

par | Débats, Négocier, Progresser | 0 commentaires

J’assiste à une réunion qui termine une mission accomplie de conseil. Comme d’habitude, je prépare mes affaires. Consciencieusement, je mets le dossier du projet (8 cm d’épaisseur) dans mon cartable. J’ajoute mon ordinateur. En enfournant tout ce bazar, je suspecte que ça ne servira à rien. Mon interlocuteur m’a simplement demandé d’assister à la réunion. Il souhaite que je lui donne un avis sur l’animation de la réunion et sur son appropriation du projet. C’est lui qui détient désormais tous les documents à jour, et tableaux de bord du projet. Si je décidais de voyager léger ?

 

Pourquoi ai-je besoin d’emmener toutes ces choses à cette réunion ? Les informations contenues dans mon dossier sont vraiment nécessaires à ce moment-là ? L’épaisseur du dossier ou les octets de mon ordinateur vont-ils être utiles ou ma présence suffit-elle ? Ouvrir un ordinateur dans la réunion va-t-il me rendre plus attentif, plus présent ? Ce dossier en mallette sert-il à autre chose qu’à me rassurer ?

 

Dans un nombre considérable de réunion, n’emporte-t-on pas des tas de choses inutiles ? Pourquoi faire ?

Un jour à l’aéroport de Marseille, je croise l’un des grands dirigeants américains de Gemplus. Ce grand boss dirige la plus importante business division de l’entreprise (environ 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires à ce moment-là). Dans la file d’attente de l’enregistrement, là où l’on dépose les bagages, je remarque qu’il n’a ni sac ni dossier à la main. Je lui demande où il va. Il me répond qu’il part pour une négociation en Autriche avec un partenaire. Je m’étonne et lui fait remarquer qu’il n’a apparemment aucun dossier avec lui. Il me le confirme, et les mains vides il ajoute qu’il a tout ce qu’il faut avec lui.

 

Je sais que dans certains moments il est très utile de travailler les détails d’un dossier. Pour autant, est-il nécessaire de trimbaler  tout le bazar, déposer un pesant paquet sur la table, chacun y allant de son tas ?

 

Je sais que nous avons tendance à cet encombrement, qui nous rassure. Je plaide coupable, mais je me soigne… J’en prends toujours trop, toujours ! Pourtant, l’expérience montre que dans l’immense majorité des cas, seuls quelques papiers sont nécessaires pour la réunion (ce qui a servi à la préparer + quelques feuilles vierges). Etre là, soi, vraiment, n’est-ce pas la priorité ? Quant aux ordinateurs, ne sont-ils pas devenus les premiers pollueurs de réunions ? Si on fait une réunion sans ordinateur, survit-on ? Peut-on alors entrer en vraie communication et être productif ?

Est-ce possible de n’emporter que soi en réunion ? (un soi préparé bien sur…)

 

Voyager léger

 

Ma suggestion :

  • au moment de la préparation de la rencontre, clarifiez bien quel est votre objectif, que souhaitez-vous obtenir de cette réunion ? (sur une feuille, écrivez les 3 ou 4 thèmes et les livrables attendus)…
  • au moment de l’enfournement de tout le dossier dans le sac, préalablement à la réunion, demandez-vous ce qui est vraiment nécessaire  d’emporter ? Laissez le reste…
  • au moment de glisser votre ordinateur dans la mallette, demandez-vous ce qui se passerait si vous le laissiez se reposer sur votre bureau (ça se fatigue ces petites bêtes avec tout ces déplacements) ?

 

Bref, voyager léger ! A la réunion, je n’emporte que moi…

NB : je souris quand je vois certains portefeuilles, tellement épais qu’ils déforment les vestes. A quoi bon trimballer tout ce bric-à-brac. Le plus de choses nous rassure. Si nous faisions un peu d’apologie de la sobriété, un peu d’apologie de l’essentiel…

 


Cet article vous a intéressé ?

Inscrivez-vous sur le site et recevez 3 cadeaux

 

Ces sujets peuvent également vous intéresser

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

Ecologie et business sont-ils compatibles ?

L’écologie, ce n’est pas bon pour le business ! Récemment, un collègue me fait remarquer que mes publications « écologiques » sont de plus en plus nombreuses. Il ajoute que l’écologie est marquée à gauche et que par conséquent, ce n’est pas bon pour le business....

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

Que faire d’une injure sur un réseau social ?

L'injure sur un réseau social, vous venez de vous en prendre une en pleine poire. Que faut-il faire ? Quelle différence entre injure et colère, comment discerner la différence ? Pourquoi une injure appartient-elle à celui qui l'a émise ? Est-ce répréhensible devant la...

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe ?

Compliqué ou complexe, quelle est la différence ? Comment distinguer ces notions et échapper à la confusion courante dans le langage de tous les jours.   Plutôt que de tenter les grandes démonstrations, j'aime faire vivre les concepts. Dans cette conférence sur...

Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

Si on vous propose la fortune, courage, fuyez !

Oui courage, fuyez, car il faut du courage quand une sirène déploie langoureusement les charmes de la fortune. Toutes les techniques de communication pour aguicher fonctionnent avec merveille… « Inscrivez-vous à ma formation : je vais vous apprendre une technique...

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

La posture du coach, est-ce une ânerie de plus ?

Je ne compte plus les échanges avec mes clients coachs sur le sujet de la posture du coach. En effet, le beau monde parle maintenant : De coaching De mentoring De consulting De formation De thérapeute De métiers de psys en tout genre Et patati et patata Tout cela est...

La performance est-elle le critère majeur ?

La performance est-elle le critère majeur ?

Ca me trotte dans la tête depuis quelque temps : la performance est-elle LE critère majeur de mesure ? Immédiatement, ma réflexion se trouve éteinte par ce concept tabou, cette idée admise : la performance est le mot qui réconcilie tout le monde quand il s'agit de...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains Évènements

Publication

 

groupe mastermind

Co-auteur du livre “Les groupes Mastermind, accélérateurs de réussite”, premier ouvrage publié en français sur le sujet. Co-écrit en intelligence collective. Egalement disponible en anglais et en espagnol.

Encourager les publications

Si mes publications vous inspirent, vous pouvez m’encourager à continuer. Cliquez sur l’image.

Merci merci.

Soutenir les publications

Hé hé, c’est quoi un consultant libre ?

Un consultant libre, c’est :

  • – un entrepreneur
  • – un créateur de valeur
  • – de l’expérience de terrain à partager

Je t’invite à :

Bonne découverte…

Laurent de Rauglaudre

Anecdote vécue comme consultant

Après lui avoir présenté mon offre, le Directeur Général me dit : “vous êtes plus cher que votre concurrent qui a une belle expérience dans une grande entreprise américaine. Cependant, le courant passe bien entre nous, et je préfère votre proposition”. Il signe alors l’offre à 10 000€, et ajoute : “si nous devons continuer à travailler ensemble, je négocierai vos prix”.

Je réponds “bien sur”… Je réalise la prestation avec son équipe de direction : un diagnostic, suivi d’un séminaire de 2 jours en intelligence collective, une synthèse de recommandations.

A l’issue de la mission, le Directeur Général me demande une nouvelle offre. Moins d’une semaine plus tard, je lui propose une mission à 30 000€. Il signe et me dit : “je ne négocie pas le prix car je connais la qualité de la prestation que j’achète”.

Dans cette anecdote se trouvent dissimulés les “secrets” de la vente de valeur. Je vends de la valeur, je ne vends pas du temps. Pour en savoir plus, voici 5 vidéos gratuites à écouter : comment bien vendre du conseil aux entreprises…

Anecdotes vécues en entreprise

N°1 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis 3 semaines, je travaille un plan marketing avec mon équipe. Je vais lui présenter les résultats de ce travail d’une dizaine de collaborateurs de qualité. Lui, top manager, diplôme le plus ronflant qu’on puisse trouver dans notre douce France, m’écoute moins de 5 minutes. Tout d’un coup, il se lève, tout sourire, se dirige vers le tableau blanc accroché au mur : « OK Laurent, ce n’est pas du tout comme cela qu’il faut s’y prendre ».

Suit une magnifique démonstration, brillante. J’ai le moral à zéro, je sors de son bureau en pensant: « on est une équipe nulle. En 5 minutes, il a démonté tout notre travail »…

N°2 : je rentre dans le bureau de mon chef. Depuis des mois, je me débats sur un projet complexe, qui implique tous les départements de l’entreprise. Je viens comme chaque quinzaine, une heure dans son bureau pour lui présenter mes « petits soucis ». Il est américain,  directeur financier, l’entreprise pèse 1 milliard d’€ de chiffre d’affaires. Avant, il était contrôleur financier mondial d’Intel – vous savez la petite boite américaine qui met des puces électroniques partout. A chacun de nos tête-à-tête, il m’écoute lui raconter mes petits malheurs. Puis il me pose des questions, ouvertes la plupart du temps (en anglais): « que penses-tu que … », « pourquoi crois-tu que … », « quelles sont les pistes que tu imagines… ». Après chaque entretien, je ressors de son bureau gonflé à bloc.

Que pensez-vous de ces 2 anecdotes ?

Aller plus loin en téléchargeant l’ebook “7 clés pour devenir un leader inspirant”

Chaine youtube